[Film] Gliitch, de Hugo König (2023)

Une équipe de tournage part en aventure afin de faire un reportage sur le tourisme extrême. Au choix, visite de Tchernobyl, hôpitaux abandonnés, asiles désaffectés… Eux ils ont choisi « la forêt hantée » classique mais qui marche toujours. Est-elle réellement hantée ? Armés de leurs caméras et prêts pour l’aventure ils sont bien loin d’imaginer ce qu’il vont y découvrir.


Avis de John Roch :
Si la mode du found footage est révolue, le genre n’a jamais vraiment disparu des écrans et nous livre aujourd’hui plus de pets que de perles. Night Shot, le premier long de Hugo König, appartient à la seconde catégorie. Un film qui n’était pas parfait mais l’ambiance, la mise en scène maitrisée et toujours visible, doublée d’un défi technique (à savoir un unique plan séquence), et un lieu plus qu’exploité en ont fait un métrage qui se situe dans le haut du panier du found footage. Avec son second long, Hugo König reste dans le genre, mais ne reprend pas la formule de Night Shot. Au contraire, il tente avec Gliitch une approche différente du found footage et, bien que le coup d’essai ne se soit pas transformé en coup de maitre, le réalisateur réussit une nouvelle fois à créer la surprise avec ce qui est en apparence un found footage plus conventionnel que Night Shot. Conventionnel dans la forme, car dans le fond, force est de constater que Hugo König est à nouveau à l’aise dans le genre.

Dans Gliitch, l’exploration est de nouveau de mise, rurale cette fois. Exit le sanatorium hanté pour une forêt qui l’est tout autant, dans laquelle des jeunes s’enfoncent armés de lampes torche et de caméras. Un pitch de base classique donc, qui prend son temps pour se mettre en place, un peu trop même. Bien qu’elle soit entrecoupée d’une balade nocturne en forêt qui pose l’ambiance, la première demi-heure de Gliitch se révèle peu intéressante et tarde à dévoiler l’élément déclencheur de l’intrigue, à savoir la rencontre entre les jeunes explorateurs et leur guide. Une première partie certes poussive, mais sans être pour autant préjudiciable au résultat final car plus Gliitch avance, plus le métrage devient intéressant. Dans son ambiance déjà. Tout comme Night Shot, on sent qu’il y a de la préparation et du repérage des lieux qui sont encore une fois exploités à merveille. Si Gliitch ne fait jamais réellement peur, Hugo König multiplie les scènes nocturnes à l’ambiance oppressante, que ce soit en forêt ou dans des lieux abandonnés qui la peuplent, qui font leur effet, à l’image de cette traversée en barque particulièrement stressante ou du pétage de plomb total de la guide qui s’éternise un brin mais qui fait son effet et en rajoute dans le mystère. Mystérieux, Gliitch l’est. Le réalisateur réussit à balader le spectateur du début à la fin en l’aiguillant sur une succession de fausses pistes qui remet sans cesse en question la nature réelle de la menace.

Mieux encore. Le spectateur, Hugo König réussit à le perdre totalement dans la dernière partie du métrage. C’est dans ces vingt dernières minutes que le Gliitch du titre prend tout son sens. Le glitch, le réalisateur ne s’en sert pas comme d’un gimmick mais le met au service de sa mise en scène, et d’un montage aux transitions bien vues, qui par ailleurs tout comme Night Shot, s’avère être maîtrisée et toujours lisible. La dernière partie de Gliitch ne fait pas que perdre le spectateur, c’est le genre même du found footage qu’il fait buguer en basculant dans une sorte de trip presque expérimental qui mélange horreur et drame psychologique, où la caméra change sans cesse de point de vue narratif jusqu’à un ultime twist inattendu qui remet en question la nature de la défaillance dans l’alimentation électrique d’un circuit électronique qu’est le glitch, qui n’est pas forcement informatique. Tout comme Night Shot avant lui, Gliitch n’est pas parfait. On regrettera sa première demi-heure peu intéressante, ainsi que ses montées en tension bien présentes mais qui ne trouvent jamais de point d’orgue et de fait le film ne fait jamais peur. Pas de quoi bouder Gliitch, tant il démontre que Hugo König ne fait pas du found footage uniquement par économie de moyens ou par facilité. Au contraire, le réalisateur prouve encore une fois sa capacité à apporter un petit quelque chose dans le genre sans pour autant transformer l’essai. Reste à attendre un coup de maître.

LES PLUSLES MOINS
♥ Une excellente dernière partie
♥ Des scènes à la tension bien présente…
♥ Le décors naturel et ses alentours bien exploités
♥ un found footage qui propose quelque chose d’intéressant
♥ L’ambiance réussie
♥ Une mise en scène maitrisée et toujours lisible
⊗ la première demi heure poussive
⊗ … mais ce n’est jamais flippant
⊗ Certaines scènes qui tirent en longueur

Second long métrage, second found footage pour Hugo König. S’il n’est pas sans défauts, Gliitch démontre une nouvelle fois la capacité du réalisateur à livrer un film du genre réussi qui se hisse dans le haut du panier du genre.



Titre : Gliitch
Année : 2023
Durée : 1h27
Origine : France
Genre : chérie, ça va Gliitcher
Réalisateur : Hugo König
Scénario : Hugo König

Acteurs : Mariel-Louise Compain, Fred Villabruna, Clarence Cassard, Lila Messiliti, Ania Klobukowska


5 1 vote
Article Rating

Auteur : John Roch

Amateur de cinéma de tous les horizons, de l'Asie aux États-Unis, du plus bourrin au plus intimiste. N'ayant appris de l'alphabet que les lettres B et Z, il a une nette préférence pour l'horreur, le trash et le gore, mais également la baston, les explosions, les monstres géants et les action heroes.
S’abonner
Notifier de
guest

4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Jonathan-asia
18 janvier 2023 8:40

Bonjour, le film est disponible où ?

Cherycok
Administrateur
Reply to  John Roch
18 janvier 2023 9:52

Mais il doit sortir en 2023 normalement c’est ça ?