[Film] Escape Game, de Adam Robitel (2019)


Un groupe de six personnes est envoyé dans un jeu d’évasion grandeur nature (escape game) dont les conséquences vont être mortelles. Ils ont une heure pour s’échapper et seule leur intelligence leur permettra de survivre.


Avis de Cherycok :
Je vous en ai parlé récemment sur ma critique de No Escape Room, il était normal qu’avec le succès mondial de ce nouveau genre de divertissements, le cinéma se mette à pondre des bobines sur le sujet. A l’inverse justement de No Escape Room, qui je le rappelle était un téléfilm produit par SyFy, Escape Game (Escape Room en VO) est un vrai film de cinéma. Plus de budget, plus d’ambition, une plus grosse envie d’offrir un vrai spectacle qui scotchera le spectateur à son fauteuil. 128M$US d’engendrés à l’heure où j’écris ces lignes (et ce n’est pas fini car le film est encore exploité en salles) pour un petit budget de 9M$US, le succès est donc au rendez-vous auprès du public au point qu’une suite directe est déjà annoncée et devrait sortir en Avril 2020. Et tout comme la production Syfy citée ci-dessus, Escape Game se rate bien comme il faut. Non pas que le film soit complétement inintéressant, on lui accorde certaines qualités sans aucun problème, mais il est beaucoup trop sage. Et pour un film qui cherche à pousser le concept de l’escape game à l’extrême, tout y est quand même beaucoup trop édulcoré et le jeu de massacre qu’on aurait pu espérer n’en est pas un du tout.

Après une première scène de cinq minutes complètement inutile et sans intérêt, puisque spoilant une partie du final du film, Escape Game va rapidement nous présenter quelques-uns de ses personnages. La jeune intello, le beau black riche et sûr de lui, le jeune qui n’a pas confiance en lui et qui comble ça par l’alcool, le geek puceau qui a fait des tonnes d’escape, … incarnés par une tripotée d’inconnus, si ce n’est Tyler Labine (vu dans Tucker and Dale vs Evil) et Deborah Ann Woll (vue dans True Blood). Et déjà là, on grince un peu des dents. Outre le jeu d’acteur parfois discutable de certains d’entre eux, les personnages sont très rudimentaires, voire tout bonnement inintéressants. Il y a aura bien des tentatives durant le film, via des flashbacks arrivant comme un cheveu sur la soupe, de les développer un tant soit peu mais c’est trop bancal pour convaincre. Il s’avèrera par la suite qu’ils auront des réactions souvent stupides, mais on a l’habitude avec ce genre de films.
Escape Game démarre assez vite. Après une présentation des règles habituelles d’une escape game qui respecte la réalité, même si une fois de plus aucun participant ne se connait. Alors ça se fait peut-être dans d’autres pays mais chez nous, on y arrive en groupe de potes / famille / collègues. Mais bon, soit. Et donc très rapidement, ça se lance, sans trop tergiverser, sans essayer de questionner le spectateur si oui ou non ils sont en danger. Oui, ils vont être en danger et à partir de là, le rythme du film sera soutenu, faisant souvent preuve d’une certaine efficacité. Sauf que cet aspect est plombé par une grande prévisibilité. Car au final, Escape Game est un film hyper classique. C’est du vu et revu sur lequel on a plaqué un thème « escape game » afin de coller à la mouvance du moment chez les jeunes (et les moins jeunes). Il est très facile de savoir l’ordre dans lequel les personnages vont mourir et même dans ces morts on ne peut qu’être déçu.

Car oui, comme explicitement dit plus haut, Escape Game est un film très sage. Trop sage. Beaucoup trop sage. On est ici beaucoup plus dans un film d’action / thriller que dans un film d’horreur. Certes, il y a des morts, mais elles ne sont jamais ni violentes, ni trashs. Aucune inventivité pour rendre quoi que ce soit sadique, pas l’ombre d’une goutte de sang, on est clairement dans le divertissement tout public. Et c’est fort dommage car les différentes salles que traversent les personnages sont plutôt bien fichues et il y avait matière à quelque chose de plus percutant. Les décors sont un des points positifs du film d’autant plus que le réalisateur a de bonnes idées de mises en scène (surtout dans la salle à l’envers), avec une caméra souvent placée très judicieusement et donnant, pour le coup, des plans assez inhabituels.
D’autres points négatifs sont également à évoquer, à commencer par un scénario assez calamiteux qui durant tout le film ne nous donne aucune explication, afin de tout balancer lors du final. Sauf que ces 5 dernières minutes viennent encore plus décrédibiliser le tout. Idée déjà vue, qui donne ici cette impression de tiré par les cheveux. On en vient à se poser la question si on n’aurait pas préféré ne rien savoir… Et puis c’est farci d’incohérences qu’ils essaient de gommer sans grande réussite au point qu’on se demande si le concept est vraiment adaptable en film en l’état. Est-ce que la meilleure adaptation d’une escape room qui existe à ce jour ne serait pas en quelques sortes Cube (1999) de Vincenzo Natali ou même Saw (2005) de James Wan à la limite ? (Alors que tous deux sont sortis à une époque où les escapes game n’existaient pas).

LES PLUSLES MOINS
♥ Certaines énigmes sympathiques
♥ De bonnes idées de mise en scène
⊗ Prévisible
⊗ Trop soft
⊗ Final raté
Nouvelle tentative vaine d’adapter la mode « escape room » en long métrage, Escape Game de Adam Robitel (Insidious 4) est bien en deçà des espérances. On ne passe pas un mauvais moment, mais on ne peut pas dire que c’est bien folichon non plus. Très moyen…



Titre : Escape Game / Escape Room
Année : 2019
Durée : 1h39
Origine : U.S.A / Canada
Genre : Sors de là si tu peux
Réalisateur : Adam Robitel
Scénario : Bragi F. Schut, Maria Melnik

Acteurs : Zoey Davis, Logan Miller, Jay Ellis, Tyler Labine, Deborah Ann Woll, Nik Dodani, Yorick van Wageningen, Cornelius Geaney Jr, Russell Crous

 Escape Game (2019) on IMDb


Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

5 Comments

Add a Comment
  1. Et mince…
    Je voulais y croire!

  2. Ah non mais quand je regarde les critiques à droite à gauche, je constate que beaucoup ont aimé. Mais en ce qui me concerne, ce n’est pas ça… Y’a trop de choses qui m’ont gêné, et pourtant je peux parfois être très bon public hein

  3. J’avais vu Insidious 4 de monsieur Robitel. Un peu comme ce que tu dis, c’était pas fameux, un peu prévisible, mais quelques bonnes idées de mise en scène. Et un final expéditif aussi.
    Mais pas honteux malgré tout. Peut-être qu’un jour je tenterais celui-ci aussi par curiosité 😉

  4. Quand j’ai entendu parler de ce film, je me doutais un peu que son statut d’œuvre commerciale et grand-public avait de fortes chances de le desservir plus ou moins…
    Le fait qu’il surfe sur une tendance sortie d’on ne sait ou m’inquiétait d’autant plus !
    Ta critique confirme mes craintes Chery ! Même si j’ai bien noté qu’il y a de bonnes choses dans le métrage…apparemment pas assez pour que ça donne quelque-chose de vraiment sympa !
    Argh, damned !
    Et le coup de la scène au début qui spoile une bonne partie du dénouement, ça c’est vraiment du foutage de gueule…un peu quand même, non ?!
    Quand au côté ultra prévisible et formaté de la chose, je ne suir pas surpris, vu que c’est une prod grand-public..

  5. Du coup, je me referais plutôt une séance de “Cube” et du 1er “Saw” !
    Quand à ce “Escape Game”, je le verrais peut-être si l’occasion se présente et si je n’ai rien de plus enthousiasmant sous la main !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *