[Film] Eastern Condors, de Sammo Hung (1987)


A la fin de la guerre du Vietnam, le Pentagone envoie dans la jungle un commando constitué d’anciens prisonniers pour détruire une base ennemie. S’ils réussissent, leurs sanctions seront levées, s’ils échouent, on fera disparaître toute trace de leur existence. Déjà envolés, leur mission suicide est annulée et ils ne le savent pas…


Avis de Cherycok :
Film connu depuis longtemps de tous les amateurs de péloches HK, Eastern Condors de Sammo Hung mérite néanmoins un revisionnage de temps à autres tant le divertissement qu’il propose est assez dantesque. Pour ceux qui ne le connaitraient pas ou qui ne l’auraient jamais vu, il s’agit d’une bonne porte d’entrée dans le cinéma de Hong Kong qui, avec ce film (ainsi que Shanghai Express, le précédent de Sammo Hung) revenait à la formule du divertissement à tout prix, avec du gros spectacle bien burné comme le faisaient les américains à cette époque. S’inspirant ouvertement de films tels que Les 12 Salopards, La Déchirure ou Voyage au Bout de l’Enfer, et même James Bond dans son final, Eastern Condors est une valeur sûre de l’action made en HK.

J’ai découvert certaines scènes de Eastern Condors avant de découvrir le film en lui-même. Je bavais devant ces bastons et cascades lorsque j’étais minot à chaque fois (soit bien 1 fois par semaine) que je regardais la VHS René Château Vidéo des « Plus Beaux Combats d’Arts Martiaux au Monde ». Ce film a donc une place toute particulière dans mon cœur. Mais revenons-en au contexte de l’époque. Au début des années 80, et au même titre qu’un Jackie Chan, Sammo Hung fait partie des gars qui comptent dans l’industrie du cinéma de Hong Kong. Alors qu’il enchaine les comédies kung fu, aussi bien devant que derrière la caméra avec des films tels que Les Flics de Hong Kong 1 et 2, Soif de Justice, Le Marin des Mers de Chine ou encore La Fureur du Revenant, il enchaine donc coup sur coup Shanghai Express (1986) et Eastern Condors (1987), deux films à gros budget misant tout sur le divertissement et chacun avec un casting tout bonnement monumental, comme ça a été rarement (jamais ?) vu à l’époque, aussi bien en termes d’acteurs ayant une grosse notoriété que d’artistes martiaux comme s’il en pleuvait. L’objectif est simple : faire péter le box-office avec des divertissements n’ayant rien à envier aux américains. Bien que le succès soit en dessous des espérances, le public se rue malgré tout en masse dans les salles. Shanghai Express rapporte 28M$HK et Eastern Condors 21M$HK. Mais revenons-en à nos moutons et donc à la vision des 12 Salopards par Sammo Hung car à la différence de tous les films qu’il a réalisés jusque-là, Eastern Condors dénote par un ton résolument sombre. L’humour est en effet réduit ici à son strict minimum (le bègue, quelques mimiques de Yuen Biao, quelques échanges légers ci et là) car nous sommes plus ici dans un film de guerre assez violent. On tue, aussi bien au couteau qu’à la mitrailleuse lourde, on torture psychologiquement comme lors de cette scène de roulette russe avec des enfants ; les environnements sont hostiles et même un simple village en rase campagne n’a rien d’accueillant. C’est ici bien plus dramatique, permettant d‘ailleurs à certains acteurs plus habitués aux films légers tels que Charlie Chen de montrer une nouvelle facette de leurs jeux d’acteurs.

Comme dit plus haut, le casting est tout bonnement exceptionnel. C’est une de ses forces mais également une de ses faiblesses car, par exemple, il y a tellement d’artistes martiaux qu’ils n’ont pas tous l’occasion de nous montrer l’étendue de leur talent. C’est par exemple le cas du duo Yuen Woo-Ping / Corey Yuen, célèbres réalisateurs / chorégraphes de Hong Kong qui sont presque uniquement là pour la touche comique de leurs échanges. Autre point négatif à ce casting abondant, impossible de développer les personnages. Alors peut-être est-ce dû au fait que la version internationale que tout le monde connait est expurgée des scènes aux USA du début du film (certaines sont visibles dans la bande annonce originale). Néanmoins, Sammo Hung les caractérise suffisamment et leur donne assez de péripéties pour qu’on s’attache à eux et qu’on soit « triste » lorsque leur heure a sonné. Eastern Condors préfère faire la part belle aux scènes d’action et aux moments de bravoure. Et ils sont nombreux ! Combats, gunfights, cascades assez monumentales, et acrobaties vont s’enchainer jusqu’à un final absolument dantesque de 15 minutes dans un entrepôt rempli de missiles, aux multiples combats : Sammo Hung vs Billy Chow, Yuen Biao vs Yasuaki Kurata, Joyce Godenzi vs Dick Wei, Sammo Hung vs Yuen Wah. Clairement, c’est un des rares films où il est difficile de choisir sa séquence préférée car elles sont toutes excellentes et vraiment bien chorégraphiées. La réalisation en elle-même est très efficace, très punchy et on passe un vrai bon moment de cinéma devant Eastern Condors.

LES PLUSLES MOINS
♥ Les scènes d’action
♥ Des personnages attachants
♥ Très rythmé
♥ Le casting
⊗ Personnages pas développés
Avec Eastern Condors, Sammo Hung réalise sa version des 12 Salopards et le résultat est un film de guerre ultra dynamique, aux moult scènes d’action toutes meilleures les unes que les autres, et au casting hallucinant. Un classique du cinéma de Hong Kong.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Sammo Hung pensait que sa taille et sa silhouette normales, qui convenaient à ses personnages comiques dans ses autres films, ne convenaient pas à un soldat. Afin d’être en forme pour le rôle principal, il a perdu 10 kilos en 3 mois en se nourrissant uniquement de poulet et de riz.

• Bien que le film se déroule au Vietnam, la plupart des scènes ont été tournées aux Philippines. Les scènes se déroulant aux États-Unis ont en fait été tournées au Canada.

• C’est le rôle de méchant qui a permis à Yuen Wah de percer. Cascadeur de longue date de Sammo Hung (qui a notamment doublé Bruce Lee dans les premières scènes d’Enter the Dragon), Yuen Wah est devenu un des méchants numéro un à l’écran à Hong Kong après son interprétation mémorable du général.

• Le montage original du film de Sammo Hung était beaucoup plus long, mais il a été fortement réduit avant la sortie. C’est pourquoi la bande-annonce originale du film, d’une durée de quatre minutes, montre un grand nombre de scènes supprimées et alternatives, y compris de nombreuses scènes du premier acte du film avec tous les héros principaux en prison, battus par les gardiens, se battant avec eux et d’autres prisonniers, une scène de basket-ball comprenant une autre bagarre massive, et une scène d’émeute en prison. Les scènes d’entraînement au cours desquelles des informations supplémentaires sur les personnages sont révélées ont également été supprimées.



Titre : Eastern Condors / 東方禿鷹
Année : 1987
Durée : 1h34
Origine : Hong Kong
Genre : Action Action Action
Réalisateur : Sammo Hung
Scénario : Barry Wong

Acteurs : Sammo Hung, Yuen Biao, Joyce Godenzi, Lam Ching-Ying, Charlie Chin, Cheung Kwok-Keung, Billy Lau, Yuen Woo Ping, Corey Yuen, Yuen Wah, Dick Wei

 Dung fong tuk ying (1987) on IMDb


5 1 vote
Article Rating

Auteur : Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.
S’abonner
Notifier de
guest
8 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Raph
Raph
7 janvier 2022 14:07

Ne serait-ce pas l’annif’ de notre ami Sammo aujourd’hui ? Bon timing pour la critique ! 😉 J’adore ce film où le seul truc qui me dérange c’est l’effet spécial sur la montagne à la toute fin 😀 Sinon, film parfait ! (je dois toujours avoir ma vhs hkvideo quelque part dans une caisse)

Feroner
Administrateur
7 janvier 2022 19:13

J’ai jamais été fan de ce film. Alors évidement la partie action est très réussie et rien que pour ca le film doit être vu (et revu). J’accroche pas au coté dramatique surement car ca reprend des films US qui lui sont supérieur dans ce domaine comme voyage au bout de l’enfer. C’est très sérieux et il y a quand même des blagues a la con qui passent pas du tout.

Faze
Faze
Reply to  Feroner
8 janvier 2022 2:32

Ah pour une fois je suis pas d’accord avec toi et je rejoins sans hésiter l’avis du taulier.
Vraiment le top du divertissement made in HK dans le style aventure / guerre.
Le film est super généreux (voir trop avec un tel casting comme le dit Chery) et a un rythme parfaitement maitrisé.
C’est le genre de peloche que je me refais une fois par an.

Et pour l’anecdote , à présent à chaque fois que je vois Lam Ching-Ying dans un film , c’est plus fort que moi je me dit « Ah tiens j’avais oublié que Cherycok jouait dans ce film ».

ps : Bon anniversaire Sammo !

Last edited 17 jours Il y a by Faze
Faze
Faze
Reply to  Cherycok
9 janvier 2022 2:13

Oui , mon cerveau à définitivement associé ta personne avec ton avatar ! :p

Même si je doute pas de tes capacités martiales … hum … 😉

Raph
Raph
Reply to  Cherycok
11 janvier 2022 20:06

C’est marrant, c’est pareil pour moi l’association :-p

Feroner
Administrateur
Reply to  Raph
11 janvier 2022 22:38

Pareil.