[Film] Dracula 3D (2012)

Le jeune Jonathan Harker est accueillit dans le château du Comte Dracula pour affaires, mais rapidement, il est attaqué par une jeune femme, Tania, qui le séduit, et le mord. Harker tente de s’échapper du château, mais est tué par un loup. La femme de Jonathan, Mina, arrive au village et reste avec son amie, Lucy. Inquiète pour son mari, elle part visiter le château.

Avis de Rick :
Dracula 3D, Argento, voilà qui fait peur d’avance. Argento, les fans, il n’en a plus beaucoup. Ceux ci ont désertés, à différentes périodes de sa carrière. Pour certains, la fin d’Argento, c’était dès 1982, après l’énorme Ténèbres. Mettre fin à sa carrière ici, c’est cependant passer à côté de son film suivant, le très bon Phenomena avec Jennifer Connely. Pour d’autres, la fin, c’était en 1987 avec Opéra, et il faut avouer que le film, malgré sa géniale mise en scène, était doté d’un scénario ridicule. Mais encore une fois, ce serait faire l’impasse sur certains très bons films comme Le Syndrôme de Stendhal ou Le Sang des Innocents (et oui, quelques très mauvais films, comme Trauma ou Le Fantôme de l’Opéra). Là où tout le monde tombe d’accord finalement, c’est à partir de Card Player en 2002, pourtant pas si mauvais que ça. Mineur, soft, mais pas encore une honte. Alors, Dracula 3D ? Aussi mauvais que Giallo ? Aussi drôle involontairement que Mother of Tears ? Aussi plat mais finalement potable que Card Player ? Et bien finalement, non à toutes les questions.

Dracula3D02

Un générique sur un décor tout en numérique…. Ça donne pas envie de continuer!

Heureusement, Dracula 3D n’est pas aussi raté que Giallo, malheureusement, il n’est pas aussi drôle que Mother of Tears, et malheureusement, il n’est pas aussi potable qu’un Card Player (loin de là). Mais après deux très mauvais films, le vieux Argento remonte doucement, très très doucement la pente, par certains aspects, et s’enfonce par d’autres aspects. Car s’il se fait vieux et déçoit de films en films, il ne faut pas oublier pour autant que le vieux (ex) maître avait livré le meilleur épisode de la saison 2 de Masters of Horror avec Pelts. Mais le problème avec Dracula 3D, c’est que des moments très sympas (mais rares) côtoient des moments franchement pathétiques qui descendent le film vers le bas, vers le nanar, voir souvent, franchement, le navet. Et vouloir adapter une nouvelle fois Dracula, c’était dés le départ un pari totalement fou, tant les bonnes adaptations, il y en a eu, tant avec les productions Hammer de la bonne époque, qu’avec les deux adaptations sous le nom Nosferatu qu’avec le Dracula de Coppola. Argento n’a pas franchement choisi la facilité, loin de là, et dès la scène d’ouverture, on peut faire un rapide détail des défauts et qualités de l’œuvre, qui heureusement, n’est pas dénuée de qualités.

Dracula3D06

Du sexe gratuit avant le mariage? Oh oui!

Quand tout commence, ça commence franchement mal, avec un générique sur un village créé entièrement numériquement, et franchement très très moche, le tout sur une musique ultra appuyée et ratée de monsieur Simonetti (mais bon, avouons le, ces quelques scores précédents, notamment pour Mother of Tears, n’étaient déjà pas fameux). On n’a pas franchement envie de continuer, mais après avoir encaissé Giallo, le fan de base est capable de tout supporter ou presque. Et on a bien raison, car dès la scène suivante, se calmant sur les animations numériques, le film prend un autre tournant, en nous montrant une mise en scène souvent soignée, malgré un aspect parfois téléfilm, notamment pour les éclairages un peu trop appuyés et surtout bien moches. Mais la mise en scène se montre carrée et plutôt efficace, et malgré une photographie peut être trop lumineuse (accentuant parfois un côté téléfilm), un jeu d’éclairage plutôt sympathique apparaît et donne un cachet  sympathique à certaines scènes.

Dracula3D08

La première apparition de Dracula… Oui, c’est une chouette… numérique…

Le film est entre de bonnes mains pour au moins nous donner un film carré visuellement, sur une histoire que l’on connaît par cœur, bien que Argento va opérer quelques mineurs changements dans cette histoire, et parfois, faire des choix douteux. Car oui, Dracula 3D est un film d’extrêmes, d’idées tantôt réussies, tantôt à côté de la plaque, de plans réussis puis totalement ratés, de scènes prenantes (rares) puis de scènes à mourir de rire, le tout donc dans une esthétique téléfilm, et avec CGI bien foireux. On pourra s’en apercevoir dès la première attaque du comte Dracula sur la jeune villageoise Tania. Le film nous propose quelques beaux plans de caméras, travelling et autres, et de jolis éclairages, et à côté de ça, des plans de nudité qui ne servent franchement à rien et des plans faisant appel au numérique, mais un numérique d’un autre temps, genre, une cinématique de Playstation 2. Bien entendu, on a vu pire dans les productions bas de gammes (Syfy, NU Image, The Asylum), mais le constat pique les yeux, surtout si on compare ses effets à ceux effectués sur le plateau, beaucoup plus violents et percutants.

Dracula3D13

Bref, l’histoire de Dracula 3D, à quelques petits passages près, ne joue pas sur la surprise, en reprenant l’histoire de Dracula quasi à la lettre près. Un village, un château isolé, le comte, le jeune Harker qui arrive en train (dans un plan à pleurer de honte), Mina, Lucy, tout est là, même le docteur Van Helsing, pour l’occasion joué par Rutger Hauer. Rien de bien surprenant, et c’est bien dommage, car vu la durée du film (1h50), l’ennui est bien souvent là. Passons aux acteurs. Là, on a du bon, et du très mauvais. Asia Argento, jouant le rôle de Lucy, n’est pas une mauvaise actrice de base, mais lorsqu’elle joue chez son père, c’est une autre histoire, car à part pour Le Syndrôme de Stendhal, la jeune femme n’est que très rarement concernée (Le Fantôme de l’opéra – sic – Mother of Tears – re sic). Ici, ben, c’est pareil, elle semble parfois se demander ce qu’elle fait là. Rutger Hauer lui, après nous avoir livré dernièrement une très bonne prestation dans Hobo With A Shotgun, semble lui aussi se demander ce qu’il se fait là, car le bonhomme a du mal à aligner plus de trois mots sans faire une pause dans ces phrases. Quel Van Helsing il nous offre là. Il semble lent, fatigué, pas concerné. Il se rattrape un peu sur la fin quand même, mais bon.

Dracula3D18

La palme du mauvais jeu revient cependant au prêtre, surjouant chacune de ses apparitions. Heureusement, à côté de ça, Unax Ugalde nous offre un Jonathan Harker peu présent dans le métrage mais plutôt crédible, tandis que Thomas Kretschmann nous offre un comte Dracula plutôt plaisant et intéressant, bien que n’arrivant pas à la cheville d’un Gary Oldman ou Christopher Lee, mais ne cherchons pas la comparaison là, ça ne ferait qu’enfoncer une fois de plus le film d’Argento. Il livre une honnête prestation la plupart du temps (traduction : à l’exception de quelques scènes nanardes) et rend le personnage crédible. Parfois même inquiétant, lorsqu’il reste figé dans un décor énorme, à guetter sa proie. Heureusement qu’il est là par ailleurs. Comme dit plus haut, la mise en scène est à milles lieux de celle de Giallo (mais à milles lieux des Argento de la bonne époque également, donc pas fameux au final). Les plans sont parfois beaux, fluides, le jeu d’ombres est parfois intéressant et donne une ambiance particulière, presque (trop) théâtrale au métrage. Les effets spéciaux, quand il s’agît de maquillages, sont réussis, et on est bien loin de l’aspect nanar et faux d’un Mother of Tears. On a droit à quelques meurtres violents, et Argento a eu l’intelligence de ne pas attarder sa caméra sur les effets pendant des plombes, ce qui aurait ruiné son effet et dévoilé en quelque sorte la supercherie (comme dans justement Mother of Tears).

Dracula3D22

“Do you hear them? The children of the night”… Oui on connait déjà ton texte!

Jusque là, Dracula 3D alterne franchement le presque bon et le catastrophique, mais deux éléments viennent s’ajouter à l’ensemble. La musique de Claudio Simonetti parvient par moment à sublimer une scène, en se faisant discrète et adéquate, alors qu’à d’autres moments, la musique prend son envol et ruine tout simplement la scène, lui donnant des airs de film de science fiction des années 50 (oui oui). M’enfin, l’interprétation chaotique, la musique qui en fait trop, ce ne sont pas là les seuls points faibles du métrage, puisqu’il y a bien pire. Oh oui. Le numérique donc, arrivant par exemple dès que Dracula va se changer en animal, ce qu’il fera assez souvent. Aigle, loup, mante religieuse géante (WTF ??!!)… Rien ne nous sera épargné, et le film nous montrera alors ses grandes limites et plongera dans ses quelques passages dans le nanar pur et dur, ou plutôt le navet, car on ne rigole pas. On pourra noter également l’utilisation de numérique pour tout ce qui concerne les flammes par exemple, l’arrivée à la gare, et le résultat fait mal aux yeux. Ces scènes d’ailleurs, sans aucun doute probablement pensées pour des effets 3D, passent très mal en 2D (et non, je ne testerais pas le film en 3D, étant contre ce procédé) et s’avèrent être les pires scènes du film, ne laissant que peu de place à la suggestion. Oui, Dracula 3D est vraiment un film d’extrême, certaines scènes sont franchement bonnes, bien que courtes et rares, d’autres totalement ratées (ah, la rencontre entre Asia Argento et Rutger Hauer), dotés de bons effets faits sur le plateau et de très mauvais faits par ordinateur, on passe très facilement du bon au mauvais, mais le film est un petit pas en avant, pas la résurrection de Argento, faut pas pousser, mais infiniment mieux que Giallo. Mais le fan aura toujours mal !

Dracula3D24

Une actrice qui a deux gros atouts!

Pas aussi raté que Giallo, pas aussi drôle que Mother of Tears, Dracula 3D alterne constamment les rares moments sympas et le très mauvais. Mais Argento a fait tellement pire dernièrement qu’on a « presque » envie de lui pardonner.

note3

Dracula3D26

 

 

Dracula3DTitre : Dracula 3D
Année : 2012
Durée : 1h50
Origine : Italie
Genre : Fantastique
Réalisateur : Dario Argento

Acteurs : Thomas Kretschmann, Asia Argento, Marta Gastini, Rutger Hauer, Miriam Giovanelli, Unax Ugalde et Maria Cristina Heller


Galerie d’images :

Dracula3D27

Elle a les crocs…

Dracula3D30

Une autre transformation digitale de Dracula… ratée aussi

Dracula3D37

Une scène réussie (si on ne compare pas avec les autres versions)

Dracula3D39Dracula3D40

Les rêves, il faut forcément des filtres de couleurs…

Dracula3D41

Un film de Dario avec Asia qui n’est pas nue, ce ne serait pas un vrai film!

Dracula3D45Dracula3D47Dracula3D52

Parfois, ça saigne bien!

Dracula3D54Dracula3D58

Asia dans son meilleur rôle… non je déconne!

Dracula3D59

Rutger Hauer, fatigué

Dracula3D63Dracula3D64

Ultime transformation (la plus ratée bien sur)

Dracula3D67Dracula3D70


 

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

Comments

Add a Comment
  1. Une mante religieuse ?! “Mais qu’est ce que ce fuck ?!

  2. vi, ils ont craqués là… J’avais jamais vu ça un vampire en mante religieuse…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *