[Film] Detention, de John Hsu (2019)

En 1962 à Taiwan, durant la période de la loi martiale, Fang Ray-Shin, une étudiante du lycée Hillside Greenwood tombe amoureuse de son professeur Mr Chang. À l’époque, les livres jugés contre le gouvernement était bannis, la liberté très restreinte, mais Mr Chang a organisé un groupe de lecture avec d’autres professeurs et quelques étudiants. Mais quand Mr Chang disparaît, Wei-Chong, un étudiant, et Fang se réveillent au milieu de la nuit, dans l’école, vide…


Avis de Rick :
Detention, à la base, c’est un jeu vidéo Taïwanais, et donc forcément, Detention au cinéma, en 2019, c’est une adaptation. Non, ne partez pas en courant, car Detention est possiblement la meilleure adaptation d’un jeu qu’il m’a été donné de voir. Un film qui a tout compris au scénario du jeu, à ses thèmes et ce qu’il voulait dire, et qui en a donc profité pour livrer une œuvre solide, respectueuse, et qui se suit avec plaisir, autant pour le connaisseur du jeu que pour celui qui n’y a pas touché. Ce dernier point est important, puisqu’il tient clairement du miracle. On s’en souvient de la scène en vue subjective de Doom, sauf que sans la manette en main, c’est vain. Rien de tout ça ici, Detention a été bien pensé, comme une œuvre de cinéma, et c’est encore plus un miracle lorsque l’on voit que John Hsu, le réalisateur et coscénariste du film, signe ici son premier long seulement, après quelques courts éparpillés sur 10 ans. Car visuellement, ça claque bien, et ce à tous les niveaux. Rien d’étonnant de voir que lors de sa projection au festival Golden Horse Awards (un festival à Taiwan), le film rafla le prix du meilleur nouveau réalisateur, du meilleur scénario adapté, des meilleurs effets visuels, de la meilleure direction artistique et de la meilleure chanson. Oui, ça fait un bon paquet de prix. La concurrence n’était peut-être pas bien rude après tout, mais ça fait quand même un paquet. Detention donc, c’est à la base un jeu horrifique, un survival horror. Mais avec un fond, et se situant à une période importante pour son pays, une période pas forcément bien joyeuse, une période de loi martiale, où lire certains ouvrages étaient interdits et passable de peine de mort. Même de parler librement était interdit. D’ailleurs, vous voulez rire un coup ? Le film est interdit en Chine, et il est interdit d’en parler sur un site internet Chinois. Comme quoi, a-t-on vraiment évolué depuis le temps ?

Detention donc, dés le départ, nous happe. Par sa réalité historique. Avant même qu’un quelconque élément horrifique ne débarque dans le récit, le climat du film, le climat politique et social de l’époque en réalité, nous explose au visage, et pose une ambiance lourde sur les personnages, mais du coup, sur les spectateurs également, pour peu que l’on y soit sensible. Detention, clairement, n’est pas un film joyeux, loin de là. Il se veut réaliste vis-à-vis de son sujet, et on a presque envie de dire que les éléments réalistes de son histoire, sa mise en image du climat politique et social de l’époque est bien plus flippant et oppressant que les moments horrifiques qui viendront par la suite. Ici, avoir en sa possession un livre interdit peut nous amener dans une cave pour y être torturé longuement avant de se prendre une balle dans la tête deux jours après. Dire le fond de sa pensée, pas mieux ! Ça ne plaisante clairement pas. C’est dans ce contexte bien tendu que l’on fait la connaissance de nos deux personnages principaux, la jeune Fang Ray-Shin, amoureuse de son professeur, et Wei Chong, un jeune homme amoureux de Fang, et qui fait parti du groupe de lecture, de livres interdits forcément, du professeur Chang. Sauf que le prof, c’est l’intérêt amoureux de la jeune Fang. Une histoire de trio amoureux vous me dites ? Et bien dans le fond, ça aurait été le cas, si Detention aurait été un film plus joyeux et dans un contexte différent. Car très rapidement, ça tourne mal, et ça vire à l’horreur, à coup d’école vide de nuit, de monstres divers et variés ayant un lien avec le contexte de l’époque, de scènes hallucinatoires, le tout entrecoupé de flashbacks pour bien comprendre comment nous en sommes arrivé là.

Et à tous les niveaux, Detention parvient à réussir ce qu’il entreprend, même si l’intrigue se fait un poil simplifiée par rapport au jeu, et que l’on pourra toujours dire que dans ses grandes lignes, c’est simple. Mais aucunement raté ni dénué d’intérêt. On pourrait bien dire que la partie horrifique, malgré des effets très corrects et des idées en pagaille, n’atteint pas la terreur qu’une telle intrigue aurait du permettre. Oui, Detention n’est pas un film qui va nous horrifier, mais dans tous les cas, cela reste un film qui nous tient en haleine du début à la fin, qui a de très belles idées, visuellement, et dans sa narration, et qui nous intéresse pour le sort des deux personnages principaux, même si le fin mot de l’histoire peut être deviné à l’avance par les plus attentifs. Dans ses derniers instants, plus contemplatifs, Detention parvient même à se faire plutôt surprenant par contre, relâchant alors la tension pour livrer quelques beaux moments, plus calmes. Et voir un film, surtout une adaptation d’un jeu vidéo, parvenir à maintenir un équilibre sur toute la durée entre une intrigue dramatique dans un contexte historique, le film d’horreur plutôt bien fichu et léché visuellement, c’est un miracle en soit. En réalité, plus que quelques simplifications, il y a bien quelques rares effets spéciaux fait par ordinateurs qui sonnent un peu plus faux, notamment dans le gymnase sur la fin, sans doute la faute à leur grande abondance dans ces dites scènes. Mais la découverte reste néanmoins une excellente surprise.

LES PLUSLES MOINS
♥ Très beau visuellement
♥ Le contexte historique et social
♥ Des scènes horrifiques bien fichues
♥ Soigné à tous les niveaux
♥ Histoire simple mais prenante
⊗ Quelques rares CGI trop voyants
note2
Detention peut être fier de lui, il est sans doute une des meilleures adaptations de jeu vidéo. En tout cas, il est la plus sérieuse et la mieux fichue. Entre drame, film historique et authentique film d’horreur, l’ensemble se mélange très bien et offre un film à l’ambiance lourde, à défaut d’être terrifiant.



Titre : Detention – Fan Xiao – 返校

Année : 2019
Durée :
1h45
Origine :
Taiwan
Genre :
Horreur
Réalisation : 
John Hsu
Scénario : 
John Hsu, Fu Kai-ling et Chien Shi-keng
Avec :
Gingle Wang, Chin-Hua Tseng, Meng-Po Fu, Pen-yu Chang, Cecilia Choi, Ching-Ting Hsia et Yue-Ti Liu

 Detention (2019) on IMDb


Galerie d’images :

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Matt
Matt
6 juillet 2020 18:35

Oooh intéressant ça.
J’en déduis que tu as fini le jeu depuis le temps ?^^
J’ai bien aimé le jeu, son atmosphère franchement lourde et triste.
ça m’intéresse bien cette adaptation du coup.
Tu l’as vu comment ce film ? Je parie que tu as trouvé un truc en vo sous titrée anglais dans un recoin d’Internet ? Je serai surpris qu’il soit sorti chez nous.

Cherycok
Administrateur
7 juillet 2020 8:39

J’avais que je ne connaissais ni l’existence du jeu, ni l’existence du film… Je découvre ^_^