[Film] Delta Force, de Menahem Golan (1986)

Un avion est pris en otage par un groupe de terroristes palestiniens. Pour sauver les passagers, on a fait appel à un commando spécial, le Delta Force.


Avis de Rick :
Avec Delta Force, énième film d’action de série B mettant en avant Chuck Norris, je découvre pourtant un autre visage de la Cannon Films, après celui peu ambitieux et peu subtil d’Un Justicier dans la Ville 2 et de quelques autres films, et celui bien trop ambitieux de Lifeforce et autres Superman IV. Bons ou mauvais, finalement, là n’est pas la question. Avec Delta Force, je découvre notamment un autre visage du producteur Menahem Golan, pierre angulaire du duo producteur de la Cannon, puisqu’ici, il co-scénarise le métrage et le réalise. Delta Force est donc un film qui lui tient particulièrement à cœur. Un projet au départ produit avec l’aide du vrai fondateur de la Delta Force, Charles Beckwith, et devant raconter l’opération Eagle Claw qui eu lieu en 1979, et qui ne se déroula pas comme prévu. Sauf que Menahem Golam est un éternel optimiste, et veut donc changer l’histoire, faire de cette mission un succès, ce qui ne plait pas forcément et force Charles Beckwith a quitter le projet.

Qu’à cela ne tienne, Delta Force va donc s’inspirer d’un autre fait divers, le détournement du vol 847 entre le Caire et San Diego qui a eu lieu le 14 Juin 1985. Mais encore une fois, le studio décide de changer le cour de l’histoire. Pas de négociations entre des terroristes et le président des Etats Unis ici, mais la bonne vieille méthode Américaine made in Chuck Norris, à coups de pieds dans la gueule. Pourtant Delta Force, durant sa première heure, reste très fidèle avec les événements réels, sur les passagers, les terroristes, la seule victime, les sévices infligés et la séparation des passagers Juifs, les multiples arrêts de l’avion au Bierut puis à Algiers. Cette partie là sera de toute façon la moins convaincante du métrage finalement. Mais étonnement, elle ne sera pas pour autant véritablement mauvaise, mais il est vrai que 2h05 pour un métrage d’action avec Chuck Norris produit par la Cannon, c’est un peu beaucoup, et cela s’en ressent. Mais ce qui surprend, c’est l’équipe que le studio est parvenue à réunir pour un pareil métrage, soit un banal film d’action mettant en vedette Chuck Norris, peu de temps après les deux premiers Portés Disparus.

On retrouve tout de même Lee Marvin dans le rôle d’un militaire de la Delta Force aux côtés de Chuck (ce sera son dernier film avant son décès en 1987), Robert Forster (Jackie Brown, Mulholland Drive) dans le rôle du méchant terroriste Israélien, ou encore George Kennedy (Les Y-a-t-il un Flic) jouant un prêtre juif qui a la malchance d’être dans l’avion, et qui ne sert pas à grand-chose. Mais à défaut d’avoir des rôles inspirés, ou d’être pour certains crédibles, ils font le boulot. Ce qui est encore plus surprenant par contre, c’est de voir Alan Silvestri à la musique. Sortant alors du gros succès que fut Retour vers le Futur de Robert Zemeckis, le voir à la barre d’une petite production Cannon, ça a de quoi surprendre, mais il livre un score musical finalement sympathique, avec un thème marquant qui sera réutilisé pendant des années par ABC Sports, et que je connaissais finalement avant même de voir le métrage. Et finalement, un score musical très sympathique, dans le ton du film, léger, un brin bourrin. Car si la première heure reste calme et tente de faire durer le suspense, en étant fidèle aux événements, et en retardant au maximum ce que l’on attend d’une telle production, à savoir l’action. Au départ, ça surprend, et du coup forcément, ça intéresse. Au début, car une heure, ça paraît long au bout d’un moment pour ce genre de métrage, si bien que l’on finit par voir ressortir tous les défauts, comme ce tournage dans un avion bien entendu posé au sol en vrai, et qui ne subit jamais aucune turbulence ni rien, stable comme pas permis. Ou ces acteurs secondaires beaucoup moins convaincants que le casting principal. Ou tout simplement ces scènes montrant la Delta Force qui se met en route, puis change de cap, devant donc préparer ses armes à deux reprises, mais qui ne fait absolument rien avancer. Heureusement, la Cannon Films restera toujours la Cannon Films, et il y a la seconde heure, festival pyrotechnique assez improbable où Chuck peut nous montrer enfin l’étendue de son talent.

Car négocier, ça ne fait pas parti de ses talents, ni même de son vocabulaire. Donc dés qu’un événement tourne mal, le voilà alors, fusil mitrailleur à la main, pour en finir avec ses méchants terroristes tous moustachus (oui, c’est important comme détail). Après tout, on aura attendu environ 1h10 pour voir la marchandise, donc Delta Force a intérêt à se lâcher. Et si ça commence doucement par une course poursuite en voiture dans les rues, le potentiel divertissant et parfois nanar débarque dés l’instant suivant, où la Delta Force doit alors libérer les otages, tout en « douceur ». Et par douceur, j’entends bien entendu à coup de moto équipée de roquettes, tirant à la fois en avant et en arrière. Oh oui ! Avec ce cher Chuck qui effectue lui-même ses cascades à moto, n’hésite pas parfois à mitrailler à bout portant un terroriste caché sous un matelas, et à mettre les pieds où il veut, et surtout dans la gueule de Robert Forster dans un combat final aussi bourrin que jouissif. Un héros américain typique des années Reagan, qui évite toutes les balles, dont les tirs font eux toujours mouche, et qui fait tout exploser sous son passage pour prouver la supériorité de l’armée Américaine. Ah la belle époque dirons certains, l’insouciance, et surtout cette époque où l’Armée Américaine était toujours victoire…au cinéma du moins, car dans la vraie vie, la hantise du Vietnam était bien là. Ici, nos héros tuent à bout portant, font des tirs tête, se servent du couteau et rentrent tous au pays avec les otages. Amusant de constater par contre que le final, avec l’avion qui décolle sur la piste d’atterrissage pourrait presque être vu comme précurseur de Die Hard 2, ou bien plus tard, Fast and Furious 6. Les otages en plus, et le score de Silvestri également. Et du coup, difficile pour moi de détester le métrage, tant sa proposition de cinéma un peu bête paraît un peu niaise, mais honnête. Just une envie de divertir en fait, sans chercher plus loin.

LES PLUSLES MOINS
♥ L’action débridée de la seconde heure
♥ Au départ, ça veut jouer sur la tension
♥ La moto de Chuck Norris
♥ Le thème de Alan Silvestri
⊗ Une première heure parfois longuette
⊗ Il faut bien entendu oublier la subtilité
note2
Quand Menahem Golan ne se contente pas de produire, mais écrit et réalise, cela donne Delta Force, où quand Chuck Norris avec la subtilité qu’on lui connaît va sauver des otages, avec sa mitrailleuse et sa moto équipée de roquettes. Généreux, naïf, divertissant, et du coup, un bon petit moment pas prise de tête, avec quelques têtes connues au casting et Alan Silvestri à la musique.



Titre : The Delta Force

Année : 1986
Durée :
2h05
Origine :
U.S.A. / Israël
Genre :
Action
Réalisation : 
Menahem Golan
Scénario : 
Menahem Golan et James Bruner
Avec :
Chuck Norris, Lee Marvin, Martin Balsam, Joey Biship, Robert Forster, Lainie Kazan, George Kennedy et Bo Svenson

 The Delta Force (1986) on IMDb


Galerie d’images :

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
13 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
NB9
NB9
13 juillet 2020 14:11

Je déteste ce film.

NomadSoul
13 juillet 2020 20:39

Moi j’aime bien Chuck et sa moto à lance roquettes qui ne fonctionne que sur la roue arrière ^_^

Faze
Faze
15 juillet 2020 3:53

Rick > Comme on en parlait la semaine passée , c’est clairement le 2 ème volet qui m’a marqué.
J’ai même un doute sur le fait d’avoir vu ce 1er épisode … pourtant j’ai souvenir d’un Lee Marvin au bout du rouleau et surtout , comme l’évoque Nomad , de motos roquettes en wheeling mode MegaForce. (Très bon nanar au passage le Megaforce)

Faze
Faze
Reply to  Rick
18 juillet 2020 2:48

Haha , je dis colombien mais pour être honnête je sais plus trop si c’est vraiment des colombiens … mais après le bad guy s’appelle Ramon Cota … préjugés et amalgames ! 😀

Faze
Faze
Reply to  Rick
18 juillet 2020 2:56

Ps : j’avais vu juste …le titre de Delta Force 2 en v.o : Delta force the columbian connection.

Nomad Soul
18 juillet 2020 17:15

Le 2 est un gros nanar dont j’ai gardé un souvenir assez vague. Effectivement ca se passe en Colombie, je me souviens de dialogues assez savoureux sur le contact local de Chuck, une jolie fille du cru, écrits avec beaucoup de tact et de subtilité !

Faze
Faze
Reply to  Rick
20 juillet 2020 1:41

Haha padre Rico sous pression , une horde de fans réclamant sa dose de Chuck !

Par contre je gardais un souvenir joyeusement nanar du DF2 … Faut croire que le temps embellit mes souvenirs …

Faze
Faze
Reply to  Rick
20 juillet 2020 23:22

Voila qui est déjà plus conforme à mes souvenirs ! 😀