[Film] Cursed, de Wes Craven (2005)

Ellie et Jimmy vivent seuls depuis la mort de leurs parents. Elle travaille pour une chaîne de télévision et lui est encore au lycée. Un soir, en rentrant chez eux, ils percutent un animal et ont un accident de voiture avec leur chien, Zipper. De là, un loup-garou les attaque et les griffe. C’est ainsi qu’ils sont contaminés, et vont peu à peu devoir empêcher la malédiction du loup-garou de se réaliser.


Avis de Rick :
Cursed, c’est un cas d’école, une bataille constante, une bataille de 2 ans et demi, un carnage cinématographique, un four au box office, et surtout, un mix improbable entre le navet et le nanar, le tout financé à hauteur de 38 millions de dollars, une somme tout simplement hallucinante pour un film d’horreur, un film de loup garou, un film de Wes Craven, tout ce que l’on veut. Un cas assez spécial dont l’on discute encore aujourd’hui. En 2014, l’actrice Judy Greer, ayant un rôle important dans le métrage, en parlait encore en interview, ne comprenant pas pourquoi les choses sont devenues ce qu’elles sont. Lister tous les soucis du métrage sont nombreux. Wes Craven devait au départ faire un autre métrage, mais a été amené sur le projet Cursed pour les frères Weinstein et Dimension Films. Un projet rapide qui aurait pu le faire patienter avant de se lancer dans un autre projet. Tout se passait bien au début, sauf qu’une fois 90% du métrage tourné, en réalité, quasiment tout sauf le final, sauf que Bob Weinstein changea d’avis et ordonna à l’équipe de retourner intégralement le film. Le film fut donc réécrit au fur et à mesure qu’il fut retourné. De nombreux acteurs ne peuvent revenir, soit à cause de conflits d’emploi du temps, soit parce qu’ils n’aiment pas la direction que le projet prend, le final est intégralement changé, l’intrigue même du film est changée. Au départ, Cursed parlait de trois personnages réunis par un accident de voiture et qui vont essayer de comprendre qui est le loup garou pour stopper la malédiction. Dans la version réécrite, il n’y a plus que deux personnages, le troisième étant Shannon Elizabeth et mourant d’entrée de jeu.

Mandy Moore qui avait tournée toutes ses scènes est remplacée par Mya, Skeet Ulrich quitte le métrage suite aux changements apportés au script et est remplacé par Joshua Jackson, les trois personnages principaux sont totalement réécrits (deux deviennent frère et soeur, alors qu’ils étaient des inconnus qui ne se connaissaient pas dans la première version), et du aux réécritures et au retournage quasi intégral, les scènes de Illeana Douglas, Heather Langenkamp, Scott Foley, Omar Epps, Robert Forster, James Brolin et Corey Feldman sont coupées. Au final, que reste-il du carnage Cursed en regardant le métrage terminé, tel qu’il est ? Et bien on ne va pas mentir, c’est mauvais. Pas si catastrophique que ça dans le sens où quelques scènes tirent leurs épingles du jeu, mais disons le clairement, le film est, à 30%, un film sérieux, mais également à 35% un navet au choix chiant ou embarrassant, et à 35% un nanar totalement à mourir de rire. Et à vrai dire, qu’est ce qu’il y avait à ajouter au mythe du loup-garou en 2005 ? Le Loup-Garou de Londres et Hurlements en 1981 avaient au final déjà fait le tour de la question, même si dans les années 2000, Dog Soldiers se faisait fun et Ginger Snaps était une grande surprise. Il suffit de voir Wes Craven à la mise en scène et Kevin Williamson au scénario pour comprendre les intentions de base du métrage, à savoir démythifier le mythe du loup-garou, le prendre à contre sens, avec ironie. Le souci, c’est que le scénario n’est pas passionnant et parfois risible. Les rebondissements sont prévisibles, les situations s’enchaînent sans être convaincantes. En fait, c’est simple, Cursed c’est juste Scream mais avec un loup-garou. Il faudra encore deviner l’identité du tueur (de la bête), il y a encore des prétextes bidons (la jalousie, tout ça). Scénaristiquement, ce n’est pas une réussite, et il faut avouer que les réécritures n’ont pas du faire du bien à un projet sans doute fragile mais peut-être mieux pensé au départ.

Mais, et là on entre dans le gros du sujet, à côté il y a le reste, notamment la mise en scène, peu inspirée, et les effets spéciaux, voir des scènes en particulier qui semblent venir d’autres métrages tant elles sont en décalage avec l’approche sérieuse que le film veut se donner par moment. Ainsi, quand on ne s’ennuie pas devant une intrigue cousue de fil blanc, nous voilà face à un film mettant en avant un loup-garou, le plus souvent en CGI totalement dégueulasses. Quand vont-ils comprendre que les loups-garous les mieux faits sont ceux faits sur le plateau, comme dans les films des années 80, ou même à la même période dans les Ginger Snaps. Van Helsing, Underworld (même si j’aime bien certains Underworld), les loups sont moches dés qu’ils sont en CGI. Que ce soit les déplacements de la bête ou les transformations, Cursed utilise des CGI qui agressent les yeux tant l’ensemble manque de finition, de réalisme, de textures. Un carnage. Et comme passé la première moitié du film, le métrage veut se faire « généreux », la bête sera beaucoup présente, le film se transforme même en affrontement, le plus souvent raté. Car il n’y a pas que le look du loup qui est raté, mais les scènes en elles-mêmes sont ridicules, avec par exemple Jesse Eisenberg qui fuit en marchant au plafond, ou le pire du pire, cette scène dont tout le monde a entendu parler, la scène du loup-garou qui débarque et fait un doigt.

Véridique, cette foutue scène est dans le film. Et si elle est, en terme de crédibilité, la pire, elle est en terme de divertissement nanar la meilleure. Du grand cinéma je vous dis ! Mais comme je l’annonçais, si le film est un carnage, tout n’est pas à jeter. 35% du film est à jeter intégralement soit par sa nullité, soit par son ennui, et un autre quart du métrage est également à jeter, mais ironiquement nous réveillera et nous fera rire, car on hallucine. Oui, la scène du doigt, mais également l’affrontement final, totalement nawak. Et à côté, il y a des scènes sérieuses qui étonnement s’en sortent vraiment bien. On pourra noter la première attaque au début du film dans la voiture, plutôt bien foutue, tout en suggestion, et avec une bête certes ultra furtive mais qui n’a pas l’air d’être générée par informatique. Ou encore, bien plus tardivement, la scène des miroirs, plutôt réussie dans sa mise en scène et sa tension qui semble s’étirer. Des moments rares qui semblent venir d’un autre film vu le sérieux de ces scènes. Et puis malgré la stupidité de l’ensemble, certains acteurs font du bon boulot, comme les deux principaux, Christina Ricci et Jesse Eisenberg (que l’on découvrait, bien avant Zombieland et compagnie), plutôt investis. Un gâchis de talent sans aucun doute. Cursed est donc un mauvais film, un film maudit qui porte donc bien son nom. Je ne suis pas un grand fan de Wes Craven, et quand on ne lui laisse pas faire ce qu’il veut, c’est sans doute pire.

LES PLUSLES MOINS
♥ Quelques bons acteurs
♥ Des scènes nanardes qui font rire
♥ Quelques rares scènes efficaces
⊗ Parfois l’ennui pointe le bout de son nez
⊗ Une narration classique et prévisible
⊗ Des moments ridicules
⊗ Le loup-garou en CGI, ignoble
note8
Cursed est maudit, et raté. Quelques rares moments à sauver dans un film qui n’invente rien et est souvent de mauvais goût.



Titre : Cursed

Année : 2005
Durée :
1h37
Origine :
U.S.A.
Genre :
Carnage de production
Réalisation : 
Wes Craven
Scénario : 
Kevin Williamson
Avec :
Christina Ricci, Jesse Eisenberg, Judy Greer, Portia de Rossi, Scott Baio, Joshua Jackson, Shannon Elizabeth et Scott Foley

 Cursed (2005) on IMDb


Galerie d’images :

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

7 Comments

Add a Comment
  1. Celui-là, je n’ai jamais osé, et je vois que j’ai bien fait ! Rien que la jaquette me balançait des “Ne me regarde pas !”

  2. Alors on voit pas trop les CGI dans tes captures mais déjà le masque, on dirait la marionnette du loup des Minikeums…^^ (sur le 4eme scan)
    A moins que ce soit des CGI…
    Enfin dans tous les cas c’est bien laid.

  3. Chery, toi qui oses tout!!!!!
    Le souci des captures c’est que ça utilise les CGI pour les transformations (ça pas de soucis, j’en ai posté, c’est pas beau), et pour les mouvements assez rapides, donc ça rend rien en captures. Les rares gros plans, ou le fameux plan du doigt, c’est du maquillage, et au final, c’est tout aussi ridicule.

  4. Je me suis fait chier devant , et du coup même les scènes bien emballées (rares ma foi) souffrent du reste du métrage qui les discréditent …
    Plutôt navet que nanar pour ma part , et le doigt du loup garou je le prend personnellement de la part de Kevin et Wes.

    Ps : cette chronique est un coup bas de Rick envers ma personne , sachant que j’allais être de mauvaise humeur rien qu’à la voir publié.
    Du coup je te retourne le doigt du loup ! 😀

  5. Oh après pour moi, y a genre 2 moments drôles dans le film, mais sinon ça reste un navet. Un gros gros navet.
    Rajoute Bob et Harvey Weinstein pour ce doigt, car c’est eux qui ont forcés un retournage intégral du film en cours de route, et comme je sais que le final était au départ totalement différent.

    PS : Mais non, dans tous les cas j’avais la chronique qui attendait depuis un an, il était temps que je la mette en ligne 😉 Tu m’as aiguillé dans la direction à prendre c’est tout ahah

    1. Weinstein qui me glisse un doigt … normal vu le pédigré du bonhomme ! 🙂

      1. Cette blague était oh combien facile, mais j’ai tendu la perche en même temps 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *