[Film] Bleeding Steel, de Leo Zhang (2017)


Un agent aguerri des forces spéciales se bat pour protéger une jeune femme contre une organisation aux intentions malfaisantes. En même temps, il se sent connecté par un lien spécial avec la jeune femme, comme s’ils s’étaient déjà rencontrés dans une autre vie.


Avis de Cherycok :
Je sais que je devrais arrêter d’attendre quelque chose de chaque nouveau film de Jackie Chan. Surtout après le calvaire qu’auront été ses dernières bobines. Chinese Zodiac, c’était mauvais. Skiptrace, c’était mauvais. Kung Fu Yoga, ce n’était pas mauvais, c’était très mauvais. Railroad Tigers et The Foreigner sont à priori bons, mais je ne les ai pas vus. Je devrais sans doute arrêter de m’infliger déception sur déception et juste garder en mémoire tous ces films de Jackie qui ont bercé mon enfance et mon adolescence. Mais non, je suis têtu, j’insiste, et je m’inflige son dernier gros film en date, Bleeding Steel de Leo Zhang. Bleeding Steel, c’est quoi ? C’est une comédie d’action de science-fiction à tendance cyberpunk MTV. Oui, tout ça. Mais surtout, Bleeding Steel, ce n’est pas bon, et ça rajoute un Jackie Chan de plus à ma liste « Putain, faut que j’arrête de regarder les nouveaux Jackie Chan ».

Bleeding Steel, c’est un gros budget chinois de 65M$US réalisé par le jeune Leo Zhang dont c’est le 2ème film, qui a envie de concurrencer les grosses machines hollywoodiennes au box-office local. Outre Jackie Chan, dont c’est la première incursion dans la science-fiction, on retrouve dans le casting la jeune chanteuse taïwanaise Nana Ouyang (To The Fore de Dante Lam), le jeune comédien/chanteur Show Lo (The Mermaid de Stephen Chow), la jeune Erica Xia-Hou dont c’est le premier film, Callan Mulvey (Batman vs Superman, la série Hartley Cœur à Vif) ou encore la jolie Tess Haubrich (Alien Convenant).
Le film commence pourtant très bien dans ses 15 premières minutes. On est dans quelque chose de noir, de dramatique, avec en prime une fusillade, presque gore par moment, et moult effets pyrotechniques. Le ton est extrêmement sérieux, violent, désespéré, sans aucune once d’humour, pour une scène qui aurait carrément pu faire office de final à un bon polar HK mâtiné de SF. On se dit que, punaise, si tout le film est comme ça, y’a moyen de passer un excellent moment ! Mais passé cette introduction qui déménage, le film prend des airs plus « jackychanesques », avec l’ajout de gags enfantins et de bastons un peu plus de son cru. Pourquoi ce changement de ton ? Pourquoi ne pas rester dans un style très noir comme cette introduction ? Certes, j’ai aimé Jackie Chan, comme beaucoup, pour ces films mélangeant humour, bastons et cascades. Mais aujourd’hui, ça ne fonctionne plus, c’est redondant, c’est fatiguant. On a pu voir qu’il était très à l’aise sur des films sérieux (New Police Story par exemple) et que le public l’avait suivi et acclamé pour cela. Même s’il reste leste à 64 ans, il est clairement temps de se renouveler…

Parce que là, ce n’est même plus amusant, et on tombe dans le ridicule. Bleeding Steel accumule parfois les clichés à un point que ça en devient grotesque. Mais le pire reste l’accumulation d’invraisemblances dans son scénario et son montage. Les scènes s’enchainent souvent de manière étrange, comme s’il manquait un liant entre elles. Elles pourraient presque être indépendantes chacune dans son coin (il n’y a qu’à voir les 15 premières minutes comparées au reste) et c’est de toute façon le scénario de manière générale qui n’a aucun sens. Bleeding Steel a le cul entre deux chaises, mais deux chaises tellement éloignées qu’on a du mal à aller de l’une à l’autre. La partie Cyberpunk d’un côté, l’autre tout à fait « normale » de l’autre. Pourquoi ces soldats en armure complète futuriste ? D’où sort cette technologie de cœur en métal ? Tout cela aurait pu être intéressant si tout l’univers du film tournait autour mais ce n’est pas le cas et il préfère nous raconter les querelles de cantine de la jeune héroïne, ou nous faire subir une pseudo scène d’action absurde avec une statue en forme de main qui finit en doigt d’honneur. On ne l’avait pas du tout vu venir dis donc…
Car même les scènes d’action (outre la première donc) sont à coté de la plaque. La baston au sommet de l’opéra de Sidney aurait pu donner quelque chose d’excellent si la mise en scène n’avait pas été ratée, mais en l’état actuel des choses, c’est simplement raté. On n’y croit plus. Et cette shaky cam par moment, arrêtez ça ! Le film finit en apothéose avec un final parmi les plus cons qu’il m’ait été donné de voir (le bras coupé et… sa suite). On se consolera avec le générique de fin et, comme d’habitude chez Jackie Chan, son bêtisier qui nous montre en plus des extraits du tournage de la première scène et ses vrais effets pyrotechniques nous prouvant une fois de plus que ça a une toute autre gueule que des CGI dégueulasses.

LES PLUSLES MOINS
♥ Les 15 premières minutes
♥ Le bêtisier de fin
⊗ Montage étrange
⊗ Réalisation en dents de scie
⊗ Casting pas top
⊗ Scénario débile
Malgré un début excellent, Bleeding Steel rejoint très rapidement Kung Fu Yoga, Skiptrace et autres Chinese Zodiac au rayon des films récents de Jackie Chan qu’il faut oublier. Passez votre chemin, ce n’est pas bon. On se demande parfois comment Jackie Chan choisit ses films…



Titre : Bleeding Steel
Année : 2017
Durée : 1h49
Origine : Chine / Hong Kong
Genre : Bleeding eyes…
Réalisateur : Leo Zhang
Scénario : Leo Zhang, Erica Xia-Hou, Siwei Cui

Acteurs : Jackie Chan, Show Lo, Nana Ouyang, Erica Xia-Hou, Callan Mulvey, Elena, Kim Gyngell, Damien Garvey, Bowie Lam, Gillian Jones, Tess Haubrich

 Bleeding Steel (2017) on IMDb
























Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

Les derniers articles par Cherycok (tout voir)

11 Comments

Add a Comment
  1. T’as tenu jusqu’à la fin chapeau moi j’ai juste regardé la scène d’ouverture que j’ai pas trouvé si bonne que ca alors la suite non merci.
    Dans le genre dieux de hk sur la fin j’ai préféré le dernier John Woo que tout le monde détesté alors qu’avec Oli et Post on a bien aimé (avec de grosses réserve quand même).
    https://echecetcinemat.wordpress.com/2018/02/15/manhunt-john-woo-2017/

  2. Bah, pour ma part, j’ai commencé à lacher les Jackie Chan à partir du film “Le Smoking” qui même s’il n’était pas catastrophique, n’envoyait plus du bois de la même manière…
    J’ai adoré “New Police Story”, mais pour le reste (Le Médaillon, Kung-Fu Yoga et consort) je pense qu’il faut se faire une raison..
    Ah moinr que Jackie nous signe son vrai grand retour un de ces quatre ! Wait and see…

    Tiens du coup, je vais me refaire “Rumble in the Bronx” !

  3. Alors sincèrement Paga, essaie de voir Little Big Soldier, il vaut le coup d’oeil

    1. Ah oui, c’est vrai que je ne l’ai pas vu celui là…
      Faudra que je le tente à l’occasion !
      Merci du conseil Chery !

  4. Ouais récemment, à part The Foreigner que j’avais beaucoup aimé, y a vraiment pas grand-chose de passionnant à se mettre sous la dent de la part de Jackie. Chaque fois qu’il tente un film différent (New Police Story, Shinjuku Incident, The Foreigner), ce sont plus des écarts et il revient aux mêmes travers le film suivant. Dommage.

  5. C’est ça. Estc-e qu’il se dit que à son age, tant qu’il sera present dans des gros films, qu’ils soient bons ou pas bons, c’est toujours ça de pris ? Peut-être la peur de disparaitre des radars petit à petit lui qui avait toujorus rêvé d’être célèbre…

  6. C’est peut être juste l’envie de rester actif qui le fait signer pour d’autres films. Après ce n’est pas lui qui réalise ces gros navets donc c’est pas vraiment sa faute si c’est nul^^
    Tous les acteurs en fin de carrière tournent dans de la merde parce qu’ils ne sont plus assez populaires et qu’ils ne trouvent que ça. Pourquoi ils n’arrêtent pas tout court ? J’sais pas. Ils ont peut être claqué tout leur pognon et ils veulent en récupérer^^ Ou alors ils ont du mal à lâcher un métier qui leur plaît.

    Bon mais au final ça existe les bons Jackie Chan américains ?
    Le premier Rush Hour était pas mal (si on supporte Chris Tucker) mais à part ça, il y a quoi de potable ?

  7. J’aime bien Rush Hour 2 moi, ainsi que je ne sais plus quel Shanghai Kid. Mais il doit y avoir du vrai dans ce que tu dis, c’est pareil pour certains acteurs ricains. Mais pour moi le problème n’est pas là. Ca ne pose pas problème de continuer d’essayer d’exister, mais pour moi il doit changer de style de film. Soit du pur polar, soit de la pure comédie, soit du drame, peut importe. Mais quand ton age avance, tu ne peux plus faire autant de pirouettes qu’avant, de trucs badass, donc au bout d’un moment, ca devient ridicule aussi car tu le sens qu’il ne peut plus trop.

  8. Tu as raison.
    Après je ne sais pas comment ça se passe dans les faits.
    Ils ne trouvent pas forcément ce qu’ils veulent comme films.
    Alors de temps en temps tu as un The Foreigner qui, parait-il, est un bon film.
    Mais après si c’est un gros naze de réalisateur qui sollicite Jackie, peut-il refuser ? Est-ce qu’il a 50 propositions différentes à son age ? Pas sûr.
    Bon il a peut être assez de pognon pour arrêter mais comme je le dis, c’est peut être pas facile de prendre sa retraite^^

  9. Je pense que c’est très dur après tant d’années dans le milieu de se dire “voilà, c’est terminé, on arrête”. Tellement de souvenirs, puis les tournages, c’est un mode de vie totalement différent, on en devient très vite addictif. Mais oui comme dit Chery, il devrait au moins tenter de changer de style. Même s’il y a quelques scènes d’actions, The Foreigner est avant tout un polar (et un bon polar). Jackie a en plus prouver qu’il pouvait jouer le drame et tout.

  10. J’ai finis par le voir en entier et c’est bien foireux mais assez drole au final tellement c’est kitch les look des mechants sont bien ridicule et le passage emotionel avec Jackie qui pleure sur son echelle m’a fait eclater de rire en plus de la scene d’ouverture il y a deux trois scenes d’action pas crade.
    Au final un nanar divetissant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *