[Film] Angel of Vengeance, de Liu Sung-Pai (1993)


Une jeune femme à la recherche de sa sœur kidnappée s’allie avec une étudiante travaillant sur la prostitution.


Avis de Palplathune :
Angel of Vengeance est un sacré bordel. Doté d’un budget très réduit, le film donne une impression de bricolage, comme si 2 films différents avaient été assemblés en un et quelques scènes retournées pour l’occasion afin de donner un semblant de cohérence. On ne peut pas vraiment dire que le résultat soit très convaincant et le film souffre toujours de gros problèmes d’unité.

Le premier segment de l’histoire est le plus court et le plus sympathique. On y voit Yukari à la recherche de sa sœur enlevée par des malfrats et combattre un gros truand. Intrigue minimale et mal foutue (recherche faite avec les pieds, une histoire de revanche jamais exploitée vaguement lancée en début de film… Je vous avais prévenu c’est le bordel !) mais qui a l’avantage de mener quasi systématiquement à des scènes d’actions. Yukari et les quelques autres artistes martiaux qui l’entourent délivrent les coups avec efficacité et le chorégraphe/réalisateur parvient à trouver les angles adéquats et à injecter un peu d’énergie. Ça n’atteint jamais des sommets d’intensité mais parvient à tenir une bonne moyenne générale, ce qui au vu du budget du film est déjà remarquable. Le plus amusant tient à de petits pétages de plombs ponctuels de la part du réalisateur. Ainsi en milieu de film surgit de nulle part un personnage quasi muet, sorte de version féminine de Wong Fei-Hung dont le seul rôle est de se battre contre nos héros ! Complètement surréaliste mais très amusant pour peu qu’on ne prenne pas le film au sérieux. Le final est du même tonneau. La séquence (sur fond de la musique de Patlabor) débute comme un final typique de série B HK, Yukari face aux truands dans un terrain vague, mais dérive dans le n’importe quoi quand Chung Fat commence à se battre. Ce dernier se retrouve à voler, faire des techniques limites magiques comme s’il sortait tout droit d’un Wu Xia. Un grand moment.

Le second segment est celui qui occupe la majorité du film et c’est bien regrettable étant donné qu’il est particulièrement inintéressant. Le concept est celui d’une étudiante (fille d’une mère maquerelle) cherchant à finir une thèse sur la prostitution et infiltre pour ça les réseaux locaux. Une technique stupide vous me direz mais la pauvre jeune fille n’a pas l’air d’être une lumière, ceci explique peut-être cela… Vaguement comédie, vaguement romance et vaguement catégorie 3, ces moments sont surtout complètement barbants. Les personnages ne sont même pas attachants, voire même carrément agaçants. Le sommet de l’inintérêt est atteint lors d’une longue séquence de viol, trop mal filmé et jouée pour qu’on ressente la dureté de l’acte et pas assez « chaud » pour pouvoir jouer la carte du second degré comme certains cat 3 l’ont fait.

LES PLUSLES MOINS
♥ Les scènes d’action
♥ Des moments bien nawak
⊗ Le reste du film…
Un film à réserver aux collectionneurs.



Titre : Angel of Vengeance / 廟街十三妹
Année : 1993
Durée : 1h30
Origine : Hong Kong
Genre : Girls with Guns
Réalisateur : Liu Sung-Pai
Scénario : Liu Sung-Pai

Acteurs : Yukari Oshima, Chung Fat, Alex Fong, Alexander Lo-Rei, Huang Cheng-Lin, Chu Ben-Ke, Tu Kuei-Hua, Ho Pak-Kwong, Leung Sam-Wing, Che Ming-Yin

 Miao jie shi san mei (1993) on IMDb


5 1 vote
Article Rating

Auteur : palplathune

S’abonner
Notifier de
guest

1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Rick
Administrateur
1 août 2022 18:09

J’ai vu la bête hier soir… en effet, pas bon. Je ne savais rien du film, du coup, j’y ai cru, durant l’ouverture, car ça perds pas de temps, baston dans la rue, puis Oshima arrive, encore baston et tout. Puis arrive Betty pour l’autre intrigue, et il a beau toujours se passer un truc, c’était pas intéressant, racoleur mais jamais fun ou jamais choc, juste, pas bon. Si bien que les moments WTF notamment sur la fin ont pas hyper marché sur moi, avec en plus ce pauvre Alex Fong qui a du mal à lever la jambe 😀
Puis HK à l’époque et les copyright musicaux… on a du Phantasm, du Elm Street, le thème de The Thing 2 ou 3 fois…