[Film] Adam Chaplin (2011)

Dans la ville d’Heaven Valley, Dennis Richards est le Boss. Tout est sous son contrôle et la trahison est accompagnée d’une mort atroce. La femme d’Adam lui devant de l’argent, il va la brûler vive pour la punir de ne pas avoir tenu ses engagements. Adam, fou de colère et impuissant face à un homme intouchable, invoque un démon qui va lui donner des pouvoirs surhumains afin de l’aider à se venger de Dennis. Le massacre peut commencer…


Avis de Cherycok :
Il aura suffit d’un trailer trouvé au détour d’un site web pour que l’amateur de gore que je suis se jette sur ce petit film indépendant italien qui promettait du sang, du sang, du sang, et encore du sang. Après visionnage, il y a une chose qu’on peut affirmer, c’est que la bande annonce n’était pas trompeuse et qu’on assiste 1h24 durant à une boucherie sans nom.

Petit film indé donc au budget semblant des plus serré et il y a fort à parier qu’une grosse partie soit parti dans les très nombreux effets ultra gores et trash qui nous sont proposés. C’est simple, on avait pas vu aussi sanglant depuis très longtemps à part peut être du coté du Japon et des productions Sushi Typhoon. Adam Chaplin rappelle d’ailleurs sur bien des points le Tokyo Gore Police de Yoshihiro Nishimura même si c’est bien évidemment à Ken le Survivant ( le dessin animé, pas le film US) à quoi on pense tout de suite tant le film s’apparente à un manga live sur bien des points. Ken le Survivant, c’est déjà bien violent… ici c’est encore pire !
C’est une véritable boucherie et le mot est faible ! Têtes littéralement explosées, corps coupés en deux, membres arrachés, morceaux de cervelle qui volent, corps transpercés de part en part par un tube métallique,… Ca gicle dans tous les sens, c’est ultra dégueux, mais surtout ultra jouissif de voir cette grosse brute de Adam Chaplin aussi large que deux Stallone sous stéroïdes exploser des têtes à grands coups de point. C’est très couillu, hyper bourrin, on assiste parfois médusé devant un tel spectacle où le sang coule par camion citerne pour la moindre chose.

Ces effets sont un mélange d’effets très artisanaux couplés à du numérique qui pour une fois ne dénaturalise pas la chose. On sent une réelle maitrise dans les effets gores et le réalisateur (et également acteur principal du film) se permet même de très jolis effets de style très graphiques aussi inutiles qu’indispensable vu le délire de son film. On pense irrémédiablement aux débuts de Peter Jackson et à ses Braindead ou Bad Taste mais également à des films tels que Street Trash de J. Michael Muro pour ses nombreux clochards qui vont en prendre plein la tête et son côté très sale.
Ce côté sale, Emanuele De Santi va le peaufiner autant qu’il le peut en nous dépeignant une ville nommée Heaven Valley qui ne porte pas du tout bien son nom tant tout y est chaotique. On baigne en plein univers post-apocalyptique vraiment très malsain et malgré le très faible budget, l’ensemble tient bien la route avec ces personnages au visage difforme et ces bâtiments abandonnés.

Mais ces décors souffrent également du manque de moyens et les CGI sont souvent très moyens. La réalisation est certes très dynamique afin de palier à tout cela mais certains plans sont parfois très moches. Ce n’est pas le seul reproche qu’on pourra faire à Adam Chaplin, et sans parler du scénario on ne peut plus minimaliste, une simple histoire de vengeance, c’est surtout le nombre de scènes assez inutiles disséminées ci et là, comme si le film était à la base un moyen métrage qu’il avait fallu étendre aux 1h30 réglementaires. Entre les plans sur une voiture qui démarre, des gros plans sur les visages de certaines personnages qui s’éternisent un peu trop, ou encore notre héros et sa copine qui marchent main dans la main à n’en plus finir sans que cela n’apporte quoi que ce soit à l’histoire, on a vraiment parfois cette impression désagréable de remplissage inutile.
Le casting n’est pas en reste, souvent à la limite de l’amateurisme. A part le héros au jeu quasi monolithique (mais en raccord avec le personnage), le reste du cast est on ne peut plus moyen, voire carrément mauvais pour certains.

Malgré tout, c’est cette ambiance glauque avec ces personnages torturés et ce sang à profusion qui prennent le dessus et au final Adam Chaplin est un film des plus intéressants surtout en provenance d’un pays où le cinéma d’horreur n’est plus à la mode depuis de nombreuses années. A réserver tout de même uniquement aux amateurs de gore ultra trash.

 


Titre : Adam Chaplin
Année : 2011
Durée : 1h24
Origine : Italie
Genre : Sang pour Sang gore
Réalisateur : Emanuele De Santi

Acteurs : Emanuele De Santi, Giulio De Santi, Alessandro Gramanti, Paolo Luciani, Monica Muñoz, Christian Riva, Valeria Sannino


Galerie d’images :


Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

Comments

Add a Comment
  1. Celui-là je l’ai depuis un bon bout de temps, mais toujours pas vu… Il va peut-être falloir que je me bouge!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *