[Avis] Tiger Cage, de Yuen Woo Ping (1988)

Les policiers des stups font une descente et arrêtent une bande de dealers, mais leur chef, Hsiong, parvient à s’enfuir, et se venge en assassinant Hsiu la veille de son mariage avec Shirley. Tous ses collègues se mettent à la poursuite du meurtre et m’arrêtent finalement alors qu’il s’apprête à quitter Hong Kong. Mais avant d’avoir pu l’interroger, le capitaine Wong tue Hsiong. Yau soupçonne alors un de ses collègues, Tak, d’être lié au trafic de drogues.


Avis de Rick :
Dans les années 80, comme beaucoup de réalisateurs, Yuen Woo Ping doit changer de style. L’heure n’est plus à la Kung-Fu Comedy classique, loin de là, mais plutôt au polar. Jackie Chan comme tant d’autres auront un peu ouvert la voie en offrant des intrigues policières urbaines matinées de kung-fu (Police Story en 1985), mais c’est bel et bien John Woo qui va révolutionner le genre avec Le Syndicat du Crime (A Better Tomorrow) en 1986. Tout le  monde va alors se lancer dans le polar, froid, violent, cruel même parfois. Yuen Woo Ping ne va pas y échapper, et nous livre donc en 1988 un Tiger Cage. Mais là où de nombreux vont échouer, lui, il réussit, en nous livrant un film violent, parfois surprenant, mais où l’on reconnaît pourtant encore assez bien son style. L’histoire, en partie écrite par Anthony Wong, n’a pourtant rien de franchement exceptionnelle, ni même d’originale.

TigerCage103

Des flics, des dealers, des ripoux, de la drogue, et puis voilà. Pourtant dés les premiers instants, Tiger Cage captive le spectateur. Il faut dire que le réalisateur ne fait pas les choses à moitié, en nous offrant une introduction de 10 minutes dignes d’un John Woo. Ça fusille, ça saute dans tous les sens, les personnages (secondaires et figurants) tombent les uns après les autres dans un déluge de violence, alors que nos héros, une bande de flics, ne rechargent pratiquement jamais leurs armes. Immédiatement, nous sommes en terrain connu, et ça ne semble pas vouloir s’arrêter, d’autant qu’à la vue du casting,  Yuen Woo Ping peut se faire plaisir. Outre quelques artistes martiaux que l’on connaît, on reconnaîtra un jeune Donnie Yen (qui s’occupe en partie des chorégraphies du film), un Simon Yam parfait (revu dans un rôle un peu similaire bien plus tard encore aux côtés de Donnie Yen, dans SPL), ou encore Jacky Cheung quelques années avant le choc de John Woo : Une Balle dans la Tête.

TigerCage107

Mais après ce début fort prometteur, Tiger Cage se calme un peu, voir se complait le temps d’une dizaine de minutes dans la niaiserie. Si certains passages sont clairement de trop (le passage sur le bateau), Yuen Woo Ping ne semble les utiliser que pour mieux nous tromper, autant qu’il trompe ses personnages, en revenant rapidement à un contenu plus violent et plus adulte. Car c’est bien simple, les personnages tombent les uns après les autres à une vitesse folle, et pas toujours comme on l’attend. L’intrigue va en effet laisser place aux acteurs, les vrais, laissant les artistes martiaux de côté. C’est bel et bien Jacky Cheung, Simon Yam et Carol Cheng qui dominent le casting, et contrôlent l’histoire. En faisant tomber les personnages comme des mouches, Yuen Woo Ping donne un côté imprévisible à son histoire pourtant simple au possible. Il n’épargne personne, mettant chacun de ces personnages dans des situations dangereuses où en général, quelqu’un va perdre la vie. Il ne lésine pas sur la violence ou sur la cruauté des actes, bien au contraire. Les mises à mort sont froides et expéditives. Même les rares survivants dégustent. Si le film prend le plus souvent des allures de polar sombre et musclé, parfois, les poings viennent remplacer le temps de quelques rares scènes les armes à feu, permettant ainsi à certains acteurs de s’exprimer.

TigerCage110

Aucune surprise donc à voir Donnie Yen se lancer dans un combat contre deux adversaires au détour d’une scène. Courte mais intense, le combat sur la plage reste dans les mémoires, notamment sa partie contre Michael Woods, qu’il affrontera à nouveau dans le second opus de la saga. Un grand moment. Bien entendu, tout n’est pas aussi réussi dans le métrage. Comme dit plus haut, la première partie comporte des passages un peu trop niais, mais pourtant bien représentatif du cinéma de cette époque. Certains passages sont assez anecdotiques également, tandis que certains acteurs s’amusent à surjouer par moment (oui, même Jacky Cheung). Donnie Yen prouve qu’il n’est pas non plus le meilleur acteur du monde, mais qu’il gère dés qu’il faut donner de sa personne. Simon Yam est lui égal à lui même, convenant parfaitement dans son rôle. Tiger Cage, arrivant en 1988, prouve que Yuen Woo Ping peut s’adapter et livrer un polar sombre tout en y transférant son style, mais en laissant la plupart du temps l’humour de côté. Succès oblige, il réalisera une (fausse) suite en 1990, en reprenant Donnie Yen, et en donnant encore plus de place aux combats (pour un final d’anthologie).

TigerCage111

Tiger Cage est un polar sombre bien représentatif de son époque. Pas parfait, mais souvent jouissif et prenant.

note8coeur24

TigerCage113

 

 

TigerCageaffTitre : Tiger Cage – La Rançon des Traitres – Dak Ging To Lung – 特警屠龍
Année : 1988
Durée : 1h29
Origine : Hong Kong
Genre : Policier

Réalisateur : Yuen Woo Ping

Acteurs : Jacky Cheung, Simon Yam, Donnie Yen, Carol Cheng, Leung Ka-Yan, Ng Man-Tat, Irene Wan, Vincent Lyn, Michael Woods et Stephen Berwick


Galerie d’images :

TigerCage117TigerCage122TigerCage123TigerCage129TigerCage135TigerCage136TigerCage137TigerCage141TigerCage144

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

6 Comments

Add a Comment
  1. Un classique de chez les classiques, vraiment excellent ce polar.

  2. Perso je me souvient de gun fights assé mous…. mais d’un film tout de même excellent 😉

  3. Moi tu m’as donné envie de le revoir. Même si je préfère le 2 grâce à des combats superbes, je garde un très bon souvenir de ce premier volet, plus particulièrement de sa 2ème partie très noire avec de nombreuses têtes qui tombent.

  4. Le 2 effectivement a des sacrés passages de tatanes sur la final, mais je trouve le 1er un peu plus solide quand même dans son ensemble.
    C’est du tout bon quand même tout ça! 😀

  5. Comme Supavince, je préfère le premier, en effet plus solide. Le 2 m’a parfois fait rire, et les combats sont géniaux, mais le reste… ouais. Enfin, chronique à venir 😀

  6. Moi je préfère le 3, sans doute parce que j’ai connu la série par celui-là (et ce combat de fin bien violent). Ce premier Tiger cage est pas mal différents des autres, plus posé, plus polar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *