[Avis] Skinny Tiger & Fatty Dragon, de Lau Kar-Wing

Skinny et Fatty sont deux policiers bagarreurs et intrépides dont les maladresses attirent la colère de leur hiérarchie. Chargés de démanteler un réseau mafieux local, les deux inspecteurs foncent tête baissée dans l’aventure, semant une incroyable pagaille au sein du gang et de la police.

Avis de Cherycok :
Comme beaucoup de personnes qui se lancent de manière intensive dans le cinéma HK, on commence d’abord par se concentrer sur les classiques, et souvent ce sont les Jackie Chan ou encore les Sammo Hung qui reviennent sur le devant de la scène. 15 ans après mes débuts, je me rends compte qu’il y a pas encore quelques trous dans la filmographie de ce dernier et il fallait donc que je rattrape ce « retard » d’où ce Skinny Tiger & Fatty Dragon dont je vous parle ici et qu’il aurait franchement été dommage de laisser encore quelques années de plus tant le visionnage aura été un vrai régal.

En gros, on est dans du pur classique, du kung fu urbain alliant comédie et action, la partie comédie étant essentiellement assurée par Karl Maka et la castagne par un Sammo Hung assez énorme. Vraiment rien d’original, mais le mélange est parfaitement bien dosé et l’ambiance générale tellement sympathique et décontract que la sauce prend dès la première scène.
Il faut dire que leur duo fonctionne à merveille. Il se dégage une espèce d’osmose assez inexplicable entre les deux et qui fait mouche à chaque scène. D’un côté, on a un Karl Maka en mode dragueur survitaminé qui le même effet sur moi que Richard Ng, rien que sa tête et ses mimiques arrivent à me décrocher un sourire. D’un autre côté, on a un festival Sammo Hung, complètement déchainé dès qu’il s’agit d’une scène d’action, se battant tel Bruce Lee aussi bien dans sa gestuelle que dans ses cris reconnaissables parmi tous. Malgré ses plus de 100 kilos, ses mouvements sont tous simplement hallucinants défiant parfois toute loi sur la gravité. Ce type est un monstre. Il nous gratifie même d’une scène de danse tout simplement culte qui vaut presque à elle seule le visionnage du film.

Niveau combats, il ne faut pas oublier qu’on est avant tout dans une comédie et donc au final, ils ne sont pas si nombreux que ça et de plus assez courts. Pas ce qu’il y a de mieux en terme de chorégraphie, ils sont néanmoins nerveux et très rythmés, dans le plus pur style 80’s comme on les aime avec du verre qui éclate et des cascades qui font vraiment mal.
Puis arrive le long final, en deux parties, et là on monte vraiment un cran au dessus, avec tout d’abord une sorte de course poursuite contre deux travestis / transsexuels thaïlandais (ils font une fixette là-dessus dans le film) puis le vrai combat final dans une usine désaffectée de produits chimique dans lequel l’excellent Lau Kar-Wing, aussi réalisateur du film, va participer. Karl Maka va toujours être là à faire le pitre et au final il ne s’en sort pas trop mal niveau castagne, par contre l’affrontement Sammo Hung / Lau Kar-Wing vaut son pesant de cacahuètes et fait vraiment plaisir à voir, concluant le film de bien belle manière.

C’est certain que c’est du vu et revu, c’est certain que ce n’est pas le film du siècle, mais c’est également certain qu’on prend un réel plaisir à voir ces deux comparses faire les andouilles et bastonner tout ce qui bouge. Skinny Tiger & Fatty Dragon, c’est du divertissement pur jus 100% pas prise de tête. On s’amuse, on rigole, ça castagne, bref on s’éclate.

 


Avis de Jang Gerald :
Lau Kar Wing signe avec Skinny tiger & Fatty Dragon un produit typique des années 90, c’est-à-dire un long métrage mélant comédie et action. Malheureusement, il se place parmi les films mineurs de ce courant ayant connu un franc succès, qui 20 ans plus tard, attirent encore en masse les fans du monde entier.

Même s’il est loin d’égaler les fleurons du genre, ce long métrage à tout pour plaire : un scénario bidon pretexte, où les scènes comiques sont loin d’être un modèle de finesse, mais où l’action fait le travail pour nous divertir de bien belle manière, une mise en scène qui assure le minimum, et surtout un casting des plus sympathiques avec un Karl Maka toujours aussi pervers, un Sammo Hung naïf et timide, mais extrêmement doué lorsqu’il s’agit de taper du bad guy.
Et justement, niveau baston, nous sommes plutôt bien lotis, en tout cas bien plus qu’avec la partie comique, qui même si elle assure le spectacle sur plus de la moitié du métrage, s’avère plutot anecdotique, ne se reposant que sur l’abatage habituel de Karl Maka, avec ses mimiques et son personnage machiste.

L’action est donc le gros point positif du film avec des chorégraphies savamment orchestrées par Hung Yan Yan et Ridely Tsui, qui s’offrent tout deux une apparition. On notera l’irrésistible scène dans les douches, mêlant avec efficacité humour et action, mais surtout un final comme seuls les Hong Kongais en ont le secret, c’est à dire un climax tendu au possible où les deux héros du film se retrouvent malgré eux confrontés à une horde de méchants dans une usine désaffectée (tiens donc!) prête à exploser ! Heureusement, il n’y a pas que ce final à se mettre sous la dent, il suffit de voir l’affrontement entre Sammo Hung et les deux tueuses redoutables dans une petite ruelle commerçante, ou bien encore nos deux compères se frottant aux méchants après un quiproquo, le tout dans un décor qui nous est dorénavant familier, c’est à dire un bâtiment en construction (qui rappelle étrangement First mission).

Sammo Hung montre tout l’étendu de ses talents, c’est à dire souplesse, vitesse, pour des combats rondement menés, que ce soit à mains nues ou avec armes (barres de fer, nunchaku), tout en imitant les mimiques et les cris de Bruce Lee, chose qu’il avait déjà fait dans Enter the fat dragon.
La mise en scène de Lau Kar Wing se montre plutôt banale lorsqu’il s’agit de mettre en images les tribulations de nos deux joyeux compères, mais gagne en efficacité immédiate lors des scènes de combats, avec des plans très travaillés, ainsi que des mouvements de caméra extrêmement fluides épousant au mieux les différents déplacements des acteurs. C’est lisible, carré, étonnamment moderne vu l’âge du film, bref, c’est du très bon boulot.

Skinny tiger & fatty dragon reste donc une production mineure dans le paysage cinématographique hong-kongais de l’époque, où les comédies d’actions se bousculent et se ressemblent beaucoup, et même s’il y a mieux dans le domaine, le film de Lau Kar Wing se montre tout de même attachant, grâce à ces deux comédiens principaux, et surtout aux scènes d’action éblouissantes. C’est déjà ça!

 

 

 
Titre : Skinny Tiger & Fatty Dragon / Nutty Kickbox Cops / 瘦虎肥龙
Année : 1990
Durée : 1h45
Origine : Hong Kong
Genre : Comédie / Action

Réalisateur : Lau Kar-Wing

Acteurs : Sammo Hung, Karl Maka, Carrie Ng, Wanda Yung, Lau War-Wing, Lung Ming-Yan, Wu Fung, Cutie Mui, Ni Kuang, Mark Houghton, Hung Yan-Yan

  


Galerie d’images :

Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

11 Comments

Add a Comment
  1. perso j’avais bien aimé. Meme si certe c’est pas un grands film…

    Quand au coté comique il est quand meme franchement moins lourd et nettement plus sympathique que dans “YES MADAM!” par exemple….ou la il etait carement chiant.

  2. Mais non, il est très bien l’humour de Yes Madam! : Tsui Hark en roue libre et John Sham pour lui donner la réplique, c’est vraiment drôle.

  3. Je remonte cette fiche car j’y ai rajouté mon avis.

  4. Celui là je l’ai de côté, faudra que je le regarde un de ces jours quand même…

  5. J’aime beaucoup ce film. Déjà parce que le mélange action/comédie est bien équilibré, ensuite grâce au duo à l’alchimie parfaite Hung/Maka, dommage qu’ils n’aient pas fait plus de films ensemble. J’ai beaucoup ri tout du long aussi, même si la petite partie “vacances” est selon moi un ventre mou. Enfin pour l’action, en particulier dès que Samo s’empare d’armes. Les chorégraphies deviennent alors monstrueuses, voir le final avec Lau Kar Wing en adversaire, c’est vraiment du haut niveau. Un film de série certe, néanmoins un très bon divertissement dans sa catégorie.

  6. Un film sympathique qui me rappelle une des dernières réalisations de Sammo réussie et qui date de la même année je pense… Pantyhose Hero. Je serais curieux de lire votre avis sur ce film que perso j’ai adoré.
     
    Le duo Maka/Hung marche bien aussi dans qques kung fu comédies de fin 70/début 80.

  7. Pantyhose Hero, vu y’a longtemps, j’avais fait un petit texte sur la V1 de HKMania, j’avais bien aimé.

    http://archives.hkmania.com/comedies/films/pantyhosehero.htm

  8. Merci pour le lien et honte à moi de pas avoir vérifié avant sur l’ancienne version du site.

  9. Ce n’est pas bien grave en même temps 😉

  10. Je continue mon rattrapage de film HK sorti en France.
    Vu et revu mais super efficace et jouissif a regarder. Les changement de ton dans ce genre de film m’étonnerons toujours on passe de la comédie légère a une scène d’action violente avec balle dans le tête…
    Une fois j’ai fais voir “Jackie Chan dans le Bronx” a des gamin en me disant que c’était gentillet mais bon a un moment un mec et jeté vivant dans un broyeur, les gamins sont devenu tout blanc.

  11. C’est risqué de montrer un film HK à un enfant de toute façon lol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *