[Avis] Inception, de Christopher Nolan

Titre : Inception
Année : 2010
Genre : AVALON-nous des couleuvres ?
Réalisation : Christopher Nolan
Avec : Leonardo DiCaprio, Joseph Gordon-Levitt, Ellen Page, Tom Hardy, Watanabe Ken, Dileep Rao, Cillian Murphy, Tom Berenger, Mario Cotillard, Pete -je sais jamais comment ça s’écrit- Postlethwaite, Michael Caine, Lukas Haas

Synopsis :Cobb est un voleur d’un nouveau genre. Sa spécialité : l’extraction. Il traque en effet les secrets les plus précieux au sein même des esprits de leurs propriétaires, en utilisant leurs rêves comme porte d’entrée.




Alors tout d’abord, pourquoi chroniquer INCEPTION sur un site comme Hkmania ? Plusieurs raisons à cela, à commencer par la présence de Watanabe Ken au casting (on en a bouffé, au Japon, des pubs pour INCEPTION), ou encore mon envie d’écrire quelques lignes pour faire part de ma déception. L’ana-thème du jour (car je risque d’être considéré comme un hérétique par certains) n’a donc pas d’autre but que de livrer un avis un brin différent de la majorité. Sans jamais prétendre détenir la vérité absolue.

Qui veut gagner des millions ?

A la manière du célèbre jeu télévisé (décliné sous la même formule dans le monde entier), INCEPTION essaie de séduire un large public en lui faisant croire qu’il est intelligent. Dans le jeu présenté par Jean-Pierre Foucault, même les simples d’esprit ont l’impression d’avoir un certain QI puisqu’ils réalisent qu’ils sont capables de répondre à la plupart des questions. La même formule s’applique à INCEPTION, vendu comme un film sur les rêves et les réalités distordues avec qui plus est, parfois, plusieurs niveaux dans un même rêve. Ca a l’air super compliqué, il va falloir s’accrocher, surtout quand on connaît la réputation du réalisateur de MEMENTO. Et bien en fait non, pas du tout, vous pouvez retirer votre ceinture de sécurité, car INCEPTION est un film à l’encéphalogramme plat. Afin de pouvoir être vu et compris par un très large public, INCEPTION est en effet vendu avec une notice explicative. Vous me direz qu’elle est plutôt mignonne, la notice en question, puisqu’il s’agit de Ellen Page, qui interprète ici “l’architecte”, un personnage introduit aussi élégamment qu’un cheveu sur la soupe et qui n’a qu’une seule utilité : nous expliquer le film, son système, ses secrets, dans ses moindres détails et recoins. C’est chouette puisque de cette manière même les habitués de l’émission de Jean-Pierre Foucault pourront suivre l’intrigue sans encombre (et au passage celui qui empoche les millions sur ce coup là, c’est Christopher).

Tout l’impact présupposé d’un tel scénario (prometteur) se retrouve ainsi désamorcé quasiment dès la fin du premier tiers du film. Quel est alors l’intérêt, je vous le demande, de prendre pour thème les rêves, si c’est pour en livrer une interprétation de surface aussi pâle que le maladroit THE CELL ? Moi, ça matrix… C’est donc bien là, dans cette narration quasiment dénuée d’enjeux, que se situe le principal défaut de INCEPTION. Les défenseurs de ce film rêvé vous diront, malgré tout, qu’il n’y a pas le freud au lac. En effet, et comme ce n’est pas à un vieux songe qu’on apprend à faire la grimace, Christopher Nolan parvient quand même à sauver les meubles avec une réalisation magistrale et un climax final, superposant plusieurs scènes d’action dans différents niveaux de rêves, très convaincant.

La sauce tourne à la mayoniaise

Mais c’est l’ennui qui, finalement, va s’imposer. Car, en réalité, on a presque l’impression de savoir par avance ce qui va se passer, tout nous ayant été décortiqué par le plus joli mode d’emploi qui soit : Ellen Page. Et comme la priorité de Nolan, sur ce film, est la lisibilité (pour tous les publics, en particulier la ménagère de moins de cinquante ans), il a aussi sacrifié tous ses personnages sur l’autel de la simplicité. Et oui, dans INCEPTION, tout le monde est transparent (pauvre Watanabe Ken), et sitôt le film terminé il est difficile de se souvenir du nom des différents protagonistes. Bien évidemment, Leonardo DiCaprio occupe le devant de la scène (il est d’ailleurs quasiment le seul à éprouver des sentiments), mais le profil psychologique et les tentatives pour faire naitre l’émotion (au détour d’un joli regard de chien battu léonardesque) ne vont hélas jamais plus loin que le ras des blanches pâquerettes. Car après avoir gratté un peu, on se rend compte que la relation d’amour-haine entre Cobb et sa femme est remplie de clichés. En gros ça ne vole pas bien haut, mais comme je l’ai déjà dit, Christopher Nolan était ici davantage préoccupé par la lisibilité que par la profondeur (tandis que THE DARK KNIGHT parvenait à cumuler ces deux points).

Après, il est vrai qu’un large public a su apprécier INCEPTION pour son seul coté divertissant, tout en ayant bien conscience de ses gros ratés (personnages creux, scénario faussement alambiqué, émotion absente). Je conçois tout à fait que l’on puisse aimer INCEPTION, mais ne tombons pas dans la facilité ambiante qui voudrait que le film de Nolan soit, enfin, le parfait alliage du succès commercial et critique, avec un cinéma mature et complexe. Car aussi clinquant soit-il, INCEPTION est avant tout un spectacle prémâché afin de pouvoir être avalé par tous.

Oli

Amateur de cinéma japonais mais de cinéma avant tout, de Robert Aldrich en passant par Hitchcock, Tsukamoto, Eastwood, Sam Firstenberg, Misumi, Ozu, Claude Lelouch, Kubrick, Oshii Mamoru, Sergio Leone ou encore Ringo Lam (un intrus s'est glissé dans cette liste, sauras-tu mettre la main dessus - attention il y a un piège).

18 Comments

Add a Comment
  1. Bravo et merci ! J’avais l’impression d’être le seul a penser ce que tu écris au vu de l’adhésion en masse qui existe autour de ce film. J’en lis qui clame que c’est un film historique, qui restera, qu’on pourra voir dans 20 piges avec la même passion et j’en passe. Mouais.
    On dira que c’est un divertissement c’est tout. Rien ne plus. Après… ?

    > de cette manière même les habitués de l’émission de Jean-Pierre Foucault pourront suivre l’intrigue sans encombre (et au passage celui qui empoche les millions sur ce coup là, c’est Christopher).

  2. Je te remercie également pour ce contre-point. Je ne savais pas trop quel avait été la réception de ce film, perso j’avais vraiment bien aimé, à te lire je me relativise dans mon enthousisame lol

  3. Même chose pour moi LOL !!!

  4. Yep,

    J’ai en effet trouvé qu’Inception avait des personnages assez creux et manquait d’émotions. Par contre j’estime que le scénar reste alambiqué (même en feuilletant les “Page” du manuel 🙂 ). Au final, ce que tu dis est vrai globalement, mais ton jugement est assez sévère. Après tout Nolan à simplement fait des choix, et plaire au large public sans scandaliser les cinéphiles les plus exigeants n’est pas chose facile. Je trouve que Nolan s’en sort avec brio.
    Alors certes ce n’est pas un chef d’oeuvre, ça reste une grande réussite.

  5. Moi déjà, y’a Di Caprio, et rien que ça, ça me freine pour le regarder ^^ Ca attendra une sortie DVD ^^

  6. Je ne supportais pas Di Caprio à l’époque des Titanic et autre La plage, mais ces dernières années j’ai du revoir mon jugement car il y a au moins une qualité que je lui reconnait : il choisit bien les films dans lesquels il joue (ou alors il sait bien s’entourer), parce que y a pas beaucoup de déchet dans sa filmo récente quand même. J’irai même jusqu’à dire que ce n’est pas un mauvais acteur du tout!

    PS Complêtement HS, désolé : je me suis inscrit sur le forum il y a une semaine maintenant ou un peu plus. Est-ce que c’est normal que mon compte ne soit toujours pas activé?

  7. Perso je trouve Ellen Page superbe. Et depuis quand c’est un défaut de vouloir que tout le monde comprenne son film !
    Ce film est juste un superbe divertissement voila tout, superbe divertissement, extrêmement dense( pour l’avoir vu deux fois, il n’y a pas une scène qui ne donne pas une info utile sur l’intrigue).

  8. Et quand même sur grand écran ça a trop de la gueule, faut pas se contenter du DVD 😉

  9. Oups, désolé, ton compte était noyé sous les inscriptions de bots. J4ai activé ton compte ^^

  10. Pareil pas plus emballé que ça, je touve surtout que l’idée de base du film aurait pu être beaucoup mieux exploité

  11. Qui c’est Mario Cotillard ?

  12. c’est vrai que ça fait un peu nom de harder, peut-être le nouveau pseudo de Roberto Malone ?

  13. sinon plus sérieusement, après le décès de Satoshi Kon j’ai revu son dernier film…et il y a quand même d’étranges points communs entre ce dernier et INCEPTION…
    Christopher Nolan : pas vu, paprika ?

  14. Je n’ai pas du tout été absorbé, passé de rêve en rêve ne m’a pas ébranlé du tout. J’ai trouvé ça d’un ennui pathétique et d’une prétention sans précédent pour ce réalisateur. Je reste à la période mémento avec lequel il m’a liquéfié le cerveau.

  15. aaaah tu vois Drabaye, on peut arriver à être d’accord parfois 🙂

  16. D’ailleurs Drabaye, hésite pas à voter sur les fiches des films que tu as vu, au niveau des petites étoiles en fin de critique 😉

  17. T’inquiètes, j’y pose mon empreinte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *