[Avis] Antartic Journal, de Im Pil-Seong

Titre : Antartic Journal
Année : 2005
Durée : 1h55
Origine : Corée du Sud
Genre : Perdu de recherche
Réalisateur : Im Pil-Seong

Expéditeurs : Song Kang-Ho, Yoo Ji-Tae, Kang Hye-Jeong, Yun Je-Mun, Park Hee-Sun, Kim Gyeong-Ik, Choi Deok-Mun

Synopsis : Un groupe de scientifiques coréens part en expédition afin d’atteindre un point supposé inaccessible en Antarctique. En route, ils trouvent le journal d’un homme, écrit 80 ans auparavant.

Avis de Slimdods : Ah l’enfer blanc, ces montagnes enneigées, cet horizon sans limite, ces pièges tendus par dame nature … et la folie qui s’empresse de taper de plein fouet notre équipe de gay lurons. Une équipe ? Ah oui ! L’équipe ! Antartic Journal nous en fais suivre une qui part en expédition dans le grand nord de l’Antartique, un milieu hostile pour l’homme comme pour les bactéries ! Cette expédition débute pourtant bien, notre équipe est tout feu soudée, les décors rêveurs et le froid glacé buvable à l’apéro ! Mais bien évidemment, l’orage va vite s’abattre sur nos gars, les esprits vont vite s’échauffer et des événements bizarres vont petit à petit s’abattre violemment sur notre équipe avec bien sûr pour personnage principal le désert blanc !


Etrange n’est il pas ?

Autant vous l’avouer de suite, Antartic Journal me pose problème car je ne sais pas trop quoi y penser, même après introspection forcée. Le début est pourtant prometteur avec un contexte vraiment bien introduit. L’équipe que l’on suit pendant tout le film nous est présentée comme fragile, chaque personne ayant son histoire et son passif plus où moins bizarre. La distribution est d’ailleurs excellente, que ce soir chez ce Song Kang-Ho, aussi bien capable de jouer un catcheur face à une fourchette dans l’excellent The foul king qu’un attardé mental face à un monstre gluant dans le fabuleux The host ! Il est accompagné par l’illustre Yu Jin Tae, déjà vu dans Natural City et Old Boy.  Sans vous énumérer le cast complet, sachez que chacun s’en sort avec honneur et que la tension qui découlera de leurs prestations n’est pas pour rien dans la réussite de certaines séquences du film !


Des trous par ci, des crevasses par là ...

D’ailleurs parlons ambiance car le film est vraiment sympa de ce côté-là. Antartic Journal ose emprunter quelques idées à quelques chez d’œuvres passés, tel un de mes top 10 de l’univers, à savoir The Thing de Carpenter, film qui mixait déjà à l’époque le fantastique et la peur de l’autre avec une maestria majestueuse, le tout dans un enfer blanc cauchemardesque !  En même temps, ce contexte particulier de l’enfer blanc et du fantastique est si particulier que ça en devient directement … particulier (oui c’est exactement ça !). Et pour un enfer blanc, Antartic Journal ne se prive pas pour nous en mettre plein la vue ! Les décors sont fabuleux et les plans que nous offre le réalisateur nous renvoient souvent à notre propre personne, simple entité vivante face à cette nature étouffante et mortelle ! Le film joue beaucoup sur cet aspect et ce n’est vraiment pas pour nous déplaire, même si à partir de la seconde partie du métrage, les promesses de la première partie sont loin des attentes suscitées.


Du sang, des cris et de la douleur … le tout sans passion. Oui, ça meurt et on s’en fout.

A force de vouloir manger à toutes les sauces possibles, le réalisateur se perd et ne sait plus trop où nous emmener. Pour faire court, les éléments fantastiques parsemés un peu partout ne sont pas totalement assumés (qu’on m’explique la bêbête dans la casserole !), la tension certes toujours présente finie par s’essouffler au bout d’un moment et même si on a le droit à quelques séquences vraiment réussies (la fin est superbe), il est dur de rester impliquer jusqu’au bout. Le film tire en longueur, les événements violents se succèdent, on en apprend plus petit à petit sur chacun, mais leurs réactions sont bizarres, l’instinct de survie propre à toute forme de vie prend un sens très plutôt illogique ici, la fierté où la folie les transformant en adorateur du point de non retour, le seul but de leur vie. Pourtant, le film n’arrête pas de nous rabâcher que chacun possède sa propre vie et famille mais ils préfèrent aller direction les enfers, seule volonté du chef … no comment ! J’ai donc eu du mal à m’identifier aux victimes de cette expédition. Pour faire simple, les morts se suivent et on s’en fout.  Dommage non ?


Vague de glace, vision cauchemardesque : quelques séquences valent le détour (mortel).

Malgré le manque d’implication que l’on ressent, l’ambiance sait tout de même rester envoûtante. L’enfer blanc est toujours aussi superbe à regarder, l’horreur bien palpable et le score assez prodigieux ! Kenji Kawai nous offre une bande sonore magnifique dès les premières secondes du film et croyez moi, ça met dans l’ambiance directement. Quel dommage que le film se perde dans la prétention de l’abondance des genres et du trop plein de séquences inutiles. Même les scènes contemplatives, pourtant belles, sont longues et ennuyeuses et c’est d’autant plus bizarre que Kenji Kawai est un habitué de la chose, preuve en est ses collaborations avec Mamoru Oshii sur les Patablor où encore Ghost In the Shell. Pour Antartic Journal, on repassera donc  sur cet aspect, alors que l’enfer blanc s’y prêtait fort bien pourtant. Quelques moments de tension bien sympas font aussi leur apparition. Bien que rares, il faut tout de même avouer que ces scènes sont plaisantes sur le moment présent, même si encore une fois, on se fout un peu de la finalité …


Ils souffrent car ils se les caillent … et nous aussi, car on en baille.

Antartic Journal est donc en fin de compte un film bancal à la prétention quasi-démesurée de vouloir aborder un nombre de thème et de genre trop élevé. C’est pourtant beau à en pleurer et envoutant dans sa globalité grâce à une ambiance prenante et des thèmes musicaux réussis. Le problème, c’est que c’est chiant à suivre (mais vraiment) et une fois la fin arrivée, je me suis demandé si je n’avais pas perdu mon temps. Je ne sais pas trop en fin de compte, car ces décors fabuleux et cette ambiance pesante valent le coup d’œil, tout comme certaines séquences qui savent relever le niveau. Mais le reste ne suit pas et c’est tout de même dingue de se foutre du sort de tous les protagonistes d’un film non ?

Note : 4,5/10

Les derniers articles par slimdods (tout voir)
0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
12 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Martin
Martin
24 juillet 2011 18:20

Mon seul souvenir c’est les planches en CGI qui s’envolent dans la tempete, pourtant Ryo m’avait assuré que c’était un très bon film :/

Ryo Saeba
24 juillet 2011 20:11

Ah non pas moi, Junta ou Yume peut être mais pas moi, je l’avais vu à Deauville et j’avais trouvé ça nul à chier.

Martin
Martin
24 juillet 2011 21:20

C’est un coup de Yume alors!  (ou plus surement de Lolo)
 

Oli
25 juillet 2011 0:17

Un critique de cinéma a pourtant dit : “Antartic Journal, c’est un point inaccessible que chaque être humain à en lui et tente chaque jour de l’atteindre“.

I.D.
25 juillet 2011 13:01

Un film à chier. L’ennui, l’ennui, l’ennui. Voilà un film surcoté !

SusuCH
SusuCH
25 juillet 2011 13:43

Moi je l’ai beaucoup aimé ce film mais il faut rentrer dedans c’est vrai.
Après ça tu te mates deux jackie chan années 80/90 et c’est bon tu redeviens normal 🙂

Laurent
25 juillet 2011 14:09

Pas aimé la première vision (en salle) mais beaucoup aimé la seconde fois.

Comme quoi ce film n’a aucune logique …

jinchu
jinchu
25 juillet 2011 17:44

Bha moi j’avais beaucoup aimé ce film….. il faut renter dedans certe et les truc fantastiques, ne serve que pour l’ambiance.

yume
yume
25 juillet 2011 18:00

Oli m’a piqué ma réplique (tres joli choix de quote d’ailleurs, la meilleure citation possible sur ce film)
Et non ce n’est pas moi qui ait conseillé ce film vu que j’ai du m’endormir vers la trentieme minute (soit ma moyenne pour un film coréen grand spectacle au CID de Deauville) 

Martin
Martin
25 juillet 2011 18:35

C’était mieux qu’un Wuxia coréen à 10h du mat au Casino ceci dit, les fauteuils sont quand mêmes super confortables.
 

Junta
26 juillet 2011 7:04

En tout cas ce n’est pas moi qui l’ai conseillé vu que je ne l’ai jamais vu…

Drabaye
13 avril 2012 2:40

De vague souvenirs de celui-ci cependant je me rappelle avoir passé un bon, à revoir. Et puis Song Kang-Ho quoi