[Avis] Agent X44, de Joyce Bernal (2007)

L’agent secret de réserve King Aguila est chargé de retrouver l’artefact le plus précieux des Philippines, une dague ayant appartenue à Lapu-Lapu et avec laquelle il aurait tué Magellan en 1521. Mais il n’est pas le seul à être intéressé par le très précieux objet et il lui faudra affronter, à l’aide de son meilleur ami également agent secret, de nombreux adversaires diverses et variés.


Avis de Cherycok :
Je me répète à chaque fois, mais se lancer dans un film sans aucun sous-titres alors qu’on ne comprend strictement rien à la langue dans laquelle il est tourné (ici en Tagalog), c’est toujours une aventure, surtout lorsqu’il s’agit d’un film indonésien de 2007 se voulant une parodie de films d’agents secrets. Les Philippines s’étaient déjà essayé plusieurs fois au genre, comme par exemple avec l’incomparable Weng Weng, devenu célèbre dans le petit milieu des mauvais films sympathiques de part sa très petite taille. Avec Agent X44, personne très populaire là bas, on est plus sur un croisement entre James Bond et Elvis Presley, avec une avalanche de gags plus ou moins heureux.

Malgré l’absence de sous titres, on arrive tout de même à comprendre la trame générale de l’histoire. Il est clair que tout l’humour que pourraient contenir les dialogues passe à la trappe, mais on se rattrape avec l’avalanche de gags visuels mais aussi sonores (bruitages à la con), parfois très pipi caca, comme lors de la scène des WC rappelant fortement celle de Dumb and Dumber, ou alors par exemple le gag du type qui tombe dans une bouche d’égout alors qu’il marchait tranquillement dans la rue. Là, on est dans le gag normal, gentil, simple, efficace,… sauf que la plus part du temps, ça part complètement dans tous les sens. On connaissait l’humour thaïlandais très particulier, débile à souhait, non sensique à outrance… on se rend compte qu’il a un sérieux concurrent avec l’humour philippin.

Tout est ici complètement What the Fuck !?!, aussi bien les situations virant au n’importe quoi que les personnages complètement farfelus et au look pas possible. On assiste à un festival de perruques, avec une agent chef bombe sexuelle avec des poils de nez de cinq centimètres, un héros en mode Jackson Five puis Studio Line Fixation Extrême, sorte de Jim Carrey local en terme de mimiques, son meilleur ami dont la croissance s’est arrêtée à l’âge de 8 ans et qui aime se déguiser en n’importe quoi (statuette de pharaon, mini Batman, berger allemand), ou une héroïne qui s’est collé les sourcils d’Emmanuel Chain.
C’est encore pire au niveau des méchants que nous qualifierons de diverses et variés : arborés de machins en plumes, de loupiottes clignotantes, déguisés en femme, faisant des bruits d’animaux, saignant… vert, des sumos, des zombies, ou encore des bimbos en maillot de bain dont le film est rempli, comme dans tout film de super espion qui se respecte, parodie ou non. Le film part même dans le nawak le plus complet lorsque nos héros arrivent dans un bar et doivent affronter… des vampires !

On regarde ce déluge très généreux de gags plus (parfois) ou moins (souvent) heureux les yeux rivés sur son écran devant tant de connerie à la minute, rempli de clins d’œil comme l’hommage au Thriller de Mickael Jackson, alignant des musiques pompées à droite à gauche, à peine remixées, clairsemé de quelques scènes d’action rigolotes, assez kitchos, blindés elles aussi de gags tous plus crétins les uns que les autres. Une scène retiendra tout de même toute notre attention, que certains connaissent déjà car tiré d’un sketch déjà vu sur Youtube ou à la TV, où deux combattant sur un fond noir, vont se “battre” aidés de personnages entièrement vêtus noir qui vont les manipuler tels des marionnettes. Agent X44 sait au moins faire preuve d’inventivité, le combat final sur un échiquier en est la preuve.
Qui dit super espion dit forcément gadgets en tout genre. C’est également le cas ici, la connerie en plus. Je vous laisse seul juge : chaussure téléphone, soutien gorge mitraillette, ventilateur de poche surpuissant, lunettes voyant à travers les vêtements, détectant par la même occasion les ladyboys, et le must du must, le thermos dépliable en… bazooka ! Même les hautes têtes pensantes des meilleurs scénarios de James Bond n’y avaient pas pensé à celui là !

Gros succès au box-office local, Agent X44 propose un divertissement bien “out of this world”, sorte de croisement entre Stephen Chow, Jim Carrey et des comédies grasses thaïlandaises. Même sans rien comprendre aux dialogues, c’est con comme la lune (et je pèse mes mots), ça n’a en soit aucun intérêt, mais pourtant ça se laisse regarder le sourire aux lèvres tout en gardant constamment à l’esprit cette petite question “Mais pourquoi je regarde ça ?”. Et puis un film avec dans le rôle principal un acteur s’appelant Vhong Navarro, ça n’a pas de prix.

 


Titre : Agent X44
Année : 2007
Durée : 1h25
Origine : Philippines
Genre : James Bond philippin
Réalisateur : Joyce Bernal

Acteurs : Vhong Navarro, Mariel Rodriguez, Cassandra Ponti, Uma Khouny, Pokwang, Mura, Juliana Palermo, John Lapus, Epi Quizon, Tony Ferrer, Juddha Paolo


Galerie d’images :

Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *