[Avis] A Book of Heroes, de Chu Yen-Ping

Titre : A Book of Heroes /乐龙虎榜 / Foon Lok Lung Foo Bong
Année : 1986
Durée : 1h28
Origine : Taiwan
Genre : Action / Comédie
Réalisateur : Chu Yen-Ping

Acteurs : Yukari Oshima, Yasuaki Kurata, Lan Hsi-Mei, Hu Kua, Yeung Wai-San, Yang Hui Shan, David Wu, David Tao, Eugene Thomas, Ben Siu Ban-Ban, Chan Wai-Lau, So Kwok-Leung, Fong Ching

Synopsis : Voici un bref résumé de l’histoire. Un dangereux criminel, Shoji (Yasuaki Kurata), veut récupérer sa cargaison d’or, volé par le frère de Cathy, une arnaqueuse professionnelle. Lorsque celui-ci se fait abattre, Bobby, un flic malchanceux qui veut impressionner son chef par tous les moyens, apprend l’existence d’une carte pouvant le mener à l’or qui a disparu. Il voit en cela une occasion à saisir : pouvoir récupérer la marchandise et mettre Shoji et sa bande (dont Yukari Oshima) sous les verrous. Ils vont tous se retrouver impliquer dans cette folle course poursuite où chacun essaiera de récupérer l’or…

Avis de Cherycok :
Attention, attention ! Neurones en danger ! Pour le bien du téléspectateur qui désirerait s’aventurer sur A Book of Heroes, merci de retirer votre cerveau avant le visionnage sous peine de destruction définitive de toute forme d’intelligence. Et déjà, rien que le nom du réalisateur nous met directement en garde. Pour ceux qui ne le connaitraient pas le bonhomme, Chu Yen Ping est capable du meilleur comme du pire, pouvant enchainer un film pour enfants et un film de guerre nihiliste, ou tout simplement pondre un bon gros n’importe quoi aux scènes d’action sous acide comme c’est le cas avec A Book of Heroes qui nous intéresse ici, où toute notion de crédibilité du scénario est mise rapidement de côté, préférant enchainer les scènes de bastons tout proprement hallucinantes.

Ici, on ne réfléchit pas, on se met sur la gueule dans la joie et la bonne humeur pendant presque 1h30. Le casting martial est tout bonnement hallucinant. Même si certains ne sont que très peu connus, leur palmarès en dit long : champion de karaté, kung fu, boxe, wushu, la palme revenant à Yukari Oshima (Angel, Dreaming The Reality), encore toute jeune et qui débute alors dans le cinéma, qui est tout bonnement impressionnante. Il faut dire que même si on n’est pas à proprement parler dans un Girls with Guns, Chu Yen-Ping a choisi de mettre en avant la gente féminine et elles s’en donnent à cœur joie. Yukari Oshima donc, mais également les taïwanaises Yeung Wai-San et Lan Hsi-Mei dont les interventions martiales sont stupéfiantes. Souvent doublées si on fait bien attention, elles font néanmoins extrêmement bien leur boulot et enchaînent les combats dont le rythme est de un à peu prêt toutes les 8 ou 10 minutes jusqu’au long final qui entre directement et facilement dans le top 10 des meilleurs combats du ciné HK des années 80 (si si, j’ose le dire).
Et pour les combats, Chu Yen-Ping a fait appel à son chorégraphe attitré, Lam Maan Cheung, et à son équipe de cascadeurs qui en ont dans le ventre. Et on peut dire qu’ils aiment se jeter partout : vitre, meubles, coins de table, escaliers, ils s’en prennent plein la tronche et on a vraiment mal pour eux. Ça nous renvoie directement aux Jackie Chan de la même époque et d’ailleurs, certains décors de A Book of Heroes rappellent étrangement Project A, comme la maison de jeu avec son joli mobilier, son gros lustre, son double escalier,… Hommage ? Pompage ? A vrai dire on s’en fiche royalement tant le spectacle qui nous est proposé est tout simplement jouissif et on se demande vraiment si la moitié d’entre eux n’ont pas fini à l’hôpital…

Le film est bien encré dans l’ambiance Eighties du ciné HK, avec ses combats (et même parfois pas pendant les combats) très accélérés qui donnent un aspect très punchy et vifs aux affrontements mais qui risque d’agacer les plus fervents du style old-school. Tout le film dans son ensemble d’ailleurs est très typé de cette époque, à commencer par les coiffures affreuses (vive les rouflaquettes !) mais qui ne sont rien par rapport aux vêtements des différents acteurs : rouge vif, jaune délavé, rien n’est assorti et on peut parfois avoir l’impression que les acteurs se baladent en pyjama ! Et tout ça ne serait rien sans une ambiance sonore adéquate… Et là on est servi. Ambiance Cindy Lauper tout le long, avec un thème du film chanté d’une voix très aigue à base de « ti tititi titi ti titititi ti » (ceux qui l’ont vu me comprendront) qui reste bien en tête plusieurs jours après le visionnage. Les amateurs nagent en plein bonheur, pour les autres, c’est juste inaudible… Et je ne vous parle même pas de l’humour bien crétin, à base de gags faciles et quiproquos… Il faut aimer quoi, c’est assez spécial ^^
Mais c’est ce qui fait aussi ce genre de production qui à première vue semble avoir très mal vieilli mais en fait pas du tout, avec des combats qui surpassent bon nombre de production actuelles malgré un montage parfois douteux, sans doute dû à un ratage d’une cacade ou autre, mais faute de budget oblige (le film est quand même assez cheap), on n’avait pas moyen de recommencer la prise entière.

A la manière d’un Heroic Fight (1989) dont il se rapproche énormément, A Book of Heroes est un putain de divertissement complètement crétin, où on se fout royalement du scénario, où les invraisemblances sont légions, où le manque de budget se fait vraiment ressentir, mais où les combats sont tout proprement hallucinants et donnent une pêche d’enfants à tous les amateurs de ce genre de productions et autres Jackichanneries des années 80. C’est con, c’est fun, ca castagne sec, que demander de plus ? A voir d’urgence !

Note : 8.5/10

Un combat du film :

Les derniers articles par Cherycok (tout voir)

7 Comments

Add a Comment
  1. Il est vraiment énorme celui là!!! Après coup, je m’étais jeté sur Funny family mais celui là malgré quelques bons combats est quand même un cran en dessous de A book of heroes.

  2. mais je le trouve pas!

  3. ah ca, ca se trouve difficilement de manière légale ^^

  4. Ah ben tu vois, ‘jignorais qu’il était ressorti, tu m’apprends quelque chose là O_o

  5. Oui comme beaucoup de vieux titres c’est ressorti chez Joysales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *