[Animation] Steins;Gate : Fuka Ryouiki no Déjà Vu, de Wakabayashi Kanji, Hamazaki Hiroshi et Satô Takuya (2013)

Après une année en Amérique, Kurisu Makise revient à Akihabara et retrouve Okabe et ses amis. Mais Okabe commence à souffrir de flashs venant d’autres lignes de temps. Ces flashs se cumulent et Okabe finit par disparaître de la ligne de temps Steins ;Gate. Kirisu, Daru, Mayuri et tous les autres perdent alors tout souvenir de l’existence d’Okabe.


Avis de Rick :
Steins ;Gate, vous savez déjà tout le bien que j’en pense. J’avais adoré le visual novel, et j’ai adoré sa suite il y a peu. Avec le choc que le jeu m’avait mit, je m’étais d’ailleurs empressé de découvrir la série animée de 24 épisodes l’adaptant, et c’était moins bon. Pas mauvais, mais beaucoup moins complet, et donc immersif. Et certains passages avaient été honteusement coupés. Le film Steins ;Gate lui prend place directement après les événements du jeu, et donc de l’anime. Obake Rintarô a réussit à sauver ceux qu’il aime, et a dépassé la divergente 1,00 pour atteindre la ligne temporelle qu’il appelle Steins ;Gate, la ligne de temps où Kurisu n’est pas assassinée, et où Mayuri survit. Tout semble donc aller pour le mieux, et ce film nous envoi directement un an après les événements. Que va donc bien pouvoir nous raconter ce film d’1h30 pour pouvoir justifier son existence, autre que celle de vouloir surfer sur le succès de la série et du visual novel ? Pendant la première demi-heure, nous avons d’ailleurs quelques craintes sur ce que le film raconte (ou ne raconte pas), puisque tout cela ne semble que vouloir nous montrer ce que l’on connaît déjà. On retrouve donc nos personnages, Okabe et Kurisu s’engueulent toujours, Mayuri est toujours nunuche, Daru est toujours un super hacker pervers, Moeka travaille toujours dans le magasin d’électronique de Mr Braun, Suzuha n’est plus dans cette ligne de temps et n’a aucune raison d’y être. Tout va pour le mieux, on retrouve tout ce que l’on aime, et malgré ce sentiment de ne rien voir de neuf, c’est avec un certain plaisir que l’on retrouve tous ces personnages.

Le Phonewave permettant d’envoyer des mails dans le passé, et la machine de Time Leap n’ont pas été inventés, et donc tout va pour le mieux, les voyages dans le temps n’existent plus, SERN n’est plus une menace. Mais doucement, Okabe commence à avoir au fur et à mesure des flashs des autres lignes de temps qu’il a déjà visité. Le traumatisme de tous les événements passés en quelque sorte. Si bien qu’il perd un peu la raison, flippe constamment, s’attend à voir un gang armé franchir la porte de son labo pour éliminer Mayuri. Et petit à petit, ce nouveau venu Steins ;Gate nous présente son histoire. Okabe, perturbé par tous ces voyages dans le temps et sur les lignes temporelles diverses commence à tout confondre, et cela met sa propre existence en péril. Face à l’accumulation de données perçues par son cerveau, il risque d’être tout simplement effacé de cette ligne de temps, de disparaître totalement, comme s’il n’avait jamais existé pour les autres. Steins ;Gate le film place alors ses enjeux et se fait dans la continuité directe de la série et du visual novel. Il se permet d’ailleurs lors des flashs d’Obake de nous montrer des moments coupés de l’intrigue lors du passage en série. De quoi contenter le fan par la même occasion. Et au final, on se retrouve prit dans l’aventure.

Sauf que la grande qualité de ce film va devenir en quelque sorte son défaut. Sa nouvelle intrigue est intéressante, logique et surtout dans la continuité directe de l’histoire que l’on connaissait déjà. Les thèmes abordés vont dans ce sens aussi, et on se doute que le personnage de Suzuha refera également surface pour pouvoir apporter une solution à nos personnages. Cette nouvelle histoire apporte donc de nouvelles choses, passionne, mais malheureusement, et bien, nous sommes là devant un film qui n’excède pas 1h30, et non un jeu ou une série animée. Ainsi, cette intrigue doit être bouclée rapidement, et si dans un sens, aucune fausse note n’est à noter, on pourra néanmoins pester contre cette solution finale ultra rapide et expéditive pour tenir sur ce format court. Dans le même ordre d’idée, l’introduction où l’on retrouve l’univers et les personnages se fait également un poil trop longue comparé à la conclusion expéditive. Steins ;Gate le film se fait donc forcément moins prenant et immersif que son modèle, mais s’adresse avant tout aux fans qui veulent continuer un peu l’aventure. De ce fait, il livre exactement ce que l’on peut attendre de lui, ni plus, ni moins.

LES PLUSLES MOINS
♥ Très beau
♥ Retrouver les personnages et l’univers
♥ Une nouvelle intrigue bien sympa
♥ Cohérent et plutôt habile
⊗ Un peu long à démarrer
⊗ Conclusion expéditive
note8
Sans être du niveau du visual novel forcément, Steins ;Gate le film intéresse et poursuit l’univers comme il faut. Il n’a juste pas assez de temps pour tout bien exploiter.



Titre : Steins;Gate : Fuka Ryouiki no Déjà Vu

Année : 2013
Durée :
1h30
Origine :
Japon
Genre :
Animation
Réalisation : 
Wakabayashi Kanji, Hamazaki Hiroshi et Satô Takuya
Scénario : 
Hanada Jukki
Avec :
Miyano Mamoru, Imai Asami, Hanazawa Kana, Seki Tomokazu et Gotô Saori

 Steins;Gate the Movie: Loading Area of Déjà vu (2013) on IMDb


Galerie d’images :

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *