[Série] La Casa de Papel, de Alex Pina (2017)

Un homme mystérieux, surnommé Le Professeur (‘El Professor’), planifie le meilleur braquage jamais organisé. Pour exécuter son plan, il recrute les meilleurs malfaiteurs du pays qui n’ont rien à perdre et leur donne des noms de villes : Tokyo, Nairobi, Río, Moscou, Berlin, Denver, Helsinki et Oslo. Le but est d’infiltrer la Fabrica nacional de Moneda y Timbre afin d’imprimer 2,4 milliards d’euros, en moins de onze jours et sans une goutte de sang… Pourtant, le groupe sera en charge de 67 otages dont Alison Parker, la fille de l’ambassadeur britannique.


Avis de Iris :
Discrètement, fin décembre 2017, Netflix nous sortait une petite série made in Spain et les différents avis lus à son propos avaient de quoi nous rendre curieux. Nous décidâmes de tenter le premier épisode et ce fut le drame, l’enchainement de manque de sommeil, la dégringolade sociale, la spirale de la spéculation, bref, la Casa de Papel nous a absorbés au point de le finir en VO sous-titrée Google Trad. Une belle surprise !

Le pari était risqué d’adapter une histoire de braquage, par définition haletante, immédiate, au rythme effréné, en format série. Surtout lorsque le format initial tel que diffusé sur Antena 3 en Espagne se composait d’épisodes de 70 minutes (9 épisodes que Netflix redécoupera en 13 épisodes de 40 à 50 minutes pour la saison 1 et 6 épisodes sans doute redécoupés en 10 épisodes si Netflix conserve son schéma pour la saison 2). Et pourtant c’est un pari remporté haut la main.

Alors clairement le thème du braquage n’est pas un thème ultra novateur et bon nombre de films nous ont donné quelques pépites. Là où la casa de papel nous propose une histoire un peu différente c’est dans le choix de la narration qui pourrait faire penser à un Usual Suspect avec sa narration au présent d’un casse, le choix de flashbacks pour la préparation, et l’aisance à jouer avec la police. D’un côté, on vit l’intérieur du braquage en immersion dans ce que peut être une « cohabitation » entre otages et braqueurs avec ce que cela implique de relations humaines, de promiscuité, de pétages de plombs. En parallèle on suit l’avancée ou les déboires de la police dans son enquête, avec là aussi ce que cela suppose de rivalités entre services, de raison d’Etat et de tensions internes. En gros, il y a peu de temps morts et bien que les épisodes ne fassent pas tous avancer l’histoire de la même manière, on ne s‘ennuie jamais. De la préparation du casse façon « formation professionnelle » où les braqueurs sont réunis comme de bons petits élèves dans une salle de classe, aux différentes improvisations pour pallier aux foirages divers et variés, on s‘aperçoit que même un plan fomenté pendant 20 ans ne garantit pas la tranquillité. On ne peut définitivement rien braquer simplement dans ce monde !

La mise en scène est excellente, la photographie très réussie, la BO magistrale et le casting ! Tout simplement superbe. Les personnages sont suffisamment creusés pour qu’on s‘attache à eux ou qu’on les verrait bien s‘étouffer dans leur propre sang c’est selon. Les réactions parfois débiles de certains peuvent s‘expliquer par des jours d’enfermement, de tensions, de peur, de manque de sommeil. Les lâches et les manipulateurs se révèlent, les déséquilibrés sont borderline. Des jours entiers où otages côtoient leurs ravisseurs rendus hyper attachants, même si tous, repris de justice et certains sociopathes, ont un côté déjanté, le tout sur fond de planche à billets fonctionnant H24. Une mention toute spéciale pour Nairobi/ Alba Flores absolument géniale en perso Rock’n Roll !, une autre pour Pedro Alonso/Berlin, toujours inquiétant mais tellement classe. Mais dans l’ensemble tous sont bons, tous sont crédibles et lorsqu’on y pense un tout petit peu, quelle série française peut prétendre à ça ? Comment ça « ah mais oui mais pourquoi toujours comparer ? » bah parce que revoyez un petit Joséphine ange gardien et revenez me parler des défauts de la Casa de papel 😉.

Parce que oui, des défauts il y en a, il y en a toujours, difficile de dire qu’ils sont rédhibitoires pour autant. Juste un peu de discipline Messieurs Mesdames les braqueurs ! quand on vous dit « pas de relations personnelles » c’est pas de relations personnelles. D’abord parce que forcément pendant ce temps-là vos cerveaux sont en mode avion et puis parce que les histoires d’amour ça peut énerver. Même chose Messieurs dames les otages, on arrête les réactions débiles et on obéit ! Mais que voulez-vous c’est humain et la Casa de papel c’est l’histoire d’un braquage où sont impliquées 75 personnes à huis clos plus un chef d’orchestre à l’extérieur et toute une équipe de forces de l’ordre, vous en voulez de l’humain ?

LES PLUSLES MOINS
♥ La mise en scène
♥ La bande son
♥ Le casting
♥ Nairobi
⊗ Les histoires d’amour
Pour finir, je dirais que La Casa de Papel est la meilleure série vue en 2017. Elle est captivante, énervante, émouvante, intelligente. A voir en VO car le doublage français est tout simplement désastreux.



Titre : La Casa de Papel
Saison : 2 (2017)
Format : 23x45min (VF) / 15x70min (VO)
Origine : Espagne (Diffusé par Netflix)
Genre : O partigiano portami via O bella ciao, bella ciao, bella ciao ciao ciao
Créé par : Alex Pina

Acteurs : Úrsula Corberó, Alba Flores, Miguel Herrán, Pedro Alonso, Jaime Menéndez, Enrique Arce, Álvaro Morte, Paco Tous, Itziar Ituño, Kiti Manver, Juan Fernández (II), Fernando Soto, Mario de la Rosa, Clara Alvarado, Naia Guz Sanchez

 La casa de papel (2017) on IMDb
















Iris

Aime tout ce qui de près ou de loin fait appel à tout sauf au réalisme, fan de SF, tombée petite dans l’Heroïc Fantasy, amatrice de grandes sagas impliquant Elfes, nains et autres trolls, fan de vampirades en tous genres ou de délires Lycanthropiques. Peut se satisfaire de l’esthétique et relativement bon public dès lors que cela ne concerne pas les requins à trois têtes ou la nouvelle vague. Impressionnable en cas de scènes de torture ou d’esprit malfaisant, a parfois besoin de décompresser devant un gros blockbuster décérébrant.

4 Comments

Add a Comment
  1. Vu avec Iris et à peu près le même ressenti qu’elle. Une série très très bien écrite, avec des personnages très forts et tout bonnement excellents, et surtout un côté frénétique que la série aura provoqué chez nous au point de s’enfiler les épisodes 5 par 5. Mon coup de coeur de l’année 2017, une des meilleures séries que j’ai pu voir depuis pas mal d’années.

    Même note que Iris, avec le petit coeur qui va avec.

  2. “quelle série française peut prétendre à ça ?”
    Le bureau des légendes. Braquo. Engrenage. Platanes. Kaboul Kitchen. The Young Pope. Baron noir…
    Prendre juste Joséphine ange gardien comme exemple c’est un peut comme dire le ciné ricain c’est nul regarde Suicide squad.
    Sinon Ouais ca a l’air sympa et puis ca changera des série ricaine qui son certes bien écrite mais souvent de la même façon.

  3. Je crois que une série n’a jamais autant fait l’unanimité dans mon entourage. Conseillé à exactement 9 personnes, et absolument tous ont adoré, au point d’avoir du mal à s’empêcher d’enchainer les épisodes. Je confirme, mon coup de coeur en série depuis bien longtemps…

  4. Je comprendrais jamais l’engoument pour les séries j’ai trouvé ca pas mal.
    Série immédiatement prenante qui te tient sans jamais te lâcher grâce a plein de bonne idée et un scénario qui ce renouvèle sans cesse. Les acteurs sont pas tous terrible (Tokyo et Rio) mais certain crève l’écran (Berlin, Nairobi, Denver) et El profesor fait parti de ces personnages qu’on trouve tous immédiatement sympathique. les personnages sont tous plus ou moins cliché. Le format série est très bon pour ce genre d’histoire (un braquage avec prise d’otage qui dure). Ces prenant mais quand même pas très crédible tout ca comme ce come back en moto. Ils sont souvent a 4 ou 5 a discuter mais qui surveille les 67 otages qui fait creuser le tunnel qui contrôle l’impression des billets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *