[News] Billet d’humeur

NON A L’ACHARNEMENT THERAPEUTIQUE

Ce qui doit mourir, doit pouvoir le faire vite et bien. Il ne faut pas faire durer le supplice, autant pour le malade que pour la famille. Le premier n’a alors pas le droit à la dignité, et la seconde souffre et se fatigue.

Projetons nous dans le futur proche, le dimanche 14 Mars vers 23h00. Oui, sur hkmania en plus d’avoir une résistance d’acier afin d’endurer les films hindis de 3H et plus, nous sommes aussi équipés de machines science fictionnesques dont celle qui dans le cas présent permet rien de moins que les voyages temporels. Ce dimanche 14 Mars notre reporter en revient justement à l’instant, les yeux encore un peu rougeyont d’avoir pleurer. Il faut dire que les nouvelles qu’il rapporte en totale exclusivité ne sont pas bonnes. Mais elles sont libératrices. La science absconne a abdiqué, et le mourant a eu le droit d’enfin s’éteindre.

Preuve en est cette copie d’ECG, ramenée du futur

On le voit bien, plus le temps avançait, plus la vie quittait le Festival du Film Asiatique de Deauville. On ne sait pas très bien expliquer ce qui a pu se passer pour qu’en une décennie, il se meurre. Mais le médecin Public Systeme aura eu beau tenter les plus viles manœuvres thérapeutiques (films de bobos, avant premières, suppression de films de patrimoine, injection de sentimentalisme guimauve), rien n’y a fait sinon meurtrir un peu plus un Festival qui n’aurait demandé rien de mieux que s’éteindre au faite de sa gloire.

Cette année les proches ont été alertés par le Public Systeme, à demi mots : suppression de la section panorama, soit le facteur découverte pas trop calibrée. Ne restent plus qu’une compétition qui hume bon la déception à deux trois exceptions près, un Action Asia toujours aussi timide et crétin dans l’antagonisme impossible qu’il tente de créer, et deux rétro / hommages sentant la facilité puisque les deux réalisateurs sont déjà, en France, sous les feux des projecteurs d’autres événementiels. En gros, ils sont dans le coin, on les invite, comme ça on réduit les frais. Les films ? ah oui….


Le festival du film asiatique de Deauville est donc mort, sans brio, dans un ultime râle engoncé de glaire commerciale. Il est mort dans un état à l’opposé de ce que ses créateurs avaient voulu faire de lui.

RIP

Annonce officielle :  http://www.deauvilleasia.com/2010/pdf/FFA12-communique-presse-02.pdf


Les derniers articles par yume (tout voir)
0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
21 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
bankai972
bankai972
2 mars 2010 3:19

WAh, bien sympa ce petit billet d’humeur! En tout cas on sens une résignation profonde!
Allez faut garder la pêche, avec les miracle de la science il trouveront peu être un remède miracle pour remettre le festival sur pied!!!

Laurent
2 mars 2010 9:56

Il faut amputer.

bankai972
bankai972
2 mars 2010 13:41

Ouais mais Yume est plus radical que ça, il est pour l’euthanasie du festival! lol!

I.D.
3 mars 2010 9:57

Tout n’est que souffrance… rien n’est garanti… ainsi va la vie.

Xavier
Xavier
3 mars 2010 13:43

Heeuu, ouais.
Mais la séction panorama existe bel et bien, en fait. Elle n’a simplement pas été dévoilée via le deuxième communiqué de presse. Si les films ne semblent pas excitants, certains ont du potentiel (City of Life and Death, Thirst version longue, Chengdu I Love You, Lola, Nuits d’ivresse printanière, Sawasdee Bangkok…). Un communiqué de presse plus complet devrait débarquer d’ici peu.

I.D.
3 mars 2010 15:20

Sawasdee Bangkok… intéressant. Ca me botterait bien de le voir celui-ci. Et City of Life and Death aussi pour en avoir pas mal entendu causer. Ah, ça me rappelle les belles années Man behind the Sun, Black Sun&Cie tout ça.

Xavier
Xavier
3 mars 2010 18:43

Dieu merci ça s’annonce cinématographiquement plus intéressant que ces deux merdes racistes que tu nous cites, I.D. ^^

Xavier
Xavier
3 mars 2010 18:43

…et à la limite, humainement, aussi.

Epikt
3 mars 2010 19:29

> City of Life and Death, Thirst version longue, Chengdu I Love You, Lola, Nuits d’ivresse printanière, Sawasdee Bangkok

Cad des films qui sont déjà dispo et que tout le monde a vu sauf moi, et/ou qui vraisemblablement devraient sortir dans les salles françaises. Ca m’excite pas vraiment.
Enfin, on va pas disserter 107 ans sur ce que devrait être un festival. J’en connais qui diraient que ça permet de découvrir des films dont on a aucune chance d’entendre parler, et encore moins de voir. Deauville semble avoir choisi de me montrer des films que même en divx j’en voudrai pas (ou, pour certains, n’en ai pas voulu) ; d’une certaine manière ils participent à mon ouverture cinématographique.

Martin
Martin
3 mars 2010 20:06

tout le monde n’habite pas à Paris (pour voir de ‘simples’ sorties ciné) et/ou ne lit pas les english subs, la vocation d’un festival est aussi de rassembler des passionés ou simple curieux autour de bon films (là est le problème de fond plus que le degré de raretés des films). Alors oui le festoche est bancal, mal marketé, mal organisé .. mais au moins il existe.

Laurent
3 mars 2010 21:41

Qui utilise le pseudo de Martin ? … Le vrai Martin ne défendrait jamais un festival qui n’a jamais eu la courtoisie de diffuser un film avec Alex Fong.
C’est moche.

Martin
Martin
3 mars 2010 21:51

Erreur .. ils ont passé All about women l’année dernière! :p

Laurent
3 mars 2010 22:10

Pan ! Ah ah !
Ceci explique donc cela ! Vive Deauville, le seul festival qui fait honneur à Alex Fong !

Martin
Martin
3 mars 2010 23:57

ça doit être ça en effet 🙂
Il y a aussi une thématique un peu surprenante sur des film patriotique chinois!
un trailer binouze pour se mettre dans l’ambiance: http://ent.sina.com.cn/m/c/bn/2007-07-25/144817662.shtml
par contre, ça risque d’être blindé au casino vu que tout le monde va surement pas se retapper thirst ..

Laurent
4 mars 2010 0:14

J’ajouterais même volontiers que les films patriotiques chinois “CE N’EST PAS SALE !” C’est tout un pan du cinéma du pays qui a l’air fascinant. J’aimerai bien capter le mandarin pour jeter enfin un oeil sur les films de propagande maoïste de l’époque.

Epikt
4 mars 2010 1:25

Martin > si un festival c’est voir des films avec des gens, c’est en effet la raison pour laquelle je vais à Deauville ! Mais quelque part j’aimerai y trouver “autre chose”, moins de facilité. Je dois être blasé.

slimdods
4 mars 2010 14:10

Bon bande de blasés puissance 1000, on va se l’échanger cte verre au bar de La sirème siffleuse alors ? (pas en déprimant bordel parceque bon, y aura de zolies filles parait il). Si y a le soleil et des films de merde, pas grave, ça dépaysera. Et l’insolation n’en sera que plus … forte.   

bankai972
bankai972
5 mars 2010 3:22

sans moi sorry, ptet l’an prochain why not! Domaze zorai bien aimé voir les zolies filles à Deauville, snifff!
Bon et puis coté film y a quand même Castaway on the moon : donc y a pas que des merde…

Xavier
Xavier
5 mars 2010 13:48

Il y a des jolies filles, à Deauville?  De jolies retraitées, sûrement. Enfin non, oubliez ce que je viens de dire.

Martin
Martin
5 mars 2010 20:40

il y a surtout pas mal d’asian serial fucker ! (copyright une prof de coréen) 🙂