[JV] Dead or Alive 6 (2019 – PS4)

Alors que le nouveau tournoi Dead or Alive approche et que Kasumi s’est retirée dans les montagnes, une nouvelle menace se présente à l’horizon, menaçant le monde.


Avis de Rick :
La saga Dead or Alive revient de loin. Au départ jeu en borne d’arcade créé en 1996, le jeu aura trouvé le chemin des consoles de salon en 1997 au Japon sur Saturn, puis en 1998 partout dans le monde sur Playstation. Oui, la saga a 23 ans aujourd’hui. 23 ans que certains personnages sont donc connus du public, comme Bayman, Jann Lee, Kasumi ou encore Hayabusa. Ayane elle ne sera apparue que sur la version Playstation. Face à la concurrence, avec Tekken et Mortal Kombat, Dead or Alive attendra 1999 en arcade et surtout 2000 sur consoles de salon pour revenir avec Dead or Alive 2, épisode qui aura été mon premier contact avec la licence. Même si à l’époque, nous étions tous fous devant Tekken 3 sur la première Playstation, Dead or Alive 2 était un choc sur Playstation 2 (j’ai d’ailleurs toujours le jeu en boite). Fluide, simple à prendre en main, de très bonnes animations, 14 personnages. Puis la saga sera allée sur Xbox, et je n’y aurais plus touché jusqu’à l’épisode polémique, le 5ème opus. Polémique de par sa politique, mais en soit, très bon. Beau, méga fluide, beaucoup de combattants, des combats 2 contre 2, des modes en pagaille, le online. Mais surtout, un jeu de combats qui, s’il reste parfois technique, peut aussi plaire à des joueurs moins hardcore (comparé à un Street Fighter ou autre), qui peuvent s’en sortir sans apprendre par cœur tous les enchaînements. Malheureusement, à côté de ça, il y a la polémique. Celle des DLC, certes purement cosmétiques, mais dont la somme totale atteint finalement plus de 1000 euros, à coup de facile plus de 10 season pass. Assez hallucinant. Au lieu de nous fournir un nouveau jeu, Koei Tecmo se sera fait du fric sur des costumes sexy. Car originellement, Dead or Alive 5 datait de 2012. Sept années d’écarts donc entre le 5 et le 6.

Est-ce que les sept années d’attente valaient le coup ? Dead or Alive 6 va-t-il renouveler la saga, rendre le jeu 4 fois plus beau, ajouter du contenu monstre, justifier un passage en caisse ? Va-t-il y avoir encore une dizaine de season pass pour amener le prix du jeu final à plus de 1000 euros ? S’il est difficile de savoir deux mois après sa sortie l’avenir du jeu et de ses season pass, on peut aisément dire par contre que Dead or Alive 6 souffle le chaud et le froid pour le moment, mais que l’impression générale qui en ressort, quand on aime le gameplay DOA reste malgré tout bien positive. Alors quoi de neuf dans cette version 2019 ? Au lancement du jeu, Dead or Alive 6 semble crouler sous les modes de jeu, et c’est en effet le cas. Le mode histoire déjà, découpé en pas mal de petites scènes qui se jouent dans le désordre, classées par chapitre, puis personnage. Un mode sympathique bien qu’un peu brouillon, permettant de jouer tout le monde, et d’en apprendre plus sur les motivations de tous. Par contre ce qui est dommage, c’est qu’avec un tel découpage, amenant souvent une courte cinématique allant de 10 secondes à 1 minute, avant un court combat, on se tape un temps de chargement toutes les 2 minutes. Mais en soit par contre, le mode reste sympathique, ça évite de nous faire regarder une cinématique trop longue pour un jeu où l’on veut avant tout du gameplay. Un peu de background, sans être envahissant. Même si parfois, certains personnages, notamment les deux nouveaux (Nico et Diego) auraient mérité un peu plus de présence. Surtout Nico.

Puis nous passons au second mode, la grosse nouveauté du titre, à savoir les quêtes DOA. 104 missions avec chacune 3 objectifs à remplir, pour gagner des étoiles, et une fois les 3 objectifs remplis, des points pour débloquer des costumes. Mais ça, on y reviendra plus tard. Des quêtes en soit sympathiques, et qui nous font voir les différents aspects du gameplay. Car justement, parlons ici du gameplay. Dead or Alive 6 est toujours aussi vif et fun à jouer, le gameplay est toujours bien pensé, avec les contres, les choppes, coups de pieds, de poings, combos. Quelques nouveautés viennent s’inviter dans le jeu, notamment avec une barre de break, se remplissant quand on prends et donne des coups, et permettant une fois remplie de lancer un coup dévastateur, avec ralenti à l’appui. Le mode quête DOA permet de tester un peu tous les éléments de gameplay, et un ajout sympa pour chaque objectif sera la possibilité d’appuyer sur Triangle (sur Playstation 4 hein) pour passer directement au tutorial concernant ce coup pour bien maîtriser la chose. Niveau présentation, Dead or Alive 6 est simple, agréable et intuitif donc. De quoi passer pas mal de temps, surtout que l’on débloque donc des pièces à chaque objectif réussi, et des pièces de costumes une fois les 3 objectifs de chaque quête réussi. Le mode DOA Central fait son apparition d’ailleurs, là où l’on dépensera nos pièces et débloquera les nombreux costumes du jeu.

Ce qui frappe d’ailleurs, c’est que malgré la présence d’une dizaine de costumes par personnage, et d’un premier season pass vendu bien bien cher, Dead or Alive 6 semble se calmer un peu sur le côté sexy de ses personnages. Alors attention, il y a toujours quelques mini jupes, et quelques coups aériens vont toujours nous offrir des plans culottes hein, mais c’est sacrément moins prononcé qu’autrefois. Comme si après la polémique du cinquième opus, Koei Tecmo voulait un peu se rattraper pour que son jeu soit prit au sérieux. Et c’est tant mieux ai-je envie de dire. Car moi, j’aime DOA pour son gameplay simple et accessible avant tout. Bref, le reste des modes de jeux, c’est du grand classique, avec un mode versus, un mode arcade, survivant, contre la montre, un entrainement, des tutoriaux en pagaille, et bien entendu, des combats online. Seule énorme déception dans ce contenu assez conséquent, l’absence des combats en duo. Oui, cette feature absolument géniale venant dynamiser les combats, amenant un peu de tactique (la barre de vie du second combattant remontant doucement une fois de côté), et permettant même des coups à deux, et bien, elle n’est plus là. Une future mise à jour peut-être ? Espérons oui, car c’était tout de même sacrément fun dans le précédent. Voilà en tout cas pour ce qui est du contenu du titre. Fouillons maintenant un peu plus, et parlons des personnages, du gameplay, de la technique.

Dead or Alive 6 semble en avoir déçu plus d’un au niveau du choix des personnages, ceux-ci étant moins nombreux que dans le 5, avec 24 personnages, plus deux optionnels en DLC (oui déjà). Personnellement, je trouve cela très bien. Certes, certains manquent, mais trop de personnages, c’est inutile, car on ne les jouera jamais tous, chacun ayant ses préférences. Et puis, les principaux sont là : Ayane, Helena, Christie, Kasumi, Zack, Bass, Hayabusa et j’en passe. Et je ne vais pas mentir, j’aimais beaucoup jouer avec Marie Rose, Honoka, Hitomi ou Kokoro, et elles sont de retour. Le jeu ajoute deux personnages tout beaux tout neuf, avec Diego et Nico, et les deux s’avèrent très fun à jouer. Diego a un style plus brut, étant un combattant de rue, et Nico utilise l’électricité et peut s’avérer redoutable avec des coups parfois assez techniques mais pouvant faire de gros combos dévastateurs. Du bon boulot à ce niveau là. Comme dit plus haut, le gameplay est toujours simple et intuitif, et les quelques ajouts rendent le tout encore plus accessible, surtout que la barre de Break permet aussi de contrer quelques coups dévastateurs. Et graphiquement ? Le passage à une nouvelle génération de console et les sept années d’écart sont-elles visibles ? Et bien, oui et non.

On ne va pas mentir, le jeu est beau, le jeu est fluide, le jeu est très bien optimisé, aucun ralentissement, aucun plantage, et ça, c’est très bien. Quelques nouveaux détails s’ajoutent graphiquement. La sueur, des coups qui laissent des traces sur le visage et les vêtements des combattants. Les niveaux sont toujours destructibles et ont plus d’un niveau. Envoyer un ennemi sur des bidons explosifs sur le bateau fera apparaître le Kraken qui nous enverra dans la cale, exploser un mur dans une petite maison nous fera descendre d’un étage. Tous les niveaux ont pas mal d’interactivités, même si parfois plus difficiles à trouver, et c’est pour cela que l’on aime DOA également. Mais il faut aussi admettre que graphiquement, DOA 6 ne semble être qu’une minuscule amélioration du précédent. C’est beau, mais pas énormément différent du précédent. Juste, les niveaux ne sont pas les mêmes (à quelques classiques près), le moteur graphique fait du très bon boulot, et voilà. Du coup, conseiller ou pas ce sixième opus ? L’ajout des quêtes, le nouveau mode histoire, les niveaux et les deux nouveaux personnages sont très sympas oui, mais en soit, le jeu n’est qu’une grosse amélioration du précédent. Pour les fans, oui, cela permet de la nouveauté, et à petit prix, les autres peuvent se laisser tenter. Pareil pour ceux qui n’ont jamais touchés à la saga. Pour les autres, les joueurs occasionnels de jeux de bastons qui auraient déjà le précédent, l’achat de ce sixième opus paraît juste optionnel et inutile pour le moment. Même si bon, même si fun.


GRAPHISMES
Sans être une claque si on le compare au 5, ce sixième opus est beau, fluide, ajoute quelques détails (dégâts sur les combattants, sueur) et des niveaux toujours destructibles du plus bel effet. On aurait pu espérer plus, mais c’est tout à fait acceptable.
JOUABILITÉ
Le gameplay de DOA a toujours été accessible, et c’est encore le cas ici. Ultra simple à prendre en main, rapidement fun, on s’éclate, seul ou entre potes (ou online si vous voulez).
DURÉE DE VIE
Pas mal de mode de jeux, plus le online, le arcade a deux. De quoi tenir sur la durée, entre les combats, défis, les quêtes. Espérons juste le retour du Tag Battle un jour.
BANDE SON
Quelques morceaux inspirés et dynamiques, d’autres beaucoup plus discutables.
CONCLUSION
Dead or Alive 6 est un bon jeu. Fluide, beau, blindé de modes de jeux, avec des combattants que l’on connait bien et qui se prennent en main simplement pour des combats funs. Dommage que les nouveautés, bien que fun et bien présentes, ne soient pas plus nombreuses, et que le mode Tag Battle, hyper fun dans le 5, ne soit plus présent.

note65



Titre : Dead or Alive 6
Année : 2019
Studio : Team Ninja
Editeur : Koei Tecmo
Genre : Fight

Joué et testé sur : Playstation 4
Existe sur : Playstation 4, Xbox One, PC
Support : un disque


Galerie d’images :

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

28 Comments

Add a Comment
  1. Alors la sueur pour les coquins, y’avait déjà dans le “5 plus” ^^ Je l’ai sur Vita.
    J’ai toujours eu un peu de mal avec les jeux de baston en 3D ou on ne peut pas sauter et ou il faut appuyer sur autre chose que reculer pour bloquer^^ Question d’habitude. Mais pour le coup la franchise a beau se reposer sur les jolies filles, on peut leur reconnaître que derrière il y a toujours un jeu bien foutu.

  2. Petit coquin va !!!! ^^
    C’est sûr que c’est un coup de main à prendre, après maintenant les grosses licences sont toujours en 3D, sauf Mortal Kombat, mais j’ai beaucoup de mal avec le gameplay. DOA justement, même si pour beaucoup ça a l’image de jeu pour pervers, ben le gameplay assure quand même derrière, technique mais pas trop. Puis c’est pas moche, y a des interactions de partout. J’espère qu’avec le temps, ce sixième opus n’aura pas encore la dizaine de DLC pour costumes courts et sexy, qui donnent au final une mauvaise image des jeux auprès d’un certain public. Car en tout cas là pour le lancement depuis 2 mois, ils se sont calmés. Il y a bien un gros season pass, mais niveau costumes, c’est bien moins dévêtu qu’avant.

    1. Eh oh attends ! c’était pas en option, j’y suis pour rien si y’avait de la sueur moi !
      Tu sais ce qui donne mauvaise réputation ? Justement une option pour transformer la physique des boobs ! Dans le 5 plus il y a 3 niveaux de…euh…balancements. Au max on dirait de la gelée…n’importe quoi…

      C’est con parce qu’en effet les jeux sont bien foutus.
      Je me fais souvent défoncer par contre. Mon cauchemar c’est le mec qui pratique la boxe de l’homme saoul à la Jackie Chan. Punaise ! Il est imprévisible !

  3. Je sais bien, j’ai le 5 sur PS3 ^^
    Et en effet, un pote avait voulu tester le 3ème niveau…. Et comme j’aime beaucoup jouer Marie Rose (qui a une très petite poitrine, la seule d’ailleurs), ben la physique fonctionnait quand même, avant même la fin du fight, j’étais en mode “non bon attend, je dois rechanger ça, c’est juste pas possible”… Ils ont supprimés tous ces délires dans le 6. Et je ne m’en plaint pas.
    Ah oui, j’ai oublié le nom du perso, mais il est toujours là. Dés que tu dépasses la difficulté “normale”, il devient assez hard (tout comme Jann Lee, qui t’enchaîne très rapidement). Quoi que pour l’homme saoul, j’ai remarqué que comme il se penche souvent ou prends des positions assises et couchées, le mieux était de faire un max de coups vers le bas.

    1. Jann Lee c’est le Bruce Lee de DOA je crois non ? Il a un foutu coup de pied qui te fait traverser tout l’écran. M’énerve aussi celui là^^ !
      Je dois être un peu bizarre mais je préfère me faire botter les fesses par une jolie fille que par un foutu beau gosse de merde ! C’est moins sexy^^
      Pareil les gros comme Zangief dans Street Fighter, ça me saoule de perdre contre eux. Mais contre une nana, ça va. Je ne dois pas être trop sexiste…mais j’ai peut être des fantasmes bizarres…ahem…^^

      Marie Rose ? Euh…elle existait dans le 5 ? Me souviens pas du tout d’elle.
      Y’a eu plusieurs versions du 5 aussi alors possible qu’elle ne soit pas dans le “5 plus” mais dans le “5 ultimate” (quand TECMO copie Capcom et ses 12 versions de jeux…)

      1. C’est lui oui, avec son gros coup de tatane en faisant “waaaataaaa”. Dés que tu va dans les modes de difficultés assez haut, il devient mon pire ennemi, je prie à chaque fight pour ne pas tomber sur lui sinon je sais que j’en ai pour au moins 15 essais.
        En même temps, c’est DOA, ça met en avant le casting féminin, et vu certains enchainements agiles, normal ^^

        Mais si, la petite, blonde. Depuis le 5 normal elle est là il me semble. Elle est totalement à l’opposé des autres physiquement 😀

        1. Nope, je confirme, j’ai relancé mon jeu, et elle n’existe pas dans DOA 5 plus. Elle doit débarquer dans le Ultimate.
          Il y a Mila qui a plus un look de “girl next door” aussi dans le 5. La boxeuse coiffée à la garçonne.

          Ah une autre qui est chiante c’est Leifang je crois. Enfin celle qui donne un coup de pied de type “uppercut” et qui te rabat sa jambe sur la gueule juste après. Je me demande même si c’est pas un overhead ce coup, que tu peux pas juste bloquer.

        2. Et celle que je trouve qui a le plus la classe dans sa façon de se battre c’est Lisa^^ Alias la mariposa.
          Ce qui ne veut pas dire que je sais bien la jouer…
          En fait j’suis pas doué à DOA^^
          Ni aux jeux de baston en général d’ailleurs. Je trouve ça fun mais je ne suis jamais très bon.

  4. Ah j’étais persuadé, bon comme quoi. Elle est arrivée tardivement et s’est vite fait une place, étant donné qu’elle était sur la pochette du DOA Xtreme 3, et reste dans ce sixième opus. En plus j’aime bien son gameplay donc je ne me plains pas. Oui Milla je l’aime bien aussi ^^

    Leifang ça va, enfin, tout dépends comme beaucoup de persos, parfois ils t’enchaînent quand tu es dans un coin, de quoi rager.

    Aaaaaaaaaah la Mariposa. Encore une ou quand je l’affronte en haut niveau de difficulté, je me met en tête de l’enchaîner cash et de pas lui laisser une seule seconde sinon je suis mort. Après je l’ai très peu joué, donc en tant que joueur, je ne la maitrise absolument pas. Mais comme toi, je suis un peu une quiche aux jeux de baston, pour ça que je déteste y jouer contre des potes (en particulier les jeux plus techniques genre Street Fighter, quand ton pote te dit “non mais fais un quart de cercle et triangle, puis bas”…. là j’ai envie de gueuler “oh laisse moi jouer comme je veux”).

    1. Je m’en sors mieux sur Street fighter que sur DOA^^
      C’est peut être plus technique mais c’est un gameplay 2D = arrière pour bloquer.
      J’arrive pas à m’y faire de bloquer avec un autre bouton. Je me fais latter à Mortal Kombat juste à cause de ça. Question d’habitude.

      La mariposa a de super coups^^ Je trouve ça classe ces enchainements de type capoeira. Et pour le coup elle a des costumes de luchador rigolos elle, sans que ce soit des bikinis super courts.

    2. Mais sinon ouais le pire truc des jeux de baston…ce sont les joueurs de jeux de baston^^
      Je sais pas, ça semble être devenu un sport, les mecs sur le net parlent avec des mots que je comprends même pas “ouais alors tu fais dash cancel quand il est mid air sur son overhead et tu sors un combo burst 2X pour…” eh oooh !!!
      Ou est passé le fun de juste tester des trucs avec des potes qui ne s’y connaissent pas non plus ? On pouvait se marrer là.

  5. Ah comme quoi. Il y a que DOA où je gère, et dans une moindre mesure même si j’y joue beaucoup au pif, Tekken (même si j’ai zappé pas mal d’épisodes).
    Ah non mais Mortal Kombat, j’avais le X, c’est limite mon nemesis, j’arrive à rien, je trouve le gameplay lourd et lent, j’arrive à rien enchaîner… Un des rares jeux que j’ai supprimé assez vite du disque dur de ma PS4, je ne m’y amusais absolument pas.
    Oui j’aime bien regarder l’IA la jouer, ou des potes quand ils la maîtrisent, elle fait mal niveau enchainements ^^

    On est d’accord. J’ai un pote comme ça, gros fan des Street Fighter et des Tekken. J’ai du arrêté de jouer à SF avec lui car c’était juste rageant. Par contre à DOA on est à armes égales, le gameplay, sans être simplifié, il est disons plus abordable.

    1. Ah j’ai confondu, c’est pas Leifang dont je voulais parler mais l’autre avec les couettes : Pai !
      Elle me fait mal, snif…

    2. T’arrives à faire les modes histoire de ces jeux d’ailleurs ? Je me fais toujours défoncer quand je me retrouve à devoir jouer un perso que je ne maitrise pas du tout.

  6. Oui oui j’y arrive, enfin pour le 5 et le 6. À l’exception vraiment peut-être d’un ou deux personnages que je ne maitrises absolument pas, je m’en sors, même si certains demandent plusieurs essais forcément.

    1. Tiens j’y ai rejoué un peu.
      En fait ce que j’ai du mal à faire aussi c’est me relever. C’est un jeu ou les mecs peuvent te taper par terre, ou te choper une jambe et te faire une prise de catch (hein Tina ??? grrr)
      Du coup faut savoir se relever en fonction de la 3D…et la plupart du temps je sais pas comment faire ou j’oublie, et dès que je suis debout paf un combo dans ma gueule…et je retourne à terre.
      C’est plus simple de se relever dans un gameplay 2D.

      1. Utilise ma technique pour me relever. Je sais plus comment je met le stick (en diagonale bas je crois, bon un truc du genre) et je mitraille le bouton coup de pied pour tacler l’ennemi en me relevant, ce qui limite les cas de combos dans ma face. Mais face à Tina ouais, faut se relever vite sous peine de chope.

        1. J’ai jamais aimé les “chopeurs” même dans Street Fighter. LEs mecs comme Zangief, tout ça, grrrr !
          QUand t’arrives à jouer avec eux c’est fun (Tina peut enchainer des prises et enlever 2/3 de la vie sans que tu puisses rien faire) mais se faire choper est super agaçant^^

          Les persos ont des techniques pour se relever mais je les retiens jamais. Sauf celle de la mariposa justement. Si elle est sur le dos et les pieds vers l’adversaire, elle fait des balayettes dans les pieds^^
          Mais quand t’es sur le ventre, je sais pas comment me relever correctement.

        2. C’est plein de petits détails qui font que je trouve DOA plus difficile pour moi qu’un Street Fighter. Les personnages se font “sonner” aussi, ce qui fait que tu ne peux pas bloquer, le perso ne répond plus, et tu peux facilement te prendre un perfect dans la gueule quoi. De quoi te dégouter^^

          Heureusement que y’a des jolies filles hein…
          AHem…^^

          1. Tina en soit est sympa, c’est un peu Bass, mais en féminin, et en moins poids lourds 😀 Mais quand c’est l’IA qui la joue, ça peut devenir coton.

            Enfin tu vois, quand tu dis que tu y arrives pas, ben pour une fois dans ce sixième opus, le tutorial, doublé avec les quêtes, c’est super pratique, car t’as des quêtes avec 3 objectifs, et si tu n’arrives pas ou ne connais pas un coup spécifique, la pression d’un simple bouton t’emmène sur un tutorial tout simple concernant ce coup, du coup en 25 secondes chrono, tu connais et vois de quoi la quête te parlait. J’ai trouvé ça super pratique.

  7. Et Soul calibur, c’est accessible pour toi ?
    Je n’ai joué qu’au tout premier à l’époque ou un pote avait la Dreamcast. ça date…

    1. LE tout premier, ca reste Soul edge sur PS1 malgré tout

  8. Soul Calibur oula, pas touché depuis de très très nombreuses années. Je ne sais même plus lequel opus que j’ai touché en dernier. Le dernier est sorti, il est en promo en ce moment sur le store, j’hésite à la prendre justement.

  9. Bon j’ai rejoué un peu à DOA…
    J’suis pas bon^^
    En normal encore ça va, mais je peux pas jouer au dessus sans avoir envie de jeter la console^^
    C’est vraiment hard de bloquer dans ce jeu. Et faire des contre, faut vraiment avoir le super timing…
    Sauf que l’IA elle te fait des contre sans souci et t’attrape au moment ou tu tapes.
    Bon je m’amuse quand même mais je ne ferai jamais le winner dans des niveaux de difficulté élevés.

  10. Je suis un warrior, je tente toujours. Sur le 5, j’ai fais le mode arcade dans tous les niveaux de difficulté sauf le dernier, impossible à passer, même après je ne sais combien d’essai. Sur le 6, étonnement, j’ai réussi le plus haut, mais pas celui d’avant. Enfin pas encore, mais ça pourrait se faire, car c’est le jeu parfait en soirée entre potes, donc il va bien tourner ^^

    1. Techniquement j’arrive à vaincre des ennemis en mode difficile (au dessus de normal donc) mais en mode arcade il y en aura toujours un qui va me mettre la misère. Genre Brad Wong, Jann Lee, le vieux Gen Fu, les chopeurs comme Tina ou son père…
      Lisa aussi ouais…

    2. Donc je m’amuse à faire des versus contre un adversaire que je peux gérer en difficile^^
      Mais le parcours arcade ne passe pas…

  11. Oui en mode arcade, t’as l’impression que le jeu fait souvent exprès si tu gères bien de te mettre des ennemis bien puissants et techniques par la suite. Combien de fois je me suis retrouvé à gérer puis il me met Jann Lee en combattant final et là j’y passe facile 30 essais, les mains crispées sur la manette.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *