[Film] The Mermaid, de Stephen Chow (2016)

Un riche homme d’affaires, Liu Xuan, que rien n’arrête est sur le point d’acheter un coin de la côte où les algues se transformeraient en or. Il rencontre une résistance marine inédite en son genre : celle d’un homme-pieuvre qui envoie sa plus belle sirène sur la terre ferme afin de tuer le milliardaire.


Avis de Cherycok :
Stephen Chow est un des piliers de la comédie non-sensique made in Hong-Kong. Il n’y a qu’à voir des films tels que Shaolin Soccer, Kung Fu Hustle, From Beijing with Love, Love on Delivery et tant d’autres cultes pour beaucoup de passionnés de cinéma asiatique. Mais depuis quelques années, il a disparu des écrans, préférant se consacrer uniquement à la réalisation comme avec le très sympathique Journey to the West : Conquering the Demons (2013) dont la suite sort prochainement. Son dernier en date, The Mermaid, fait date dans l’histoire du box office chinois puisqu’en à peine deux semaines, il devient le plus gros succès de l’histoire, dépassant même là-bas le score d’un Deadpool ou du Star Wars VII sorti peu avant, engrangeant la bagatelle de 551M$US juste pour son exploitation en salles. En tant qu’amateur du bonhomme, il était logique que je m’intéresse à cette nouvelle sortie, mais les premières bandes annonces m’avaient laissé quelque peu inquiet et… méfiant. Outre le coté des plus barrés qui lui me plaisait, j’avais très peur de l’aspect comédie sentimentale bon enfant qui en ressortait. Mais mes craintes s’estompent rapidement, et une fois de plus, Stephen Chow fait les choses parfaitement et nous pond un excellent divertissement.

Stephen Chow l’avoue lui-même, il adore les contes de fées et les histoires pour enfants de manière générale, où les méchants sont punis et les gentils gagnent à la fin. Avec The Mermaid, il tente de moderniser La Petite Sirène de Hans Christian Andersen, un conte pour lequel il avoue avoir une certaine fascination depuis sa plus tendre enfance. C’est vrai que ce qui saute aux yeux dès les premières minutes du film, c’est son univers très cartoon, avec ses couleurs vives, ses personnages loufoques, ses gags souvent très visuels, parfois enfantins, avec des acteurs qui en font volontairement des tonnes, sans jamais avoir peur du ridicule, et une musique très présente dont certains passages chantés un peu à la manière d’un Disney (mais avec l’humour de Chow en plus). Oui, The Mermaid aurait pu être un film d’animation sans aucun problème car il en possède bon nombre de codes, jusque dans ses effets spéciaux. Je suis prêt à mettre un billet qu’à la genèse du projet, l’idée de faire un dessin animé a traversé l’esprit de Stephen Chow.

On reconnait très bien la patte du réalisateur, avec ces personnages secondaires complètement barrés participant à des scènes indescriptibles, que ce soit l’homme pieuvre, déguisé en cuisinier, obligé de cuisiner ses propres tentacules sous peine de faire sauter sa couverture, grimaçant de douleur, ou cette fausse sirène en début de film, tout simplement dégueulasse avec ses poils sortant de son slip de bain et ses faux seins sous son bikini. On notera par ailleurs les cameos de deux comparses de ses précédents films, Lam Tse-Chung et Tin Kai-Man, tous deux présents dans Shaolin Soccer et Kung-Fu Hustle, ainsi que du réalisateur Tsui Hark qui a accepté de venir faire le pitre ici avant de signer la réalisation de Journey to the West : Conquering the Demons 2.
On retrouve également la patte de Stephen Chow au niveau des effets spéciaux. Il aime l’image de synthèse, il n’y a qu’à voir ses anciens films pour s’en convaincre (Shaolin Soccer, Kung Fu Hustle, CJ7, et même dans les années 90 avec par exemple 60 Millions Dollar Man). The Mermaid en est farci, aussi bien en ce qui concerne les décors que les personnages et autres effets divers et variés. Forcément, quand on met en scène des sirènes et des hommes poulpes, c’est nettement plus simple. Qu’on se le dise tout de suite, on n’est pas aux States. Même si les Chinois font des progrès de film en film, on reste sincèrement un cran en dessous de ce qu’on peut voir ailleurs. L’ensemble sonne parfois faux, les incrustations ne sont pas toutes très réussies, mais étrangement, on s’habitude très rapidement et ça donne quelque part un certain charme au film.

Par contre, là où le film réussit son pari, c’est pour nous faire tenir à ses personnages. Et pourtant, ce n’était pas gagné tant le « héros » est rapidement détestable. Mais cette histoire d’amour improbable fonctionne à merveille et on s’en rend compte dès que le film se fait un peu plus action, plus violent, noir, sanglant parfois, virant même au tragique, et on craint pour nos deux tourtereaux. On veut que ce happy end arrive, on l’attend, il ne peut pas en être autrement car il gâcherait clairement tout ce que le film a construit, avec ses gags très cons, ses scènes parfois folles qui partent en sucette, ses personnages attachants, ce message écolo un peu grossier au départ mais pourtant sincère, cette naïveté et fraicheur typique des films de son réalisateur. Oui, on veut que ça finisse bien. Tant pis si certaines choses sont bancales. Tant pis si les effets spéciaux ne sont pas complètement au point. Tant pis si c’est parfois un peu trop gentillet et enfantin. Oui, merci Stephen Chow pour ce happy end.

LES PLUSLES MOINS
♥ La patte Stephen Chow
♥ Certaines scènes à mourir de rire
♥ Une jolie histoire
⊗ Techniquement pas toujours au top
The Mermaid n’est certainement pas le meilleur film de Stephen Chow, mais il dégage pourtant quelque chose d’unique. Sa candeur et sa légèreté en font un excellent divertissement et il serait dommage de passer à coté.



Titre : The Mermaid / Mermaid / 美人魚
Année : 2016
Durée : 1h34
Origine : Chine / Hong Kong
Genre : La petite sirène
Réalisateur : Stephen Chow
Scénario : Stephen Chow, Kelvin Lee, Ho Miu-Kei

Acteurs : Deng Chao, Jelly Lin Yun, Kitty Zhang Yuqi, Show Lo Chi-Cheung, Wen Zhang, Kris Wu, Lam Tze-Chung, Bai Ke, Law Kar-Ying, Tsui Hark, Kong Lian-Shun

 Mei ren yu (2016) on IMDb


0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
22 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
LiNinKit
LiNinKit
4 mai 2016 2:42

Bon sang je n’ai pas encore vu sacrilège!

Feroner
Administrateur
4 mai 2016 20:01

Un nouveau Stephen Chow ca c’est une bonne nouvelle je le verrais un jour c’est sur a la réalisation c’est toujours super bon

“comédie sentimentale bon enfant” il donne souvent cette impression pour mieux nous surprendre avec du tragique un peut comme Clint que donne souvent l’impression de faire un film de vieux con réac pour virer a l’opposé.

 

Feroner
Administrateur
12 juillet 2016 18:27

Le film est dispo sur amazon Canada en all zone avec des sous titre Français, pour les nazes comme mois qui parle pas Englais c’est une bonne nouvelle.
https://www.amazon.ca/Mermaid-Blu-ray-Sous-titres-fran%C3%83%C2%A7ais-fran%C3%A7ais/dp/B01E5X6R6S/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1468340722&sr=8-1&keywords=the+mermaid+bluray

Feroner
Administrateur
Reply to  Feroner
12 juillet 2016 18:28

Oups “Anglais” c’est mieux.

Feroner
Administrateur
14 juillet 2016 19:19

C’est arrivé en a penne quatre jours en lançant le blu-ray j’ai un peut stressé car ca a mis trois plombe a ce lancer et comme il n’y a rien d’écrit concernant les zones j’était déjà en train de maudire le mec qui ma refilé le tuyau, mais non ca marche parfaitement sur un platine Française.

Le film je suis d’accord avec toi mes scène préféré sont, le poulpe qui s’auto cuisine, la soirée ou ils tombe amoureux, mais celle la plus hilarante et celle du commissariat. Mais comme d’habitude avec Stephen Chow c’est aussi tragique et surtout totalement imprévisible. Par contre je ne suis pas d’accord pour le happy end.

Spoiler      spoiler       spoiler       spoiler

La scène ou on voit le héro transpercé de partout porté la sirène mourante a l’eau est dramatique au possible romantique et belle (j’ai lâché ma petite larme) et on les vois pas clairement mourir il y a de l’espoir qu’ils ce retrouvent plus tard. La on les vois main dans la main sous l’eau (que c’est moche la bulle sur la tête et l’incrustation foireuse) avec toute la famille réunis alors qu’on les a vu ce faire massacré juste avant.  Ca gâche pas le film loin de la mais quand je le révérais je zapperais ca.

 

Feroner
Administrateur
17 juillet 2016 17:16

Ah Ok elle est nettement mieux réalisé

RaphNQNT
RaphNQNT
26 juillet 2016 21:12

J’ai enfin vu le film ! Je suis assez d’accord avec la critique. Et j’ajouterai qu’il manque une seule chose au film : la présence de Stephen lui-même devant la caméra ! Je l’aurais bien vu dans le rôle du poulpe 😀

Une fois l’aspect dérisoire des effets spéciaux digéré, le film m’a fait un effet boeuf, au point de me refaire la filmo de Chow… Y a que lui pour nous pondre un film hybride qui marche aussi bien, pas étonnant que les chinois aient répondu présent en masse !

Gros carton rouge à Sony qui n’a pas cru au succès du film en occident. On tenait quand même le premier candidat chinois sérieux pour passer la barre symbolique du milliard de dollar au box office mondial ! Peut-être le syndrome Disney qui “contrôle” la distribution des films du studio Ghibli, son principal concurrent !

Feroner
Administrateur
27 juillet 2016 13:00

Stephen chow en tant qu’acteur manque a beaucoup de monde en plus on le vois dans le making of il a toujours la même tête mais avec les cheveux blanc.

Pour la distribution en France quesque que tu veut, les gens s’en foute du ciné asiatique même le  Johnnie To avec johnny Hallyday a fais un bide. Disney peut “controler” au temp qu’ils le veulent  Ghibli car ca leur appartient.

Feroner
Administrateur
27 juillet 2016 17:28

Il sort en video en France ?

RaphNQNT
RaphNQNT
27 juillet 2016 18:01

J’espère bien !

 

Vous avez raison, je suis trop optimiste 😀

 

Par contre, je viens de revoir Shaolin Soccer et le film partage pas mal de similitudes avec The Mermaid, mais est plus accessible, j’ai l’impression (foot oblige). Dans l’interview du dvd HKVideo en 2003, L’acteur décrit le genre de film qu’il espère faire dans le futur et devinez quoi ? Ca correspond à 200% à The Mermaid 😉

Ray
Ray
6 septembre 2016 4:57

de la bastos wallah je vais me régaler j’ai hâte de le voir. du Stephen Chow aie aie aie c’est du costaud je kiffe ce real/acteur je sens que je vais kiffer

Aerosniff Someglue
Aerosniff Someglue
19 novembre 2016 21:07

8’5/10

Meilleure comédie de l’année.

Dun
29 novembre 2016 20:56

Je suis un très gros fan de l’acteur/réalisateur et je n’ai pas aimé ce film à part quelques séquences.

Dun
30 novembre 2016 14:28

Sur le papier tu as raison, mais je n’y ai pourtant pas retrouvé mon compte. D’une part, j’ai trouvé le film assez moche, et pourtant j’ai trouvé que les sfx fonctionnaient assez bien, mais cette avalanche de couleurs, hiii. Mais surtout je n’y ai retrouvé ni le dosage (sa fameuse rupture de tons, ici quasi inexistante ou mal gérée, à l’opposé de l’une des premières séquences de Legend to the west qui alternait avec talent légèreté et violence) ni la folie de l’humour qui caractérisaient ses précédents opus. Alors est-ce que c’est moi ou est-ce que c’est Stephen Chow qui est devenu moins “subtile” ou moins “fou” dans son approche, je ne saurais dire. M’enfin, avec tous vos avis positifs, ça me donne envie de le retenter dans quelques temps avec des attentes peut-être moins élevées, vu que j’ai de toutes façons acheté le BR en bon fan qui se respecte ^^ (contrairement à certains ici, j’ai kiffé la bonne-annonce, mais j’ai malheureusement trouvé que les meilleurs scènes y figuraient déjà presque toutes)

Feroner
Administrateur
1 décembre 2016 12:27

Bizarre je trouve que ca alterne bien légèreté et violence, violence phycologique car la compagnie est ultra cynique et physique car ils massacre bien les sirènes a la fin, et la scène sur l’embarcadère est super tragique. Alors niveau humour pur c’est un petit peut plus posé moins hystérique c’est toujours aussi fou mais plus calme.

AH les bandes annonces je ne les regarde plus.