[Film] Star Trek Insurrection, de Jonathan Frakes (1998)

Le capitaine Jean-Luc Picard et son équipage doivent commettre l’irréparable pour protéger le secret de la jeunesse éternelle d’un peuple extraterrestre, les Ba’ku contre une autre race extraterrestre et contre la Fédération elle-même.


Avis de Rick :
Si Premier Contact en 1996 était un gros succès au box office et demeure, à juste titre, l’un des opus cinéma préféré des fans de Star Trek et de l’équipage de Picard, les deux opus suivants, Insurrection en 1998 et Nemesis en 2002, ont droit au sort opposé. Avec son budget de 58 millions de dollars et le retour d’une bonne partie de l’équipe (à savoir donc, outre le casting principal, Jonathan Frakes à la mise en scène, Jerry Goldsmith à la musique, Matthew F. Leonetti à la photo), Insurrection n’aura rapporté que 70 millions sur le sol Américain, et 112 millions dans le monde. Star Trek commencerait-il à fatiguer et n’intéresserait-il plus le public à nouveau ? Ou bien cela représente-t-il la qualité du long métrage en question ? En tout cas, l’opus suivant, Nemesis, eu droit à un traitement encore pire, puisqu’il ne récolta que 43 millions en Amérique, ne rentabilisant à peine son budget de 60 millions en récoltant dans le monde 67 millions, et mettant un terme à la saga jusqu’au reboot. Mais revenons au cas d’Insurrection, tourné donc deux ans après Premier Contact. Un film décevant au box office, mais également un film décevant dans la saga, puisqu’il faut l’avouer, il s’agît bien là de l’opus le plus faible de l’équipage de Picard. Si Premier Contact était un film de science fiction souvent sombre, et mettant en avant des thématiques sérieuses et intéressantes, Insurrection en sera l’opposé, et le film aura été pensé tel quel depuis le début, puisque la Paramount voulu émuler le succès du quatrième opus, Retour sur Terre, et son ton léger et comique malgré un message (écolo) derrière. Et c’est dans le fond exactement ce que l’on aura dans Insurrection. Un film avec de bonnes idées de base, mais un traitement léger qui ne part pas toujours dans des directions intéressantes, pour un résultat plus que mitigé, et un film au final moyen. Voir par certains aspects, vraiment pas bon.

Insurrection est donc le résultat, une nouvelle fois, de multiples réunions entre exécutifs, de désaccords, de retournage, puis d’un calendrier serré avec un studio ne voulant absolument pas décaler la date de sortie pour arranger les soucis voyants du métrage. Data, alors en mission sur une planète peu évoluée, est victime d’un mal fonctionnement, et c’est donc l’équipage de l’Enterprise qui est envoyé pour le récupérer. Un bon point de départ. Sur cette planète, Picard et son équipe découvrent un peuple qui semble peu évolué en apparence, mais qui reste là par choix, étant donné qu’une fontaine de jouvance est sur la planète. Moyen scénaristique de faire découvrir à l’équipage de nouvelles émotions, et de continuer de développer l’arc narratif de Data, dans sa quête d’humanité. L’Enterprise va alors se retrouver au centre d’un complot de la fédération voulant délocaliser les habitants afin de s’emparer de la fontaine de jouvence. Intéressant sur le papier. Mais dans les faits, beaucoup moins, la plupart des idées scénaristiques étant en effet traitées par une légèreté de ton qui laisse le spectateur indifférent. Picard aura donc droit à un arc sentimental plein de bons sentiments, Data dans sa quête d’humanité va passer le film à tenter de comprendre le concept des enfants : s’amuser. Oui oui, on tombe bien bas. Et puis donc, il y a un méchant peuple qui aurait quitté la planète, enfin, qui fut bannit et aurait exploré l’espace avant de revenir ici pour prendre possession de la fontaine de jouvence. Oui, la reprendre à ce peuple vivant dans l’indifférence et qui a décidé de vivre sans aucune technologie. Ce qui amène de bien gros soucis de scénario, en effet. Comment les So’na (les méchants) ont pu être bannis si les habitants de la planète n’ont aucune technologie et aucun vaisseau ? Mystère et boule de gomme. Je cherche trop loin ? Sans doute, mais le scénario est remplit de soucis dans ce genre, ça déborde dans tous les sens, et c’est bien le souci.

Et comme le tout est souvent plombé par le ton léger voulu par le studio, on se retrouve avec Picard qui tente de raisonner Data en pleine course poursuite en le faisant chanter, par exemple. Que reste-t-il donc de positif au sein du métrage ? On pourra bien citer la mise en scène de Jonathan Frakes, plutôt solide et constante du début à la fin, prouvant qu’il n’a rien perdu depuis Premier Contact, même s’il se contente de filmer une histoire pas toujours bien fichue malgré les bons points de départ. On pourra aussi citer que le scénario, ou du moins son idée de base, donne enfin un peu plus de temps à l’écran aux personnages secondaires de l’équipage, ce qui leur manquait quelque peu dans les opus précédents. Niveau action, oui, nous avons bien quelques scènes d’action sympathiques, même si pour la première fois dans la franchise, les scènes de batailles spatiales ont été intégralement réalisées par ordinateur, sans l’utilisation des classiques maquettes. Un choix discutable, dans l’ère du temps, mais qui ne choque pas énormément, le film se déroulant en grande partie sur la terre ferme, et non dans l’espace. Le dernier acte, beaucoup plus rythmé en action, n’est pas non plus déshonorant malgré tout ce qui précédait. Mais rien à faire, Insurrection reste bel et bien la bête noire de cette partie de la saga.

LES PLUSLES MOINS
♥ La mise en scène, pas mauvaise
♥ Quelques bonnes idées, de base
♥ L’acte final, qui se bouge
⊗ Un traitement léger qui ne marche pas
⊗ L’arc de Data, peu passionnant
⊗ Des trous et incohérences de scénario partout
note4
Après le très bon Premier Contact, la saga tombe de haut. Insurrection, malgré de base de bonnes idées, ne sait pas trop quoi en faire, et tombe dans des arcs narratifs peu passionnants et pas toujours bien cohérents.



Titre : Star Trek Insurrection

Année : 1998
Durée :
1h43
Origine :
U.S.A.
Genre :
Science Fiction
Réalisation : 
Jonathan Frakes
Scénario : 
Michael Piller
Avec :
Patrick Stewart, Jonathan Frakes, Brent Spiner, LeVar Burton, Michael Dorn, Gates McFadden, Marina Sirtis et Donna Murphy

 Star Trek: Insurrection (1998) on IMDb


Galerie d’images :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *