[Film] Sharknado (2013)

Catastrophe, les eaux recouvrent la côte Californienne et des tornades pleines de requins envahissent les rues de Los Angeles. Fin et ses amis Baz et Nova décident de partir sauver la femme de Fin, April, ainsi que sa fille et son fils.


Avis de Rick :
Il est là, le messie, le film tant attendu, la production Asylum distribuée par Syfy qui allait enterrer toutes les autres, le film qui fit tant parler de lui depuis le lancement de sa production, avec son concept débile au possible et sa pochette qui annonçait la couleur. Et à présent, il a été diffusé, enfin, nous pouvons juger. Le métrage tient-il toutes ses promesses ? Va-t-il enterrer la concurrence, se montrer généreux en requins, en rythme, en délire totalement What The Fuck  et en effets totalement ratés?  La réponse est assurément OUI. Sharknado tient toutes ses promesses, et ceux dés sa scène d’ouverture, qui ne perd pas de temps. Avec son rythme à la Sharktopus (comprenez qu’il y a une attaque de requins, une catastrophe ou un délire toutes les 5 minutes), le métrage évite l’ennui qui fait souvent basculer un nanar dans la catégorie des navets.

Sharknado10

Des effets sympas dans une production Asylum, oui oui!

Mais là, dés les premiers instants, nous sommes rassurés. Une tornade, un bateau, pleins de requins dans l’eau, un capitaine doué en négociation, et un petit carnage dans les règles de l’art en guise de scène d’ouverture, avant un générique classique, sur une musique tendance rock, la plage, les bikinis,  les noms d’acteurs has been qui viennent s’éclater dans ce genre de production ou payer leurs factures.  Ici, Tara Reid (American Pie, Alone in the Dark) et John Heard (CHUD, After Hours, Maman J’ai Raté l’Avion). Et passé l’introduction des différents personnages, il faut bien avouer que le film prend un bon gros tournant nanar qui fait franchement plaisir à voir, surtout quand on s’est tapé par le passé des productions Asylum qui étaient vraiment dans le bas du panier (comme par exemple Invasion of the Pod People, je ne m’en suis pas remis de celui-là). Pourtant, Sharknado respire la production Asylum la plus mauvaise qui soit.

Sharknado04

Une scène d’ouverture rigolote et mal foutue

Acteurs en roue libre qui ne savent pas trop ce qu’ils font là (faut dire, jouer dans le vide en imaginant la catastrophe des incrustations qui viendront), effets spéciaux médiocres et incrustations pourries. Ajoutons à tout ça un rythme pas trop mal géré, quelques moments bien gratinés, des stéréotypes un peu partout et nous l’avons notre production. Même le plus mauvais peut devenir regardable si l’on est dans un bon jour, et c’est le cas avec ce Sharknado, qui ne perd pas trop de temps en bavardages inutiles comme dans de trop nombreuses productions. Ainsi, les attaques sont plutôt nombreuses, le héros est un bon gros héros comme il faut. Et à côté de ça, ben, on a Tara Reid qui ne sert strictement à rien, des discussions parfois inutiles, et bien entendu, attention les yeux : il faut toujours sauver la famille (comme dans toutes ces productions), MAIS également les enfants (on ne tue pas les enfants !) et … le chien enfermé dans une voiture (Ah, ça rappelle le chien héros de indépendance Day dés que je vois un chien qu’il faut sauver dans un film). Oui, on rigole devant tout ça, même devant les incrustations un peu nazes et les requins mal animés qui grognent, et pourtant, les effets spéciaux sont au dessus de nombreuses productions. On s’étonnera même à voir de bons effets spéciaux lors de certaines scènes (la grande roue dévalant la rue, quelques inondations). Si bien que le métrage, tout en étant mauvais, nous prouve que la société fait de grands progrès.

Sharknado06

La blonde du casting, comme souvent

Mais à côté de ça, de tous ces stéréotypes, qu’avons-nous à nous mettre sous la dent ? Finalement, pas mal de choses. Nous avons une intro avec un petit rire non dissimulé, une attaque sur la plage qui nous rappelle ses trop nombreux films de requins que nous avons pu regarder, entre Syfy, The Asylum, NU Image. Mais nous aurons aussi une rapide attaque dans un bar, sur le port où l’on apprend que entre un fusil et un tabouret, le tabouret gagne en cas d’attaque, beaucoup d’eau numérique (ou pas) recouvrant des rues, des requins sur les toits de voiture, dans des maisons où des personnages se font bouffer jusqu’aux mollets. Oui, à de rares moments, Sharknado parvient même à nous donner quelques effets corps avec des membres coupés et des litres de sang versés un peu partout, et ça, ça n’a pas de prix ! Mais bien entendu, le meilleur, et donc le pire, est à venir, lors de deux gros moments : le sauvetage du bus scolaire, avec sa musique héroïque à la Hans Zimmer (oui oui), et bien entendu, comme souvent dans toutes les productions animales : le grand final, qui veut en mettre plein la vue, avec sa multitude de tornades, des requins tombant partout pour bouffer les gens, et un héros qui n’a peur de rien avec sa tronçonneuse. Alors oui, parfois, ça pique les yeux (les requins ne sont pas toujours très bien faits, la réalisation n’est pas bonne), mais on rigole, on a notre lot de requins, de sang, de scènes WTF ratées ou réussies, et c’est le principal. Un moment bien divertissant.

Sharknado13

Du sang, et pas numérique lui!

Sharknado est le plaisir coupable de chez The Asylum. Souvent rigolo, plutôt rythmé, parfois chiant, parfois bien sanglant, un bon moment pour l’amateur de nanar.

Note sérieuse: note35

Note nanar: note7coeur24

Sharknado17

 

 

 


SharknadoTitre : Sharknado
Année : 2013
Durée : 1h26
Origine : U.S.A
Genre : Tornades et requins
Réalisateur : Anthony C. Ferrante

Acteurs : Tara Reid, Ian Ziering, John Heard, Cassie Scerbo, Jaason Simmons et Chuck Hittinger


 Gallerie d’images:

Sharknado18Sharknado19Sharknado20Sharknado25Sharknado26Sharknado27

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

Comments

Add a Comment
  1. Ah ah, ta chronique donne trop envie. Je me suis payé tellement de navets ces derniers temps entre Asylum, Tomcat ou Syfy qu’un vrai bon nanar me ferait vraiment du bien ^_^

  2. Ouais enfin TomCat, moi perso j’évite maintenant, le Jurassic Shark il m’a calmé puissance 1000, les films tournés sans budget sur 5 jours, j’ai compris que c’était pas pour moi haha

  3. C’est incroyablement incohérent d’un bout à l’autre mais c’est foutrement rythmé !!

  4. L’incohérence, c’est pas ce qu’on demande à ce genre de film ^_^

  5. J’ai vu les affiches de tsharknami, sharkalanche 🙂
    (http://www.meltybuzz.fr/sharknado-les-possibles-suites-imaginees-en-affiches-a195345.html)

    Mais Avalanche Sharks, c’est vraiment au programme.

    Ps : mais pourquoi le Hummer dans sharknado a des pointes au pare choc ?? Ca me travaille depuis 1 semaine ^^

  6. Vi, zont tripé sur de possibles suites ^_^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *