[Film] Rich and Famous, de Taylor Wong (1987)


Pour rembourser une dette, Yung, joueur invétéré, va entrainer dans son sillage sa sœur et son demi-frère. Menacés par des membres d’une Triade, Chu se rapproche de Chai, un caïd du crime organisé qui va les prendre sous son aile… Une guerre violente entre seigneurs de gangs rivaux va alors se déchainer.


Avis de Cherycok :
Le Syndicat du Crime (1986) de John Woo a eu l’effet d’une bombe dans la production cinématographique hongkongaise. Il a certes lancé le genre Heroic Bloodshed, avec des dizaines et dizaines de copies plus ou moins bonnes qui ont vu le jour par la suite, mais il a aussi et surtout fait exploser la carrière de son interprète principal, Chow Yun-Fat. C’est simple, rien que l’année suivant la sortie, 1987 donc, il est au casting de pas moins de 11 films. Parmi eux, on retrouve Rich and Famous et sa suite Tragic Hero qui forment une saga criminelle se déroulant sur plusieurs années et traitant comme souvent dans ce genre de films (surtout à Hong Kong), de loyauté, de trahison, d’honneur, de fraternité ou encore de lâcheté. Autant Tragic Hero a bonne réputation auprès des amateurs de peloches HK –le film a même eu droit à une sortie VHS chez nous sous le titre Black Vengeance- autant Rich and Famous est bien plus décrié. Alors peut-être était-ce parce que je n’en avais pas forcément lu ou entendu beaucoup de bien et que, du coup, je n’attendais rien, mais je suis ressorti plutôt surpris de son visionnage, et surtout satisfait de ce que je venais de voir. Certes, Rich and Famous a des lacunes, mais il reste un bon film de triades comme Hong Kong sait les faire.

La production du film et sa sortie sont un peu particulières. Déjà, ce qu’il faut savoir, c’est que Tragic Hero, le 2ème opus donc, est sorti au cinéma avant le premier. En effet, les deux films ont été tournés simultanément, par plusieurs équipes différentes, avec un énorme casting de stars de l’époque, et les producteurs n’étant pas contents du résultat de Rich and Famous, décident de faire l’impasse et de proposer directement sa suite, Tragic Hero, plus orientée action, mais sans conviction là non plus. Contre toute attente, le film est un joli succès, remportant 19M$HK au box-office. Il n’en fallait pas moins pour que les producteurs changent d’avis et sortent, rapidement après, le premier opus en le faisant passer pour une préquelle. C’est à nouveau un succès avec environ 21M$HK de recettes, et même si ce duo de films est bien moins important aux yeux du public que le Syndicat du Crime (et même sa suite) et The Killer de John Woo dans le genre Heroic Bloodshed, ils sont nettement au-dessus de la moyenne du genre sur bien des points. Mais on reviendra dans une autre chronique sur Tragic Hero, parlons plutôt de Rich and Famous. Très rapidement, on sent l’inspiration de films tels que Le Parrain ou Il Était une Fois l’Amérique. Ces films ont eu une portée internationale et Hong Kong a forcément pioché dedans à un moment ou à un autre. Le titre du film est assez significatif car il va tourner autour de deux réfugiés qui vont sacrifier leur vie pour être riches et célèbres dans le petit milieu des triades. Bien que Chow Yun-Fat interpréte un des patrons de la pègre et que le film tourne autour de lui, l’histoire va surtout se concentrer sur la relation entre les deux « frères » aux tempéraments bien différents, interprétés par Andy Lau et Alex Man.

Andy Lau va interpréter le personnage le plus vertueux, le plus droit, alors que Alex Man sera le personnage sanguin, le plus avide, plus à même de partir en cacahuètes. Chow Yun-Fat, comme d’habitude, a la classe internationale en toutes circonstances, tout en costume et cheveux gominés, sans cesse d’un calme olympien, interprétant le patron de triades le plus gentil jamais filmé, toujours aux petits soins avec ses hommes. Et quand il prend les armes le temps d’une scène, une arme à feu dans chaque main, il y a ce côté complètement jouissif que tout amateur du bonhomme va forcément ressentir. Le casting tout entier s’en sort avec les honneurs, avec des seconds rôles intéressants également à l’instar de Carina Lau, qui apparait à mi-film dans le rôle d’une infirmière, d’Alan Tam, au départ assez énervant mais malgré tout utile, de Shing Fui-On, très sobre en homme de main calme, ou encore de Danny Lee, une fois de plus dans le rôle d’un flic têtu qui cherche à faire tomber des boss de triades. Malheureusement, les motivations des personnages ne sont pas toujours bien exploitées. Certains ne servent d’ailleurs au final pas à grand-chose, arrivant comme un cheveu sur la soupe (celui de Danny Lee). Si l’histoire avait pu être un peu plus développée pour certains, ou s’attarder plus simplement sur la jeunesse de ses protagonistes principaux, cela aurait pu donner un côté encore plus percutant à certains moments du film.

En fait, Rich and Famous n’est peut-être pas assez long pour développer tout ce qu’il a envie de développer. Ou alors il ne le fait pas correctement. Si les moments « comiques » de la première demi-heure servent certes à nous montrer la complicité entre les personnages d’Andy Lau / Alex Man / Pauline Wong, ils ne sont pas forcément bienvenus et dénotent un peu avec le reste du film. Il aurait peut-être été plus judicieux d’utiliser ce temps pour approfondir les choses différemment, quitte à rallonger le film de quelques minutes. Si des films tels que Il Était une Fois le Bronx fonctionnent si bien, c’est parce qu’ils ont pris le temps de bien poser les choses, de bien créer des liens entre les personnages. N’en déplaise à certains qui ont déjà trouvé le film un peu mollasson, il manque clairement du temps de développement dans Rich and Famous. Mais malgré tout, on prend du plaisir à suivre l’évolution des personnages. Certes, l’intrigue de guerre des gangs, à base de loyauté et de trahison est un classique du cinéma de Hong Kong et a donc déjà été vu de nombreuses fois. Mais on prend malgré tout du plaisir, surtout lorsqu’il y a Chow Yun-Fat dedans. La première partie de cette fresque mafieuse est bien entendu ponctuée de scènes d’action. Bien qu’elles soient au final peu nombreuses –en gros une au début, une au milieu et une à la fin-, elles sont vraiment bien mises en boite par un Bruce Leung qui, en plus de gunfights, nous gratifie de quelques cascades et autres chutes qui font bien mal. Loin du réalisme de certains films, avec ici des personnages criblés de balles qui survivent malgré tout, l’action est de très bonne tenue. Le final est assez mémorable, se déroulant pendant un mariage où la mariée en blanc finira couverte de sang, très intense et mettant en place tous les enjeux de la deuxième partie, Tragic Hero, qu’on a immédiatement envie de découvrir. Alors oui, Rich and Famous n’est pas parfait, il peut même être considéré comme un film mineur dans la filmographie de Chow Yun-Fat et aurait sans doute eu plus de rayonnement dans les mains d’un autre réalisateur (Alex Cheung ? John Woo ? Kirk Wong ? Tsui Hark ?). Pourtant, l’ensemble se tient très bien et il en résulte un bon film de triades, certes pas très original, mais efficace dans ce qu’il entreprend.

LES PLUSLES MOINS
♥ Chow Yun Fat la classe
♥ Le duo Andy Lau / Alex Man
♥ Les scènes d’action, surtout le final
♥ Scénario qui tient la route
⊗ Manque de développement
⊗ Des scènes comiques inutiles
Rich and Famous a beau être un peu bavard, il reste un film de triades très plaisant à suivre grâce à un excellent casting trois étoiles et des scènes vraiment réussies. Il pose les bases pour sa suite Tragic Hero, plus axée heroic bloodshed, et il le fait plutôt bien.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Ce n’est peut-être pas un hasard si le chef de triade interprété par Chow Yun Fat est présenté comme honorable et miséricordieux à l’excès. Le film est entre autres produit par la Win’s, créée par les frères Charles et Jimmy Heung, dont le père est le fondateur d’une des plus puissantes triades de Hong Kong, la Sun Yee On. Certains diraient que cette triade est aujourd’hui dirigée par Jimmy Heung…

• Les scénaristes Stephen Shiu et Manfred Wong ont été à l’œuvre sur bien d’autres films de triades puisqu’on les retrouve aux scenarios de films tels que Le Parrain de Hong Kong (1991), Lord of East China Sea 1 et 2 (1993) ou encore la saga Young & Dangerous.


Rich and Famous est sorti chez Spectrum Films en combo Blu-ray avec le film Tragic Hero au prix de 30€. Il est disponible à l’achat ici : Spectrumfilms.fr

En plus du film, on y trouve : Présentation des films par Arnaud Lanuque, interview de Michael Mak et Bande-annonce, le film Tragic Hero et ses bonus.



Titre : Rich and Famous / 江湖情
Année : 1987
Durée : 1h44
Origine : Hong Kong
Genre : Triades / Heroic Bloodshed
Réalisateur : Taylor Wong
Scénario : Stephen Shiu, Manfred Wong

Acteurs : Chow Yun-Fat, Andy Lau, Alex Man, Ko Chun-Hsuing, Alan Tam, Pauline Wong, Carina Lau, Peter Yang Kwan, Shing Fui-On, Danny Lee, Fan Mei-Sheng

 Gong woo ching (1987) on IMDb


0 0 votes
Article Rating

Auteur : Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.
S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Feroner
12 juin 2022 15:37

Je viens tout juste de le voir et je me fais la suite ce soir.
Film pas super inspiré soit trop long soit trop court et pas incroyable niveau action. Mais si on est fan de film de triades HK c’est très plaisant grâce à un casting trois étoiles est une histoire qui tient la route et qui à l’époque n’était pas encore du vu et revu. C’est sur qui si on le voit après Tragic héro ca doit être décevant. La première fois que je l’ai vu j’avais trouvé ça vraiment très sympa je savais pas qu’il y avait une suite et c’était la première fois que je voyais un vieux film HK en HD.

Feroner
16 juin 2022 11:21

Revu tragic hero et c’est un peut mieux plus dense et surtout ce final de dingue qui fait la différence.
Mais pour une fois je suis pas d’accord avec Arnaud Lanuque car pour lui c’est le jour et la nuit alors que pour moi c’est dans la continuité juste un peu mieux.