[Film] Les Cicatrices de Dracula, de Roy Ward Baker (1970)

Après que Dracula a été ramené à la vie par une chauve-souris, une jeune villageoise est retrouvée morte. Les hommes du village tentent de détruire Dracula en incendiant son château, mais à leur retour ils découvrent que toutes les femmes, qui s’étaient regroupées dans l’église du village, ont été massacrées par une nuée de chauves-souris commandées par Dracula. En ville, un jeune séducteur nommé Paul Carson a été surpris par le bourgmestre en compagnie de sa fille Alice ; il échappe de justesse à deux policiers lancés à ses trousses en se jetant par une fenêtre sur un fiacre dont les chevaux, épouvantés, le mènent à proximité du château de Dracula. Il y est accueilli par le comte, son serviteur Klove et sa captive Tania.


Avis de Rick :
En sérieuse perte de vitesse, la Hammer enchaîne les projets sur le comte Dracula. Christopher Lee, peu fier des scénarios qu’on lui propose depuis Dracula Prince des Ténèbres en 1966, revient une énième fois par amitié envers les producteurs. Il est d’ailleurs étonnant de remarquer que Christopher Lee jouera trois fois le comte en 1970 : dans les deux films de la Hammer, Une Messe pour Dracula et Les Cicatrices de Dracula, mais également dans Les Nuits de Dracula de Jess Franco. Malheureusement, Les Cicatrices de Dracula est un film assez faible malgré quelques bonnes idées et un spectacle qui se veut généreux, et est surtout très représentatif de l’état de santé de la Hammer en 1970 : ça va mal ! D’ailleurs, Anthony Hinds, le scénariste sur les Dracula depuis Dracula et les Femmes, ne se casse pas franchement la tête, et fait revenir Dracula dès la scène d’ouverture de la manière la plus simple qui soit. Oui, une vieille chauve-souris en plastique déverse du sang sur la tombe du comte, et Christopher Lee revient… C’est tout ? C’est tout ! La preuve que le studio voulait uniquement un nouvel opus, un opus parmi tant d’autres. Malheureusement, cet aspect ressort du métrage quasiment à chaque instant. Et ce n’est pas un nouveau changement de réalisateur qui va venir changer la donne, puisque Roy Ward Baker livre une mise en scène en soit assez académique.

CicatricesdeDracula02

Là où Les Cicatrices de Dracula se montre assez généreux, c’est dans la manière dont la Hammer décide d’incorporer de nouveaux éléments afin d’attirer le spectateur. Jamais un Dracula ne se sera fait aussi érotique et sanglant. Et pourtant, ce n’est pas tant car la nudité est fort présente à l’écran (juste une fille nue de dos), mais la bande respire l’érotisme à chaque instant. Le nouveau personnage principal est un don juan, embrassant chaque femme passant dans son radar, un peu comme Dracula souhaitant boire le sang de chaque femme qu’il croise. De plus, le réalisateur semble aimer les costumes avec de grands décolletés, puisque ce sera un festival. Dès qu’une femme sera à l’écran, la mise en scène appuiera cet effet, faisant abaisser les yeux du spectateur masculin (ou féminin aussi après tout !). Au niveau de la violence par contre, il faut avouer qu’elle se fait beaucoup plus présente qu’auparavant. Dracula n’hésitera pas à tuer une femme violemment, le sang coule pas mal, et le début du métrage nous montre carrément un carnage dans une église. Certains plans n’hésiteront d’ailleurs pas à s’attarder sur des effets sanglants fort réussis. Mais cela ne suffit pas à faire du métrage un film convaincant, malgré quelques passages inspirés directement du roman de Bram Stoker.

CicatricesdeDracula08

Car au final, Les Cicatrices de Dracula, malgré son aspect débridé (la résurrection de Dracula en elle-même, les décolletés, les plans sanglants), se montre assez absurde, mal foutu, n’en faisant qu’une série B parfois amusante, mais décevante en pensant à la fois à son potentiel, et au passé de la Hammer encore quelques années plus tard. Voir Dracula revenir à la vie ou encore se tenir droit devant une chauve-souris en plastique lui « parlant », en la voyant bêtement s’agiter devant lui, ça fait mal ! Très mal. Là n’est pas le seul élément raté du métrage, puisque l’esclave du maître, Klove, le trahira à plusieurs reprises juste à cause d’un portrait. Assez limite comme élément de scénario. Scénario qui ne se fait pas hyper emballant non plus, puisqu’à l’exception de certains éléments beaucoup plus poussés qu’auparavant, il ne livre rien de véritablement neuf, innovant, ou même intéressant. Christopher Lee dans le rôle de Dracula par contre apparaît toujours avec classe, et se montre bien plus sadique qu’avant. En plus de vouloir mordre les femmes, il n’hésite pas à tuer, voir même à torturer son esclave lorsqu’il désobéit. Une orientation plus noire pour le personnage, mais tout le reste du métrage ne suit pas. En résulte une série B qui pourra parfois amuser, mais qui n’est pas bonne pour autant, malgré quelques beaux moments encore une fois. Non, je ne parle pas là du final et de ses effets ratés !

CicatricesdeDracula09

LES PLUSLES MOINS
♥ Un Dracula plus noir
♥ La Hammer met plus d’érotisme et de sang
⊗ La scène d’ouverture ridicule
⊗ Un côté fauché bien voyant
⊗ Une tentative de modernité ratée
La Hammer persiste et réutilise Dracula. Malheureusement, ce n’est qu’un épisode de plus, pas forcément réussi et un brin racoleur.

CicatricesdeDracula20



Cicatrices de DraculaTitre : Les Cicatrices de Dracula – Scars of Dracula
Année : 1970
Durée : 1h36
Origine : Angleterre
Genre : Fantastique
Réalisateur : Roy Ward Baker
Scénario : Anthony Hinds

Acteurs : Christopher Lee, Dennis Waterman, Jenny Hanley, Patrick Troughton, Michael Ripper et Michael Gwynn

 Scars of Dracula (1970) on IMDb


CicatricesdeDracula15CicatricesdeDracula22CicatricesdeDracula23CicatricesdeDracula25 CicatricesdeDracula30CicatricesdeDracula32CicatricesdeDracula34CicatricesdeDracula36CicatricesdeDracula39CicatricesdeDracula41

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Matt
Matt
26 janvier 2019 23:41

Tu connais Les nuits de Dracula ? De Jesus Franco. Avec ta copine Soledad Miranda dedans.
J’ai tendance à penser que les films de ce réalisateur sont un peu nanardesques ou virent dans l’érotique inutile mais bon…je m’interroge^^

Matt
Matt
Reply to  Rick
27 janvier 2019 9:16

Bah ça m’intéresse une chronique dessus tiens.^^
Oui j’avais vu le casting et je m’étais dit “Lee ? Il n’en avait pas marre de jouer Dracula ?” ^^
Mais oui il semble déjà que Dracula ait ses moustaches (comme dans le bouquin en fait, c’est un vampire moustachu^^) et autres détails laissés de côté dans d’autres films.
En ce moment je me suis replongé dans de vieux magazines des années 80 que j’ai dans ma collection de BD. Les revues Fantastik qui publiaient des courtes histoires d’horreur tirées des magazines américains Creepy, Vampirella (pour certains réédités d’ailleurs^^), etc.
Et dedans il y a aussi une adaptation de Dracula en comics dessiné par un certain Fernando Fernandez. Je ne sais pas encore ce que ça vaut mais déjà visuellement c’est la classe : https://goo.gl/images/M5HheV