[Film] Histoires de Fantômes Chinois, de Ching Siu-tung (1987)

Ning est un inspecteur des impôts un peu timide, qui doit se rendre dans des campagnes reculées pour faire son travail. Lors de l’une de ses habituelles tournées, il passe la nuit dans le temple Lan Jou. Il rencontre le taoiste Yen et une femme mystérieuse Hsiao-tsing. Celle-ci est un fantôme séduisant les hommes pour les offrir à son maître l’arbre démon.


Avis de Rick :
Histoires de Fantômes Chinois, qui ne connaît pas de nos jours ? Film culte présenté à l’époque au festival d’Avoriaz (tout comme le second opus quelques années plus tard), et surtout, diffusé au début des années 90 sur Canal +, ce qui permit a beaucoup de découvrir le cinéma Asiatique, et en particulier de Hong Kong, autre que le cinéma de Jackie Chan. Oui, Histoires de Fantômes Chinois, ce fut probablement le premier film en provenance de Hong Kong que j’aurais vu, et il aura forcément eu un impact sur ma passion, et sur mon amour pour le cinéma de l’ancienne colonie Anglaise. Le succès fut tel que le film gagne pas mal de prix en festivals, et que deux suites furent rapidement tournées au début des années 90, suite bien moins intéressantes, même si le second opus a tout mon capital sympathie, mais tient finalement beaucoup plus du cinéma de son producteur, monsieur Tsui Hark. Et en y réfléchissant bien, avec le recul, Histoires de Fantômes Chinois est finalement une porte d’entrée parfaite vers le cinéma de Hong Kong. Déjà pour son mélange de genre, avec des scènes de kung-fu, forcément, mais aussi son mélange de fantastique, parfois d’horreur, et de romance.

Ensuite parce qu’autant devant que derrière la caméra, on trouve une équipe appliquée mais surtout importante. Tsui Hark produit donc (le réalisateur de Zu, Time and Tide et tant d’autres), Ching Siu-tung réalisen débutant quasiment à ce poste (il signera par la suite la trilogie Swordsman, Dr Wai également), mais bien connu comme chorégraphe sur des films variés de la Shawn Brothers, mais également sur L’enfer des Armes, Zu et Peking Opera blues de Tsui Hark, mais également chorégraphe sur Le Syndicat du Crime 2 et The Killer de John Woo, ou plus tardivement sur Hero ou Le Secret des Poignards Volants. À la musique, le duo Romeo Diaz et James Wong, qui signera peu de temps après la sublime partition pour The Killer. Mais devant la caméra, ça se bouscule aussi, avec Leslie Cheung (Le Syndicat du Crime 1 et 2, Nos Années Sauvages, Les Cendres du Temps ou encore Happy Together), la sublime Joey Wong (The Big Heat, Casino Tycoon, Niki Larson, Green Snake encore pour Tsui Hark), Wu Ma (Just Heroes, la saga Mr Vampire, First Mission), et même la présence dans un petit rôle de Wong Jing, l’éternel réalisateur de comédies lourdingues qui parfois amusent (Future Cops, Niki Larson) et parfois pas du tout.

Bref, une porte d’entrée parfaite. Et qu’en est-il plus de 30 ans après ? Et bien voilà, pour avoir redécouvert ce film, enfin en HD, avec un son qui pète bien (7.1 s’il vous plait), je peux dire que le film reste un grand film, et que je l’ai savouré toujours avec ce grand sourire collé au visage. Oui certes, le budget était limité, et certains moments à effets spéciaux montrent à présent, surtout dans une magnifique copie restaurée, leurs limites. Par moment, le film utilise de vieilles techniques de stop motion, et si cela a son charme, et bien il faut l’avouer, ça a pris un coup de vieux certains. Pareil finalement pour certains passages se voulant plus comiques, comme ce passage nocturne chez le juge, joué par Wong Jing, un peu lourd et finalement peu utile à l’intrigue. Mais pour ce qui est du reste, Histoires de Fantômes Chinois n’a absolument pas perdu de sa superbe, loin de là. La magie est toujours là, et opère. Entre la mise en scène dynamique, la photographie abusant du bleu donnant un cachet surréaliste (ou fantomatique ?) à l’ensemble, et ces acteurs charismatiques qui portent clairement le film sur leur épaule. Rah, il est difficile de parler du film tout en cherchant à rester objectif.

Le métrage nous propose donc de suite les aventures ou plutôt mésaventures de Ning (Leslie Cheung), un jeune collecteur d’impôt un peu naïf et maladroit. Si bien que lorsqu’il arrive en ville pour faire son travail, il passe pour un imbécile, et se retrouve sans un sou, forcé à aller se réfugier dans un vieux temple hanté pour y passer la nuit. C’est lors de cette première nuit qu’il fera les rencontres les plus importantes de sa vie, avec un vieux moine plutôt doué en arts martiaux et chassant les fantômes (Wu Ma) et Hsiao-tsing (magnifique Joey Wong), fantôme, mais ça, notre pauvre collecteur d’impôts l’ignore. Et c’est dés l’arrivée dans ce temple que le film mélange les genres. Première rencontre avec le vieux moine sous forme de scène de sabre sortant tout droit d’un Wu Xia Pian, apparitions spectrales classique du cinéma fantastique, moments d’humour plus légers avec les gaffes du personnage, et une romance qui débute très tôt mais fonctionne bien tant il y a une belle alchimie entre les deux acteurs. Hsiao-tsing amène, en plus de la romance lors de sa rencontre avec notre héros, un côté fantastique plus sombre, puisqu’elle est l’esclave d’un démon millénaire, et est donc dans l’impossibilité de se réincarner, ce qui par moment, amène un léger côté dramatique à cette relation qui ne peut déboucher sur rien quoi qu’il arrive. Ah les amours impossibles !

Un côté fataliste est présent en permanence sur le film, et pourtant, les quelques moments romantiques (bien que parfois malgré tout tendus) fonctionnent à merveille, comme lors de cette scène devenue culte où Leslie Cheung se cache dans un bain, et qu’à bout de souffle, Joey Wong l’embrasse. C’est sans doute la scène qui, dans son ensemble, résume le mieux le métrage d’ailleurs, mélangeant fantastique et romance, et de l’humour plutôt léger via la timidité du personnage. Visuellement, si on reconnaît le style typique des productions HK des années 80, c’est soigné à tous les niveaux, avec ces décors tour à tour classiques (la ville, la demeure des fantômes) ou effrayants (les demeures en ruine, la brume constamment présente la nuit), et une mise en scène soignée, dynamique et sans vrai faux pas. On reconnaît bien évidemment le style de Hong Kong dans sa volonté d’être généreux, avec son mélange de genre, mais aussi son déferlement d’effets spéciaux en tout genre, avec des zombies momifiées, des monstres géants, quelques décapitations lors de combats secs et rapides. Parfois d’ailleurs un peu trop, mais le réalisateur semble malgré tout avoir réussi à poser un minimum sa patte sur le film, tandis que le second volet aura beaucoup plus la patte de Tsui Hark dans son côté foutraque partant dans absolument tous les sens, et multipliant facile par deux ou trois les situations et donc effets spéciaux. Ici, ça reste la plupart du temps sobre, car le métrage n’oublie pas qu’il doit avant tout nous raconter cet amour impossible, et cette poésie qui s’en dégage, elle fonctionne encore aujourd’hui. Culte, c’est tout.

LES PLUSLES MOINS
♥ Des personnages attachants
♥ De très belles musiques
♥ Le mélange de genre
♥ Des moments romantiques très poétiques
⊗ Quelques effets un peu vieillots
note2
Culte pour beaucoup, Histoires de Fantômes Chinois n’a quasiment pas prit une ride, et reste encore aujourd’hui un très grand film, entre romance, fantastique action. Joliment réalisé, avec de très bons acteurs et une musique magnifique.



Titre : Histoires de Fantômes Chinois – A Chinese Ghost Story – 倩女幽魂 – Ch’ien-nu Yu-Hun

Année : 1987
Durée :
1h38
Origine :
Hong Kong
Genre :
Fantastique / Romance
Réalisation : 
Ching Siu-tung
Scénario : 
Yun Kai-chi
Avec :
Leslie Cheung, Joey Wong, Wu Ma, Lam Wai, Lau Siu-ming, Wong Jing et David Wu

 Histoires de fantômes chinois (1987) on IMDb


Galerie d’images :

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
12 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Feroner
Éditeur
16 juillet 2020 18:52

Un grand classique, génial.
C’est marrant car c’est celui que j’ai le moins vu car pendant des années il n’y avais que le 2 et le 3 dispo en dvd en France et du coup pour moi cette saga est super speed.
Je vais aussi me le refaire car j’ai aussi chopé les version HD des deux premier.
Mon premier film HK (hors Jackie et Bruce Lee et encore j’en avais pas vu beaucoup) ca a été The Blade et aussi sur Canal

Feroner
Éditeur
Reply to  Rick
18 juillet 2020 20:20

Ha oui elle était toute pété la première édition déjà il manquais le premier l’image était dégueu et le trois avait été charcuté ca commençais directement par une scène d’action, qui n’avait aucun sens du coup. Mais qui prend ce genre de décision débile et pourquoi ?
J’ai pas acheté a l’époque le coffret HK vidéo qui est super beau et totallement hors de prix maintenant même le premier seul vaut une fortune. Certain film HK vallent un prix délirant comme le combo sens du devoir 5 et 6 vaut dans les 200 euros actuellement

Nomad Soul
18 juillet 2020 17:12

Les Histoires de Fantômes… font partis des grands classiques HK que j’ai jamais vu (ni The Blade d’ailleurs, j’avais acheté le DVD à l’époque, j’ai jamais osé le voir, presque de peur d’être déçu, faut que j’en parle à mon psy…). La critique donne envie en tout cas !

Feroner
Éditeur
Reply to  Nomad Soul
18 juillet 2020 20:31

J’aimerais bien ne jamais avoir vu the blade et les histoire de fantome chinois. Moi c’est les Erotic Ghost Story que j’ose pas regarder. Découvrir histoire de fantome Chinois en 2020 ca risque d’etre beaucoup moins fort visuellement qu’a l’époque mais ca peut être très sympa a voir, the blade par contre est unique et intemporel ca n’a rien perdu ca reste un putain de chef d’œuvre

Cherycok
Administrateur
Reply to  Rick
21 juillet 2020 11:53

Jamais osé non plus. J’aime beaucoup Nam Nai Choi, mais j’ai du mal avec les films érotiques. Du coup, ils sont passés à la trappe…

Cherycok
Administrateur
Reply to  Nomad Soul
20 juillet 2020 11:32

Oh mon dieu comme je t’envie. Je les ai découvert y’a tellement de temps. Y’a quasi plus aucun film asiat qui me fait cet effet “découverte / claque dans la gueule” maintenant…

Nomad Soul
Reply to  Cherycok
21 juillet 2020 9:09

Oui, il faut que je comble ces lacunes, j’ai encore beaucoup de classiques à découvrir 🙂