[Avis] Mutant Girls Squad, de Iguchi Noboru…

Titre : Mutant Girls Squad / 戦闘少女 血の鉄仮面伝説
Année : 2010
Durée : 1h30
Origine : Japon
Genre : Portnawak gore
Réalisateur : Iguchi Noboru, Nishimura Yoshihiro, Sakaguchi Tak

Acteurs : Yûko Takayama, Yumi Sugimoto, Suzuka Morita, Tak Sakaguchi, Maki Mizui, Cay Izumi, Kanji Tsuda, Naoto Takenaka, Kentarô Shimazu, Demo Tanaka, Chiharu Kawai

Synopsis : À l’âge de seize ans, Rin commence à ressentir une violente douleur au bras droit. Lorsque s’en extrait une arme redoutable, la jeune fille se rend compte qu’elle n’est pas réellement humaine. Rin est alors poursuivie par les forces spéciales qui assassinent ses parents sous ses yeux. Avide de vengeance, la mutante utilise ses nouveaux pouvoirs pour exterminer un à un les agents du gouvernement…

Avis de Cherycok :
On le sait depuis longtemps, les japonais sont très fort pour nous pondre des gros n’importe quoi ultra gore fait avec 2 yens et demi et qui vont attirer l’attention des fans de grosses gerbes de sang et de membres découpés. Alors quand 3 personnalités connues de ce milieu vont se réunir et nous pondre ensemble un film, on ne pouvait sur Hk Mania qu’y jeter un œil pour voir ce que ça pouvait donner.

Mutant Girls Squad est en fait découpé en 3 parties, chacune mise en boîte par un réalisateur différent. Y sont donc crédités Iguchi Noboru qui nous a pondu The Machine Girl, Nishimura Yoshihiro à qui on doit le très rigolo Vampire Girl vs Frankenstein Girl, et enfin Sakaguchi Tak que vous avez sans doute aperçu dans le Versus de Kitamura et qui est un chorégraphe de scènes d’action plutôt doué. Une belle brochette qui sur le papier en disait long sur ce que pouvait donner Mutant Girls Squad. Même si dans l’ensemble on atteint un degré de portnawesque assumé assez grand, le film nous laisse bizarrement un poil sur notre faim. La construction du film est pourtant plutôt bien avec ces 3 parties qui se marient relativement facilement malgré les différents réalisateurs…

Ce qui est sur, c’est que niveau idées à la con, on est servi. Les mutants sont franchement réussis et tous plus ridicules les uns que les autres, chacun ayant un pouvoir ou une capacité Out of this world sorti d’un esprit forcément très dérangé… rien que la mutante avec une tronçonneuse attachée à son rectum vaut son pesant de cacahuètes, mais si c’était que ça… Une autre a des katanas qui sortent de ses seins siliconés, une autre qui peut faire apparaître une armure sur sa peau entièrement faite de moules, une autre qui se taille la peau avec une lame de rasoir pour y faire sortir des boules de feu et qui va finir en une sorte de Astro Boy (si si, vous verrez), et j’en passe… Sans parler de l’héroïne munie d’une main à la Freddy Kruger et de ses policiers qui ont des casques spéciaux avec une mitrailleuse au niveau du nez (!?!). C’est du grand n’importe quoi complètement assumé et surtout ultra gore.
Ca gicle, ça gicle, ça charcute, ça explose, le tout dans la joie et la bonne humeur avec des actrices qui ont l’air de s’amuser comme des petites folles à se mettre. Certains effets nous rappellent des classiques explosions de têtes de certains films cultes des années 80/90 tels que Bad Taste de Peter Jackson. Certains vont sont assez dégueux et les amateurs de gores seront aux anges. Bien entendu, tout ça est tellement gros que c’est à prendre au deuxième ou troisième degré, l’humour est d’ailleurs omniprésent dans le film.

Le problème du film vient plus de ce qu’il y a entre ces scènes d’action gores, les moments plus calme où les interactions avec les personnages tombent souvent à plat et sont plus ridicules qu’autre chose. Les dialogues sont aussi en cause, on sent bien les réalisateurs plus doués pour faire jaillir l’hémoglobine que pour pondre des lignes de texte crédibles, ni même un scénario d’ailleurs. A peine pompé sur celui de X-Men, il n’est là que pour amener les combats et c’est tout, on se contrefiche très rapidement que la pauvre héroïne en début de film se fasse maltraiter par ses petits camarades de classe…
La scène de fin est elle aussi un peu ratée, où plutôt son mutant boss de fin, sorte d’assemblage bizarroïde de plusieurs pièces d’autres mutants, qui a beau posséder des seins géants qui arrosent partout de lait corrosif et posséder deux immenses sortes de hachoirs en guise de main, est au final bien moins fun qu’il n’y parait.

Mutant Girls Squad est au final un joyeux bordel qui se laisse très facilement regarder pour tous les amateurs du genre. Les quelques défauts sont au final vite effacés devant tant de générosité dans la connerie et le gore. Même s’il ne fait pas parti en ce qui me concerne du Top 3 du genre, il saura trouver son public et deviendra à coup sur un film culte pour certains.

Note : 7/10

Et en bonus, la bande annonce du film :

Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

1 Comment

Add a Comment
  1. Je m’attendais à tout et n’importe quoi pour celui là (je n’avais pas encore vu Samurai Zombie de Sakaguchi, et je n’aime pas spécialement Iguchi), et finalement, quand je l’ai vu, j’ai passé un moment super fun du début à la fin, malgré une grosse baisse de régime en milieu de parcours (oui, Iguchi…). Con, bête, très gore, 3 jolies idoles, ça m’a suffit. A noter que sur le dvd Japonais il y a un petit court métrage se déroulant avant et nous montrant le passé de Yoshie (Morita Suzuka) réalisé par Iguchi. Fauché, con bête et méchant, ça dure 13 minutes, ça passe très vite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *