[Avis] Fire of Conscience, de Dante Lam

Titre : Fire of conscience / Fire Dragon / Fo Lung / 火龙
Année : 2010
Durée : 1h41
Origine : Hong-Kong
Genre : Policier / Action
Réalisateur : Dante Lam

Acteurs : Leon Lai, Richie Ren, Liu Kai Chi, Wang Bao Qiang, Michelle Yip, Pinky Cheung, Vivian Hsu, Wilfred Lau, Tang Yan, Chen Kuan Tai

Synopsis : L’investigation sur l’homicide d’une prostituée va amener le détective Manfred (Leon Lai) à collaborer avec l’inspecteur Kee (Richie Chen) du Bureau des Narcotiques. Lorsque des échantillons d’ADN d’un des hommes de Manfred sont retrouvés sur la scène du crime, l’impliquant donc comme principal suspect, Manfred va devoir regarder au-delà des évidences pour essayer de découvrir la vérité. Mais entre une taupe dans la Police, une sombre affaire de trafic de drogue, et ses propres problèmes personnels, cela ne s’avèrera pas de tout repos…

Avis de Cherycok :
Comme l’avait souligné Jang Gerald dans sa critique de The Sniper, Fire of Conscience de Dante Lam (Beast Stalkers, Hit Team) s’annonçait vraiment très bon si on se fiait aux deux bandes annonces et au casting / staff technique. Qu’en est-il réellement ? Malgré quelques défauts évidents, le film sent bon la série B policière comme Hong-Kong savait si bien les faire.

En ce qui concerne le scénario, vraiment rien d’original. On nous ressort une fois de plus les habituels gentils policiers, les mauvais policiers qui sont de mèche avec les vilains trafiquants de drogue, le flic torturé par un décès dans son passé,… tout ce qu’on a déjà vu et revu plusieurs fois dans de nombreux films. Alors ne vous méprenez pas, c’est certes classique mais le film possède son lot de surprises.
Dante Lam n’est pas le meilleur quand il faut raconter des histoires originales mais c’est tout de même un très bon tâcheron qui sait ce qu’il fait. Il a d’ailleurs su s’entourer d’excellentes personnalités à commencer par Chin Kar Lok aux chorégraphies. Ce dernier n’a plus rien à prouver tant il a déjà démontré par le passé ses nombreux talents, aussi bien en tant que chorégraphe que en tant qu’artiste martial.

Et c’est bien sur les scènes d’action que le film marque des points. Bien que peu nombreuses au final, ces scènes sont une réussite totale, à la fois très speed, excessivement bien mises en scène à l’instar de ce gunfight dans le restaurant. On sent la montée en puissance, les regards des différents protagonistes, jusqu’à l’explosion finale, le gunfight en lui-même, très intense. Mais il y en a d’autres, comme l’attaque dans l’appartement, qui s’enchaine avec la course poursuite sur les échafaudages et le combat dans le restaurant. Certaines scènes sont d’ailleurs relativement violentes et Dante Lam n’hésite pas à y glisser quelques effets gores du plus bel effet comme cette explosion de crane avec bouts de cervelle en bonus (miam !). D’autres sont violentes mais plus dans l’action, comme la « prise en otage » du camion transporteur de fond qui nous tient en haleine du début à la fin.

Entre ces scènes d’action, des moments plus calmes, essentiellement fait de passages classiques comme des interrogatoires « musclés » de la Police (c’est peu de le dire) ou encore des moments plus intimistes qui sont malheureusement parfois un peu plombés par des acteurs un peu trop monolithiques. Leon Lai (Les Anges Déchus, Heroic Duo) a beau s’être amélioré dans son jeu, ce n’est pas toujours ça et même Richie Ren (Breaking News, The Sniper) s’y met de temps à autres à la mode zéro expression. Les rôles féminins ne sont guère plus réussis avec des personnages qui sont complètement passés à la trappe alors qu’un développement plus poussé (celui de la très belle Vivian Hsu par exemple) aurait pu donner plus de profondeur à certaines scènes.
Pour les seconds rôles, c’est déjà mieux. Le personnage incarné par Wang Bao Qiang (Blind Shaft, World Without Thieves) est très attachant et bien plus touchant que certains rôles principaux. Il en est de même pour Liu Kai Chi (SPL, Beast Stalkers), un habitué des productions de Dante Lam, à qui on s’attache très facilement.

Au final, Fire of Conscience nous rappelle sur bien des points ces séries B policières de la fin des années 80 / début 90 à Hong-Kong, avec les mêmes défauts et les mêmes qualités qu’on pouvait déjà leur faire. On y retrouve quelque chose de vraiment attachant qui ne peut pas rendre le film détestable.
Même si on a connu Dante Lam plus en forme, ce Fire of Conscience ravira les amateurs de polars, car mine de rien, avec en plus sa jolie BO et sa belle photographie (appuyée parfois par trop de filtres), on est en présence d’un bon divertissement avec un final plus profond qu’il n’y parait.

Note à part : je me suis rendu que j’avais vraiment apprécié le film en écrivant cette petite chronique. J’étais resté sur une impression en demi-teinte une fois le visionnage fini.

Note : 7/10

Et en bonus, voici le trailer du film :

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
13 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Martin
Martin
30 juin 2010 0:07

J’ai pas pu supporter le regard de cocker de leon! .. je dois faire un blocage sur cet acteur 🙁

Cherycok
Cherycok
30 juin 2010 8:50

Ben moi en fait je l’aime bien. Comme je le dis, c’est pas le roi des expressions au niveau du visage mais je sais pas pourquoi, j’aime bien. En plus, avec son look Regis Laspales, m’a fait triper.

Sinon le Bluray, aucune idée de la qualité ni du fourreau Martin 😉

Oli
30 juin 2010 14:31

A propos de Leon, Cherycok, tu te fourreau le doigt dans l’oeil, clairement

Martin
Martin
30 juin 2010 14:50

mmm .. j’ai pas capté le jeu de mot d’oli là 🙁

Cherycok
Cherycok
30 juin 2010 16:00

Tu te fourre quie st devenu fourreau parce que j’ai parlé de fourreau dans mon message qui t’étais destiné ^^

Martin
Martin
30 juin 2010 16:32

ah mince, c’était tellement évident en plus 🙂

Martin
Martin
4 juillet 2010 23:00

ça manque un peu d’indien ici … Mithun vs Amitahb .. duel au sommet!

Laurent de Fanta
5 juillet 2010 10:20

Les deux plus grands danseurs hindis au sommet.

Cherycok
Cherycok
5 juillet 2010 10:46

Respect, je sais pas comment vous faites ^^

Martin
Martin
5 juillet 2010 17:27

Mon Cherycok, tu vois bien que mon commentaire plait 🙂 (et attend que Lolo voit ça, il va tomber en transe!)

Rocka
Rocka
18 mai 2011 11:53

Un bon polar qui renoue avec un certain style des 90’s cher à mon coeur, dommage que le scénario soit si confus, on se perd facilement notamment au début, alors que l’intrigue est du réchauffé, mais les scènes d’action relève bien le niveau, un bon petit fiilm.

Drabaye
15 avril 2012 19:14

Des scènes d’actions et gunfight qui rush bien. Mail alors la direction d’acteur est vraiment médiocre, on ne ressent rien et pourtant ça chiale de partout.

Ca reste tout de même un bon divertissement