[Film] L’Étrange Couleur des Larmes de ton Corps, de Hélène Cattet et Bruno Forzani (2013)

Revenant d’un voyage d’affaires, un homme retrouve son appartement vide. Sa femme a disparu. Commence alors pour lui une quête, parasitée par divers personnages soupçonneux et suspects (un policier, son propriétaire) qui, d’investigation policière, va muter en une plongée introspective, où souvenirs et traumas enfantins vont progressivement émerger.


Avis de Rick :
Hélène Cattet et Bruno Forzani, je n’ai pas vu leur premier métrage, Amer, réalisé en 2009, déjà hommage aux giallos. Par contre, j’avais pu voir leur court métrage O is for Orgasm réalisé en 2012 pour l’anthologie The ABCs of Death. Un court qui m’avait beaucoup plus, visuellement splendide. J’attendais donc beaucoup de la vision de leur second long métrage, L’Étrange Couleur des Larmes de ton Corps. Malheureusement, l’expérience fut autant réussie à certains niveaux que ratée et laborieuse à d’autres. Bilan extrêmement mitigé donc. Et pourtant, je voulais y croire. Non, j’y croyais même, avec cette ouverture splendide. Forcément, un film au visuel fort, avec des plans rappelant la belle époque du giallo, en passant par Argento, Fulci, Martino et tant d’autres, le tout avec tout simplement la musique de ses films là. Oui, regarder L’étrange Couleur, c’est se replonger dans cette lointaine époque du cinéma Italien, où ils étaient maîtres dans le thriller violent. Un homme d’affaire rentre chez lui, mais son appartement est vide, sa femme a disparue. La vieille dame habitant à l’étage lui raconte la disparition de son mari, puis un flic vient pour l’aider, lui racontant une autre de ses enquêtes. Et là, je comprend que le métrage ne sait pas trop sur quel pieds danser.

Car soyons clair, en tant qu’œuvre visuelle, L’étrange Couleur est un sans faute. Les plans, les couleurs, le montage, la musique (même si provenant intégralement d’autres films) sont sublimes. Le montage est ingénieux et original, le design sonore est volontairement agressif. Nous sommes clairement devant une œuvre à part. Certains moments fonctionnent même du tonnerre, même si on comprend rapidement où tout cela veut nous amener : pas forcément quelque part. En privilégiant le visuel, Hélène Cattet et Bruno Forzani livrent une œuvre aussi forte qu’incroyablement vide et donc par moment énervante, comme si l’univers d’Argento côtoyait celui de David Lynch, mais pas pour les bonnes raisons. Le montage se fait complexe et expérimental, l’intrigue se fait floue, mais non pas pour nous faire réfléchir, mais comme pour camoufler qu’il n’y a en fait rien de véritablement intéressant à décrypter. Certes, si l’on plonge corps et âme dans l’œuvre, le visuel nous happe de toute manière, ne nous laissant pas le temps d’essayer de décrypter cet univers, mais on reste du coup à la porte de cet univers sublime, mais vide et surtout hermétique.

Car L’étrange Couleur est surtout maladroit dans ce qu’il veut nous raconter (s’il nous raconte bien quelque chose au final) et surtout bien trop long. Car oui, je reviens à Argento, mais l’hommage au giallo ne se remarque pas seulement via l’utilisation de couleurs ou de codes du genre avec ce tueur ganté, ces couteaux, mais également dans la géométrie des décors, dans les symboles présents à l’image (j’aurais beaucoup pensé à Suspiria par moment). C’est beau, c’est psychédélique, mais à vouloir trop en faire et en privilégiant la radicalité, l’intrigue elle se fait vide, se perds, n’envoute pas, et peut énerver, d’où les longueurs. Les histoires racontées par le flic et la voisine au début de l’œuvre par exemple ne passionne pas et ne sont pas là pour servir un propos, voir un thème, mais ne font qu’allonger le métrage. Il manque clairement quelque chose au métrage pour que l’on soit happé en permanence, pour que l’on retienne autre chose que cet exercice de style prenant la forme d’un cauchemar éveillé. Car oui, si le film emprunte bien quelque chose au monde du cauchemar, c’est son aspect brouillé mais qui se brouille pour camoufler son vide. Du coup, l’œuvre reste aussi sublime que vide, aussi forte par moment que longuette à d’autres, aussi intéressante dans sa construction purement visuelle que peu passionnante si l’on veut l’analyser. Une chose est sûre, ceux qui veulent un simple polar, voir un simple giallo, resteront aux portes de cet univers hermétique.

LES PLUSLES MOINS
♥ Visuellement impressionnant
♥ Le montage, le son
♥ Les musiques de la grande époque
♥ Des moments sublimes
⊗ Trop long
⊗ Un film incroyablement vide
⊗ Sans doute un brin prétentieux
note8
Si l’on ne pourra rien critiquer au niveau de sa technique, puisque le montage, le son, la musique, le cadrage et la photographie sont tout simplement parfaites, il est dommage que le métrage ne se serve de cette technique que pour camoufler qu’il ne raconte rien.



Titre : L’Étrange Couleur des Larmes de ton Corps

Année : 2013
Durée :
1h42
Origine :
France / Belgique / Luxembourg
Genre :
Giallo
Réalisation : 
Hélène Cattet et Bruno Forzani
Scénario : 
Hélène Cattet et Bruno Forzani
Avec :
Klaus Tange, Ursula Bedena, Joe Koener, Birgit Yew, Hans de Munter et Anna D’Annunzio

 The Strange Color of Your Body's Tears (2013) on IMDb


Galerie d’images :

A propos de Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

4 Comments

Add a Comment
  1. Tiens bah je me demandais ce que tu pourrais penser de ce film, toi qui aime l’aspect visuel des films de Refn, Lynch, Argento, etc.
    Et si même toi tu trouves ça trop vide et prétentieux, c’est que ça ne doit vraiment pas être pour moi^^
    Dommage il semble y avoir de jolis plans. Et l’affiche est jolie aussi (mais bon ça n’a rien à voir avec le film au final une affiche^^)

  2. Techniquement le film est sublime, les images, le son, le montage, c’est du très bon boulot de technicien, mais au-delà de ça, je trouve qu’il n’y a rien, les images sont belles mais ne renvoient rien, là où le cinéma d’Argento, Lynch ou Refn me parle (après on aime ou pas, mais je ne trouve pas leurs images vides). Pas mal d’ennui au final durant cette vision.

  3. Tiens tu connais le « giallo français » Blackaria ?
    Je ne l’ai pas vu mais ça semble bien s’inspirer de Bava, Argento…
    La chronique Devildead est intrigante :

    https://devildead.com/indexfilm.php3?FilmID=2183&NamePage=blackaria

  4. Et bien je n’en avais même pas entendu parler, alors que je traîne souvent (enfin, traînais souvent) sur Devildead. Ça a l’air intéressant en tout cas, et bien plus intéressant que le film de Cattet et Forzani. Il va falloir que je me trouve le dvd ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dark Side Reviews © 2017