[JdS] Pandemic Legacy Saison 1 – Réussite virale ?

Une pandémie mondiale s’abat sur la planète. Quatre maladies rasent les villes du monde. Vous et votre équipe êtes la première ligne de défense. Mais l’une des maladies montre des signes de résistance aux remèdes connus. Saurez-vous sauver l’Humanité ?


Auteur : Matt Leacock, Rob Daviau
Editeur : Filosofia
Prix : 49€
Année : 2015
Durée : 45 à 60min
Nb de joueurs : 1 à 4
Âge : A partir de 12 ans
Genre : Coopération, Legacy


Matériel :
Règles :
Durée de vie :
Interactivité :
Mécanismes :
Thème :






Note globale :

Boîte et matériel :

Disponible à votre convenance en boite rouge ou bleue (pour un contenu identique), le jeu nous est présenté dans une boite plutôt gros format, par rapport au jeu Pandémie classique, et de très grande qualité. Le carton est épais et les illustrations de Chris Quilliams sont du plus bel effet, façon dessin de bande dessinée.
Lorsqu’on ouvre la boite et qu’on découvre l’intérieur, nos yeux se remplissent d’étoiles devant tout ce contenu. Outre le matériel classique qu’on trouve dans Pandémie, à savoir des cubes en plastique de couleurs pour représenter les maladies, un grand plateau de jeu représentant une map monde, et des cartes reprenant les différentes villes qui y sont présentes, on est vite interrogatifs et surtout très curieux sur les « box » en cartons, numérotées de 1 à 8, et les planches de cartons avec des « portes » détachables comprenant numéros et lettres, avec écrit « Top Secret » dessus. Ces compartiments sont, bien entendu, à n’ouvrir sous aucun prétexte avant que le jeu ne vous amène à le faire. Autre nouveauté, le fameux paquet Legacy, lui aussi à ne pas découvrir à l’avance et à laisser tranquillement dans son emplacement le temps que vous vous lanciez dans votre première partie. Le livret des règles a lui aussi également un peu changé par rapport au Pandémie classique puisqu’il apporte quelques légères modifications inhérentes au jeu Legacy. Certains paragraphes des règles comportent des cases vides, qui seront remplies plus tard grâce au système de jeu. Autre nouveauté, et non des moindres puisque vous y ferez moult fois appel, une planche de stickers qui vous servira à faire évoluer vos personnages et votre plateau de jeu. Mais ça, nous y reviendrons dans le paragraphe suivant. L’ensemble est de grande qualité et le beau travail effectué est à souligner.


Mécanismes et thème :

Comme son nom l’indique, Pandemic Legacy est donc un jeu Legacy, c’est-à-dire un jeu qui va évoluer au fur et à mesure que vous enchainez les parties, sous forme d’une campagne représentée par le paquet de cartes Legacy. Afin de ne pas en dévoiler trop et garder la surprise aux futurs joueurs qui se lanceront dans cette aventure, je vais essayer de ne pas spoiler et je resterai volontairement vague sur certains points. Car, comme nous le verrons dans le paragraphe “Verdict et Rejouabilité”, Pandemic Legacy est une aventure ludique hors du commun.
Les mécanismes de base sont les mêmes que ceux du jeu Pandémie classique. Les joueurs vont incarner un personnage, chacun avec des capacités spéciales uniques. Ils auront 4 actions à faire durant leur tour (se déplacer, traiter une maladie, échanger des connaissances, …) et devront coopérer afin d’éradiquer les maladies qui se propagent à travers le monde. A la fin de leur tour, ils tireront deux cartes pour renflouer leur main, et un certain nombre de cartes “Propagation” afin de faire jouer le plateau de jeu. Jusque-là, rien de nouveau, si ce n’est quelques légères différences au niveau du plateau en lui-même, certaines villes étant reliées différemment dans cette version Legacy.
La grosse différence va donc être l’évolution du jeu au fil des parties. Les joueurs commencent au mois de Janvier et vont passer un an entier à essayer de contrôler la propagation des maladies. Le premier mois ressemble au Pandémie classique mais très rapidement, le paquet de cartes Legacy va venir pimenter le tout. De nouveaux personnages vont arriver, certaines maladies vont muter, les personnages évoluer, le plateau se modifier… Les joueurs seront amenés à sacrifier des cartes, en les déchirant, à « abimer » le plateau de jeu en lui collant des stickers, à faire évoluer les personnages, en leur donnant des améliorations ou, au contraire, des malus, … Il faudra réfléchir, se concerter, car certaines décisions seront irréversibles. Le paquet Legacy vous demandera régulièrement d’ouvrir telle ou telle porte de la boite jusque-là classée « Top secret », ce qui aura très souvent pour conséquence d’amener de nouveaux points de règles, de nouvelles mécaniques de jeu, un nouvel intérêt à chacune de vos nouvelles parties.
Chaque mois est jouable jusqu’à deux fois, mais au bout de deux défaites le même mois, vous êtes obligés de passer au mois suivant. Au début de chaque mois, vous aurez le droit de dépenser des points afin d’améliorer certaines choses du jeu et vous permettre d’affronter le mois suivant avec un peu plus de sérénité. La durée de vie du jeu est donc entre 12 et 24 parties en fonction de vos réussites / échecs, c’est un point qui fait débat au sein de la communauté des joueurs mais qui permet d’apporter quelque chose de frais et de vraiment très intéressant.


Verdict et rejouabilité :

Pandemic Legacy a beau reprendre toute la base du désormais classique Pandémie, il n’en demeure pas moins un jeu complètement différent justement grâce à toute la partie Legacy. On se rend vite compte que l’arrivée du moindre nouveau point de règle amène une dimension différente à la partie suivante. Les joueurs devront se creuser la tête, réfléchir à la meilleure configuration de personnages, aux meilleures améliorations à choisir en début de partie, afin de remplir les nouvelles missions qui leur sont confiées. Le plateau est trituré, on a écrit dessus, on y a collé des dizaines et des dizaines de stickers, le tas de cartes déchirées augmente, et tous ces éléments qui font s’indigner bon nombre de joueurs donnent pourtant un côté extrêmement immersif au jeu. On vit avec le jeu, on s’implique à fond dedans, on craint pour les personnages, et on ne cesse de se demander quelles surprises les auteurs nous ont concoctées pour les mois à venir. Car on sait pertinemment que le jeu va nous en mettre encore plein la tête. Et on en redemande car la mécanique du paquet Legacy est tellement bien pensée, avec cet effet Kinder Surprise lors de l’ouverture des box ou des portes sur les planches cartonnées, que chaque partie est différente alors qu’on joue au même jeu.
Pandemic Legacy nous raconte une histoire. Une histoire dont nous sommes les acteurs. C’est nous qui auront fait que le plateau évolue comme ci et pas comme ça. Chaque groupe de joueurs aura un plateau différent car chaque groupe de joueurs va le jouer différemment, en fonction du ressenti du moment et de la gestion des urgences du moment (en fonction du tirage de cartes).
Beaucoup reprochent au jeu sa durée de vie limitée, et le fait que le jeu doit être du début à la fin joué avec le même groupe de joueurs. Et effectivement, sur le papier, il n’est possible de faire qu’entre 12 et 24 parties de Pandemic Legacy avant que la campagne soit terminée. Mais, premièrement, rien n’empêche de jouer à Pandémie classique, certes avec un plateau modifié, sans tenir compte des nombreux stickers qu’arborent désormais fièrement plateau et cartes joueurs car, même s’il commence à dater, il n’en demeure pas moins un jeu efficace pour qui aime la coopération. Et deuxièmement, Pandemic Legacy propose une aventure et une expérience tellement géniales que, lorsque la fin de l’histoire retentit, on termine avec ce sentiment de satisfaction, de travail accompli. Ce sentiment d’avoir passé un moment ludique absolument unique avec pour seule envie immédiate de jouer la suite. Et ça tombe bien, parce que la Saison 2 est sortie, et les concepteurs se seraient bien creusés la tête pour nous proposer à nouveau une expérience inoubliable. J’ai hâte !


Les Plus :

  • Toutes les mécaniques Legacy
  • On se sent réellement impliqué
  • Une expérience unique
Les Moins :

  • La saison 2 est plus onéreuse
Pandemic Legacy – Saison 1 est un grand jeu. Un très grand jeu même. Un jeu apportant une expérience nouvelle. Un jeu vous faisant vivre une grande aventure. Il ne faut pas être rebuté par le côté « usage unique » de la bête et se laisser tenter. Car l’essayer, c’est l’adopter. Et l’adopter, c’est des heures de plaisir ludique en perspective !
Note :

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments