Possessor de Brandon Cronenberg (2020)

Tous les films qui concernent le continent nord-américain
Répondre
Avatar du membre
Somewhat
Messages : 109
Enregistré le : ven. 28 mai 2021 15:22
Contact :

Possessor de Brandon Cronenberg (2020)

Message par Somewhat » mar. 12 oct. 2021 15:56

Image


On dit communément que le fruit ne tombe jamais loin de l'arbre pour décrire un lien de filiation apparent. Dans le cas Cronenberg - David et Brandon -, il pourrait carrément s'agir de "body swap" tant l'on retrouve des similitudes à plusieurs décennies d'intervalle : le corps, la science, avec du gore et du sexe... tout est checké dans Possessor, qui n'a pas à pâlir en comparaison de la filmographie du Dr. Decker.

Une agence clandestine y offre ses services de tueurs à gage à quelques fortunés (et l'on peut imaginer qu'ils en profitent au passage pour développer leur emprise sur tout ce beau monde), mais le mode opératoire sort de l'ordinaire, en prenant possession d'un proche au sens "propre". Pas d'explications scientifiques tarabiscotées, nous découvrons au fur et à mesure le système en place ; pour simplifier : on se branche, on transfère et hop, on prend le contrôle. La techno n'est de toute façon ici qu'un prétexte pour parler de corps et d'esprit(s).

Comme sous l'action d'une manipulation mentale, des personnes d'ordinaire tranquilles, en apparence bien sous tous rapports, sortent ainsi de leur réserve et agissent subitement comme sur un coup de folie. Mais on se rend vite compte que la schizophérine est double, pour le corps qui devient une marionnette et agit de façon inhabituelle pour son entourage, mais aussi pour l'esprit qui change de corps et pense de cette manière pouvoir agir impunément.

Tout cela pourrait en effet se limiter à une mission exécutée froidement comme un hacker exécutant sa sale besogne pour l'appât du gain, sans se soucier des conséquences. Mais une fois la première mission accomplie à laquelle nous assistons, il y a comme un bug au moment du retour par suppression de l'hôte, comme si la personne possédée luttait pour empêcher ce geste fatal. Ou bien est-ce l'esprit possédant qui se refuse à quitter ce corps pour rejoindre le sien ?

Plus troublant encore, au lieu d'utiliser l'arme à feu qui lui est assignée, Tasya Vos (Andrea Riseborough) préfère improviser et choisir un objet contondant qui lui tombe sous la main. Il ne lui suffit plus de nier les corps, il faut que ça saigne et même que ça gicle. Ainsi, elle ne se contente pas non plus de découvrir son pénis : elle s'en sert. Libérée de son corps, elle jouit dans tous les sens du terme de cette désincarnation. Tout est possible à travers ce changement d'identité... ou du moins le pense-t-elle.

A force de jouer à faire semblant pour atteindre son but, les sentiments et l'empathie ont disparu. La séquence de resynchronisation avec le sujet possédé est effrayante, rires et pleurs se succédant de façon forcée. Même avant de rejoindre son mari et son fils, la tueuse est obligée de répéter comme pour un rôle de plus. Elle n'est plus tout à fait elle-même, possédée à son tour par son expérience qui l'a changée définitivement. C'est qu'il reste toujours quelqu'un derrière le miroir, et il s'agit d'une personne différente.

Des mises en abyme, le film en contient plusieurs. Celle qui manipule est elle-même une marionnette dans les mains de Girder (Jennifer Jason Leigh), et qui se rebelle à sa façon. Il y a aussi ces plans gore sur lesquels le réalisateur insiste tout particulièrement, avec force détails qu'aurait sans doute appréciés Fulci. Nous pouvons toujours détourner le regard, mais quelque part il est déjà trop tard : le mal s'est immiscé en nous.


Modifié en dernier par Somewhat le jeu. 14 oct. 2021 16:36, modifié 2 fois.

Avatar du membre
rick
Administrateur du site
Messages : 745
Enregistré le : jeu. 13 janv. 2011 20:36
Localisation : Paris
Contact :

Re: Possessor de Brandon Cronenberg (2020)

Message par rick » mer. 13 oct. 2021 01:14

J'avais adoré lors de la découverte, même si j'avais trouvé des mini longueurs, mais je dois le revoir bientôt, car même si comme dit dés le début, on remarque tout de suite que le style de Brandon est proche de son père à ses débuts (sauf stylistiquement peut-être), ben j'aime finalement beaucoup ce qu'il fait.
Image

Avatar du membre
Somewhat
Messages : 109
Enregistré le : ven. 28 mai 2021 15:22
Contact :

Re: Possessor de Brandon Cronenberg (2020)

Message par Somewhat » jeu. 14 oct. 2021 16:37

rick a écrit :
mer. 13 oct. 2021 01:14
j'aime finalement beaucoup ce qu'il fait
Tu as aussi vu Antiviral ? Parce que pour le coup, celui-là ne m'attire pas à première vue.

Avatar du membre
rick
Administrateur du site
Messages : 745
Enregistré le : jeu. 13 janv. 2011 20:36
Localisation : Paris
Contact :

Re: Possessor de Brandon Cronenberg (2020)

Message par rick » ven. 15 oct. 2021 01:29

Antiviral, dés que j'avais su que c'était le premier film de filston Cronenberg, alors que je l'avais raté au ciné, c'était cash dans le panier Amazon et cash la vision le lendemain dés la réception du Blu-Ray.
Un poil plus "accessible" que POSSESSOR (mais là c'est du pur ressenti), une ambiance froide, des thématiques très proches de celles de son père à ses débuts (du coup oui, le film paraît sans doute moins personnel), un rythme lent, une musique par moment quasi un poil expérimentale, un petit rôle de Malcolm McDowell qui vient faire coucou.

En fait faudrait que je me refasse les deux dans la même soirée pour que tout soit parfaitement frais dans ma tête et surtout que je puisse comparer et voir l'évolution sans juste me baser sur des souvenirs d'il y a déjà quelques années, car de mémoire, c'est quand même déjà 2012 ou 2013 Antiviral !
Image

Répondre