[Film] Victor Crowley, de Adam Green (2017) - Dark Side Reviews

[Film] Victor Crowley, de Adam Green (2017)


Shen, l’unique survivant du massacre des marécages de Honey Island, a passé une décennie à essayer de prouver l’existence de Victor Crowley, ainsi que sa culpabilité pour les quarante-neuf meurtres des précédents opus, mais peu de gens le prennent au sérieux. Jusqu’au jour où un événement le fera retourner sur les lieux du crime, où il se trouvera une fois de plus nez à nez avec le terrible Victor Crowley, de nouveau revenu à la vie…


Avis de Cherycok :
Alors que Adam Green avait annoncé qu’il n’avait finalement pas l’intention de continuer sa saga Hatchet (Butcher chez nous), il s’était bien caché de dire à tout le monde qu’il préparait en réalité dans le plus grand secret un quatrième volet à sa saga. Pour ceux qui ne connaitraient pas la série des Hatchet, il s’agit de comédies horrifiques, mettant en vedette un boogeyman, Victor Crowley, dont une des passions est de défoncer du redneck ou du gentil qui s’aventurerait dans le marais qu’il hante depuis sa mort. Une trilogie pas exceptionnelle en soi mais qui avait le mérite de susciter l’engouement des amateurs de gore (dont je fais partie) en proposant des effets très visuels et extrêmement sanglants sans jamais avoir recours à l’image de synthèse parce que, comme tout le monde le sait, le sang numérique c’est à gerber. Un hommage aux slasher des années 80 en somme. Et voilà donc que débarque sans crier gare en ce début d’année 2018 un 4ème opus, tout sobrement intitulé Victor Crowley. Alors, let the carnage begins !

Adam Green avait abandonné le poste de réalisateur pour le troisième opus, se contentant de scénariser et produire, il est de retour ici sur tous les fronts. Et la recette va être la même, aussi bien sur les bonnes choses que sur les plus embêtantes. Victor Crowley, toujours interprété par Kane Hodder (interprète de Jason Voorhees dans 4 volets de Vendredi 13), va donc reprendre sa folie meurtrière (49 meurtres en trois films) puisqu’apparemment il semble ressusciter entre chaque film et qu’il y a toujours des débiles pour aller se perdre dans son marais. Car oui, c’est apparemment romantique de faire sa demande en mariage dans le bayou, au bord d’un marais avec de la brume inquiétante tout autour et des gémissements bizarres en fond.
Mais à vrai dire, c’est le point de départ de la saga Hatchet, se moquer gentiment des codes des films d’horreur tout en rendant hommage au genre (surtout période 80’s). Ça nous colle un plan boobs à un moment improbable, et ça compense avec un plan zguègue histoire de respecter la parité. Les réactions débiles des personnages sont exagérées. Ça se moque des films qui misent tout sur les jumpscare le temps d’un dialogue. Les personnages clichés sont tous là et le film s’amuse à tuer rapidement ceux qu’on croit être les héros. Même en termes de scénario, ça joue sur ce créneau-là, avec toujours ces jeunes qui vont sur un lieu de massacre, même ceux qui n’étaient pas censés y aller. Adam Green continue même son running gag du personnage interprété par Parry Shen qui, même s’il décède durant le film précédent, revient ici incarner un nouveau personnage.

Hatchet IV, a.k.a Victor Crowley donc, joue pas mal la carte de l’humour. Certains gags sont d’une crétinerie absolue (la scène d’intro), mais c’est dans l’humour noir qu’il réussit son pari. Heureusement que cet humour est là car, comme dans le premier et deuxième opus, le film a un gros ventre mou de 30 bonnes minutes passé la scène d’introduction. On nous reraconte l’histoire de Victor Crowley qu’on nous avait déjà rabâchée dans chacun des autres films de la saga, avec un groupe de jeunes qui veulent faire un film sur l’histoire du tueur et en parallèle une équipe de TV qui veut suivre le dernier survivant connu bla bla bla… C’est bien joli tout ça, mais nous on regarde Hatchet pour ses scènes de boucherie charcuterie. Heureusement, une fois de plus, Victor Crowley va faire preuve d’une grande poésie malgré son masque en latex qui part parfois un peu en sucette.
C’est toujours ultra gore, beaucoup dans l’exagération et le grand guignol, et ce dès la première scène. Notre Victor Crowley est très joueur et aime varier les plaisirs. Bras et jambes coupés, énucléation par l’arrière du crâne, corps coupés en deux, tête arrachée grâce à un marteau planté dans la mâchoire, écrasage de tête à coups de pied, … Pour couronner le tout, parce que semble-t-il notre Victor aime découvrir l’anatomie humaine sous toutes ses facettes, il enfonce le bras dans l’entrejambe d’une de ses victimes afin de le faire ressortir par la bouche. Avec bien entendu tout ce que cela comporte de sang versé par hectolitres parce que l’amateur aime quand ça gicle bien partout. Et tout à l’ancienne ! Maquillages, faux sang, prothèses latex, … Rah c’est beau, on en verserait presque une larmichette !

LES PLUSLES MOINS
♥ C’est très gore
♥ Le casting est bon
♥ Le boogeyman
⊗ Clone des trois premiers
⊗ Toujours ce ventre mou
Avec ce quatrième opus, la série des Hatchet continue son petit bonhomme de chemin dans le style slasher bourrin et ultra sanglant, matiné d’humour noir. Ça n’apporte strictement rien au genre, ni même à la saga, mais si vous avez aimé les précédents volets, Victor Crowley devrait une fois de plus vous divertir.



Titre : Victor Crowley / Hatchet IV
Année : 2017
Durée : 1h23
Origine : U.S.A
Genre : Massacre à la hatchet
Réalisateur : Adam Green
Scénario : Adam Green

Acteurs : Parry Shen, Kane Hodder, Laura Ortiz, Dave Sheridan, Krystal Joy Brown, Brian Quinn, Felissa Rose, Chase Williamson, Katie Booth, Tiffany Shepis, Jonah Ray, Kelly Vrooman

 Victor Crowley (2017) on IMDb




















A propos de Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

2 Comments

Add a Comment
  1. Adam Green est sur la bonne voie pour avoir une saga aussi longue que celles qu’il parodie au final…
    Hatchet, le premier était amusant (car personne ne s’y attendais), j’ai détesté totalement le 2, le 3 était meilleur car pour une fois rythmé. Ce 4, si c’est pour encore nous donner la même chose, pas sûr que je le vois tout de suite. Ou j’attendrais la sortie du 5 😀

  2. Le 3 mettait un peu de temps à démarrer aussi, mais vrai qu’une fois lancé, on ne l’arretait plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dark Side Reviews © 2017