[Film] Trick ‘r Treat, de Michael Dougherty (2007)


Le soir d’Halloween, dans une ville, ceux qui ne suivent pas les règles de cette fête le font à leurs dépens… Différentes histoires s’entrecroisent pour un résultat… sanglant. Nous croiserons un directeur d’école serial-killer, une lycéenne pensant avoir trouvé l’homme de sa vie, des ados dont la mauvaise farce va tourner au drame, un couple ayant commis une erreur lourde de conséquences et, enfin, un ermite recevant une drôle de visite…


Avis de Cherycok :
Le réalisateur Michael Dougherty semble apprécier la saison des fêtes. Je vous avais parlé il y a quelques temps de la très bonne série B Krampus (2015), son deuxième film, qui faisait prendre vie de bien belle manière au démon ancestral Krampus punissant les enfants pas sages dans différentes régions du monde en période de Noël. Avec son premier film Trick ‘r Treat (2007), inspiré d’un de ses courts métrages de 1997, il s’attaque à Halloween, ses déguisements, ses légendes, ses citrouilles. Et tout comme Krampus, on est ici en plein hommage aux années 80 qu’il semble particulièrement apprécier. Et nous aussi pour le coup tant Trick ‘r Treat est une réussite qui transpire la nostalgie. S’appuyant aussi bien sur les productions des années 80 du genre Creepshow ou Les Contes de la Crypte qu’aux anciens comics d’horreur EC Comics (il n’y a qu’à voir les génériques), Trick ‘n Treat est une comédie noire matinée d’horreur qui se savoure comme un bonbon acidulé.

Produit par Bryan Singer dont il est le scénariste attitré de longue date, Michael Dougherty ne choisit pas la facilité pour son premier long métrage puisqu’il s’essaie à l’exercice casse-gueule du film à sketches. 4 histoires et une cinquième plus courte servant d’introduction.
Dans cette première histoire, un couple rentre chez lui après avoir fêté Halloween en ville. Alors que la femme commence à enlever les décorations à l’extérieur car sa belle mère arrive le lendemain, elle va se faire égorger par quelque chose. Le mari, étonné de ne pas la voir revenir, sort à son tour… Dans la deuxième histoire, quatre jeunes filles se déguisent en héroïnes des contes de Perrault. L’une d’entre elle est vierge et attend le prince charmant. Alors qu’elle fuit une soirée picole en pleine forêt avec ses amis, elle tombe sur un homme en cape noire s’attaquant aux jeunes filles esseulées. Sauf que les demoiselles ne sont pas qui elles prétendent être vraiment… Dans la troisième histoire, un gamin un peu trop glouton erre dans les rues, piquant les bonbons devant les maisons et écrasant les citrouilles du quartier. Alors qu’il entre chez Mr Wilkins pour voler des bonbons, il tombe sur lui et ce dernier l’invite à manger des bonbons. Le gamin se met à vomir un mélange de sang et de chocolat et tombe dans les pommes. Alors que Wilkins tente de l’enterrer dans son jardin, il est sans cesse dérangé… Dans la quatrième histoire, plusieurs ados récupèrent des citrouilles en cachette chez les gens et se rendent dans une carrière pour rendre hommage aux morts. Une carrière où un incident de bus tuant des enfants handicapés avait eu lieu il y a 30 ans jour pour jour. L’initiatrice de la chose leur raconte ce qu’il s’est passé et ils vont faire offrande d’une citrouille pour chacun des 8 défunts. Ils veulent faire une farce à l’une d’entre eux qu’ils trouvent un peu « bizarre ». Mais la farce va mal tourner… Dans la cinquième et dernière histoire, le voisin de Mr Wilkins vit enfermé chez lui avec son chien. Il déteste Halloween et file la frousse à tous les enfants qui se pointent réclamer des bonbons. Mais soudain, des choses étranges se passent. Son portail semble s’ouvrir tout seul, son chien ne cesse d’aboyer, il se rend compte que quelqu’un s’est introduit chez lui. Il n’est pas au bout de ses surprises d’autant qu’il traine un lourd secret…

Comme dit plus haut, le film à sketches n’est pas un exercice aisé. Mais Michael Dougherty est un petit malin et va éviter tous les écueils du genre avec brio. Il sait que le genre a des limites et va tenter de rendre l’ensemble complètement homogène. Pour cela, plutôt que d’enchainer les sketches les uns à la suite des autres, ils vont tous s’entremêler durant 1h22. Comme ils se déroulent tous le même soir au même endroit, le réalisateur va s’amuser à passer de l’un à l’autre, puis à un autre, puis revenir au premier, repasser au second, … et ainsi de suite. Il fera même intervenir dans les sketches les personnages d’autres sketchs. Par exemple, dans le sketch de Mr Wilkins, son voisin grincheux interviendra à un moment donné. Et lors de celui du voisin, on revivra la même scène mais du côté du voisin. Parfois on croise juste en arrière-plan les personnages d’une autre histoire. Michael Dougherty fourmille d’idée et va se montrer très astucieux afin de nous surprendre par la tournure de ses différentes histoires. Le résultat a quelque chose d’extrêmement jouissif et nous permet de retracer la chronologie du film sans aucun souci.
Trick ‘r Treat est un exemple de mise en scène et chacune des ambiances que le réalisateur va mettre en place (5 histoires, 5 ambiances) est réussie. La photographie est très belle, il en est de même pour les éclairages, et les maquillages créés par l’équipe du spécialiste Patrick Tatopoulos (Stargatde, la saga Underworld, Godzilla) ont de la gueule. Les quelques effets gores sont très réussis mais ils sont au final peu nombreux, l’intérêt du film n’étant clairement par là. Car Trick ‘r Treat est une comédie. Une comédie noire où même les enfants ne sont pas épargnés mais une comédie quand même qui ne fait clairement pas peur (mais ce n’était pas là son but). C’est avant tout une grande réussite et on attend avec impatience le deuxième opus qui a été annoncé il y a quelques mois.

LES PLUSLES MOINS
♥ La mise en scène
♥ Les différentes ambiances
♥ L’hommage aux années 80
♥ Un film très malin
⊗ …
Trick ‘r Treat est une comédie noire horrifique originale, surprenante, et surtout maitrisée de bout en bout. Pour son premier film, Michael Dougherty fait preuve d’une grande intelligence et nous exprime avec maestria sa nostalgie des années 80. Un très bon film.



Titre : Trick ‘r Treat
Année : 2007
Durée : 1h22
Origine : U.S.A
Genre : Un bonbon ou un sort ?
Réalisateur : Michael Dougherty
Scénario : Michael Dougherty

Acteurs : Dylan Baker, Rochelle Aytes, Anna Paquin, Quinn Lord, Lauren Lee Smith, Moneca Delain, Tahmoh Penikett, Brian Cox, Brett Kelly, Samm Todd

 Trick 'r Treat (2007) on IMDb



















A propos de Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

11 Comments

Add a Comment
  1. Punaise je voulais le voir celui là, mais il n’est pas sorti en France. Pas de DVD, rien. Et pas d’option francophone sur les DVD zone 2 disponibles ailleurs.

    Par contre les conneries du genre Transformers, ça sort sans souci en DVD et blu-ray hein…

  2. Quand je regarde un film, je me rends compte parfois après visionnage que c’est un inédit. Après, le DVD Zone 1 a une VF et une VOSTFR si j’en crois cette page : https://fr.shopping.rakuten.com/offer/buy/362336238/trick-r-treat-de-michael-dougherty.html?t=180117 Encore faut-il dézonner son lecteur.

    Reste le fansub sur le net qui permet de voir beaucoup de choses inédites en France mais on n’est plus dans le légal là…

    1. Ce n’est pas tant le côté illégal qui m’ennuie, c’est que j’ai un petit côté collectionneur et je veux une copie physique en DVD ou blu-ray si j’aime le film^^
      Mais là…comme tu le dis soit c’est un zone 1 qui ne marchera pas, soit un zone 2 UK qui contient des sous-titres arabes,turques, espagnols, allemands mais PAS de français (ils ne nous aiment pas ou quoi ces anglais ?)

      1. Pourtant, j’ai le bluray anglais de KRAMPUs, le 2eme film du realisateur, et y’a des sous titres français…

        Moi je ne suis pas du totu collectionneur, ce qui m’importe c’est voir le film. Mais je peux comprendre effectivement. Juste voilà, quand y’a pas le choix, c’est compliqué, car on n’est pas forcement gâté au niveau des sorties chez nous. Y’a parfois des petits films qui existent et qui valent vraiment le coup mais pour une raison incompréhensible, ca n’arrive pas chez n ous. Pourtant avant, Seven Sept jouait beaucoup sur ce créneau là, en sortant des trucs inconnus au bataillon, mais ils ont un peu lissés leurs sorties. Peut-être à cause de ventes décevantes remarque car comme tu dis, le public veut des transformers et des super héros…

      2. Quand je dis « collectionneur » ça veut pas dire que je veux les éditions collector limitées et tout ça hein^^ Mais disons que je n’aime pas cette mode du « dématérialisé ». On se retrouve avec 300 films sur un disque dur et si on le casse…on perd tout
        Du coup faut faire des sauvegardes, tout ça…et avoir de multiples disques dur, ou une solution de type NAS de sauvegarde, etc. Tant qu’à faire je préfère le support physique quoi.
        Et puis la qualité des versions sur le net, c’est pas toujours l’éclate, tout ça…
         
        En de rares exceptions, les blu-ray anglais ont des sous-titres français (c’est le cas de la version director’s cut de little shop of horrors) mais souvent…que dalle.

        1. j’ai un disque dur avec mes films et un de sauvegarde, avec un script que je lance et qui fait la sauvegarde. Ca me suffit. Après, j’ai une 50aine de bluray et doit y avoir 150 dvd à la maison. Mais j’avais vendu quasiment 1000 dvd y’a quelques années car moi je ne suis pas du totu collectionneur ^^

  3. ah tiens j’ai demandé à un vendeur anglais sur Ebay et apparemment y’a du français en audio et en sous-titres sur le blu-ray (en audio ? Il a été doublé ? Version québecoise ou il est passé à la télé chez nous peut être ?)

    Récemment j’ai chopé Annihilation aussi, dispo uniquement sur Netflix chez nous, avec un DVD zone 1 mais qui est en réalité region free (ça arrive, les DVD zone 1 du nouveau coffret des contes de la crypte sont aussi des zone all)

    Ah là là…ce qu’il ne faut pas faire pour avoir son foutu film^^

    1. Bah il en faut pour tout le monde ^_^ Krampus, c’est pareil, me semble que le dvd n’avait pas de vf / vostfr mais le bluray si. Après, y’a parfois des versions francaises internationales qui sont faites mais au final le film n’est aps acheté chez nous et on retrouve cette VF sur certaines editions étrangèrs. Après, je ne regarde rien en VF, donc qu’elle soit presente ou pas, je m’en fiche un peu ^^

      1. Ouais mais bon Krampus est sorti en DVD chez nous^^ Donc peu importe les langues des DVD des autres pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dark Side Reviews © 2017