[Film] The Nice Guys, de Shane Black (2016)


À Los Angeles en 1977, Holland March, détective privé alcoolique, dépressif, escroc et maladroit, enquête pour retrouver une certaine Amelia à la suite de la mort d’une actrice pornographique renommée, Misty Mountains. Amelia, qui semble très inquiète, embauche alors Jackson Healy, spécialiste de l’agression physique, pour qu’il fasse cesser cette investigation. Après avoir fracturé le bras de March, Healy constate la disparition d’Amelia et convainc March de reprendre son enquête. Ces deux partenaires, épaulés – parfois contre leur gré – par Holly, la fille de Holland, vont finalement mettre au jour un complot mêlant pornographie, pollution, hauts fonctionnaires et industrie automobile.


Avis de Cherycok :
Besoin de se vider le cerveau, il nous fallait donc avec ma petite Iris un film où il ne fallait pas trop réfléchir. Un truc si possible fun avec un côté un peu « cool », un peu comme lors de la découverte du Hitman & Bodyguard avec Samuel L. Jackson et Ryan Reynolds. Oui, un buddy movie serait parfait me dis-je. Alors je repense à la bande annonce de The Nice Guys (2016) de Shane Black. Elle nous avait plutôt emballés et le film correspondrait à nos attentes. Ni une ni deux (ni trois ni quatre non plus), j’en parle à ma moitié qui valide ce choix. Deux heures plus tard, on ressort de ce divertissement avec un grand sourire aux lèvres et avec, vous savez, cette impression d’en avoir eu pour notre argent et d’avoir passé un excellent moment. Un moment très fun, en compagnie d’acteurs qui semblent s’amuser comme des petits fous.

L’écriture de The Nice Guys débute en 2001. Shane Black (Iron Man 3, Kiss Kiss Bang Bang) revient à son genre fétiche, à savoir le buddy movie, genre qui lui tient à cœur puisqu’il est le scénariste de films du genre tels que L’Arme Fatale 1 à 4, Le Dernier Samaritain, Last Action Hero, ou encore Au Revoir à Jamais. The Nice Guys est initialement pensé comme une série mais reste dans les cartons. En 2005, Shane Black passe à la réalisation avec Kiss Kiss Bang Bang, un… buddy movie qui relance par la même occasion la carrière de Robert Downey Jr. Puis une deuxième fois en 2013 avec Iron Man 3ème du nom, film dont le succès lui permet de relancer son idée de The Nice Guys. Ce sera finalement sous forme de long métrage que le film verra le jour en 2016. 50 millions de dollars de budget, 66 de recettes à travers le monde, succès aussi bien critique que public.
Russell Crowe (Gladiator, L.A. Confidential), qui joue pour la première fois de sa carrière dans une comédie, incarne un bagarreur efficace, un homme de main expéditif et méchant qui se fait payer pour casser des gueules. Ryan Gosling (Drive, Only Gods Forgives) est un détective un peu naïf, très maladroit, un peu crétin sur les bords, mais qui a aussi une chance monstre. Ils vont former un duo aussi mal assorti que drôle qui sera clairement l’attraction principale du film, et surtout sa principale source d’humour.

On ne va pas s’attarder longtemps sur le scénario qui, soit succombe aux facilités, soit prend des chemins un peu trop tordus pour être réalistes. Là n’est pas l’atout principal du film d’autant plus qu’il est au final des plus téléphonés. Ce qui est intéressant dans The Nice Guys, c’est l’efficacité de ses scènes comiques, la manière dont elles sont amenées, et le grand éventail de comiques dans lesquelles elles vont piocher. Comique de situation, humour burlesque, tantôt absurde, tantôt noir, tantôt corrosif, le film va enchainer les situations toutes plus rocambolesques les unes que les autres et un soin tout particulier aura été porté au niveau des dialogues souvent hilarants. Tout n’est pas réussi et certains gags font parfois pschitt, mais l’ensemble fait preuve d’une très grande homogénéité et les nombreuses formes que Shane Black fait prendre à son film ne font que nous surprendre.
Toutes les ficelles et clichés du genre sont là, mais le réalisateur les manie avec une précision et une efficacité telles que l’association Gosling/Crowe fait mouche à chaque fois, aussi bien lors des scènes comiques que lors des scènes d’action qui elles non plus ne manquent pas d’humour malgré une violence parfois assez crue. Aidé par une très bonne mise en scène et une excellente musique, The Nice Guys a comme consigne de procurer du fun au spectateur et on peut dire qu’il y arrive aisément. Il se permet même de nombreuses références bien placées à ce cinéma de divertissement que Shane Black semble apprécier. On citera par exemple des clins d’œil à SOS Fantômes, Blues Brothers, Gladiator, ou encore à tout un pan de la filmographie du réalisateur avec des petites références à Iron Man 3, Le Dernier Samaritain, Au Revoir à Jamais, ou encore Kiss Kiss Bang Bang. A noter un cameo (non crédité) de Robert Downey Jr pas évident à trouver. A noter également que la Fox a commandé une série tirée du film mais qui mettra en vedettes des femmes et sera intitulée The Nice Girls.

LES PLUSLES MOINS
♥ Le duo d’acteurs
♥ Excellente BO
♥ L’ambiance cool et fun
♥ Bonne mise en scène
⊗ Prévisible
The Nice Guys est le film popcorn par excellence. Ce genre de films qui vous vide la tête et que vous regardez d’un bout à l’autre le sourire aux lèvres. L’association Ryan Gosling / Russell Crowe fait des merveilles, sans doute le tandem le plus fun de l’année 2016. Un excellent divertissement.



Titre : The Nice Guys
Année : 2016
Durée : 1h56
Origine : U.S.A
Genre : Buddy Movie
Réalisateur : Shane Black
Scénario : Shane Black, Anthony Bagarozzi

Acteurs : Russell Crowe, Ryan Gosling, Angourie Rice, Matt Bomer, Margaret Qualley, Yaya Dacosta, Keith David, Beau Knapp, Lois Smith, Kim Basinger

 The Nice Guys (2016) on IMDb

















A propos de Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

9 Comments

Add a Comment
  1. Très bon divertissement bien drôle et bien emballé, car souvent dans les comédie la réalisation est bâclé la non et en plus c’est l’occasion de voir Ryan Gosling expressif qui ne tire pas la tronche comme dans presque tout ses films. Et il y a un petit coté politique ment incorrect qui me plais bien.

  2. Un divertissement certes classique et prévisible, mais très efficace et maitrisé, ce qui n’est pas toujours le cas dernièrement avec ce genre de film…
    On sent que Shane Black sait ce qu’il veut et où il va, et qu’il maitrise parfaitement l’art du buddy movie !
    Qu’il soit simplement scénariste ou qu’il réalise, son travail est de grande qualité.
    Ayant adoré « Le Dernier Samaritain », la saga « L’arme Fatale » et « Kiss Kiss Bang Bang » (à ne pas confondre avec l’excellente comédie anglaise du même titre réalisée par Stewart Sugg) je ne pouvais pas rater « The Nice Guys » !
    Une comédie d’action complètement déjantée, drôle et extrêmement attachante !
    Du très bon Shane Black !

  3. un régal ,on voit quand même que Shane est l’auteur qui vit Buddy Movie ,quand on regarde bien iron Man 3 ,même ce film est un plus buddy movie entre Tony et Rodhey qu’un classique film de super heros … bref Nice Guys a pour moi tout ce qu’il faut , un bon dépaysement, mettre l’action du film a une autre époque est un tres bon point, ca change comme on dit ,les looks , les lieux , tout est assez bien géré même la legereté de ton sur la drogue qui etait bien presente ses années la , ou les gens avaient pas tout a fait conscience de se ravagé la tête !et pourtant Gosling a travers ses « tripes » (certains vraiment excellents 😀 ) ne banalise pas ,mais fait pas une trop grosse morale a l’américaine non plus , le mec est juste irresponsable, il laisse conduire sa petite,s’endort et se reveille dans des endroits incongru , souvent a coté de ses pompes. moi je me suis bien eclater devant ce film ,j’ai même été surpris d’apprécier Margaret Qualley qui me faisait taper la tête contre les murs avec ses pubs de foldingue pour Kenzo ,mis qui au final ici laisse plutot un beau souvenir 🙂 un Russell Crowe aussi tres a l’aise dans le genre ,sorte de Bud White en chemise a fleur et un peu plus cool que dans LA Confidential ^^

  4. « et pourtant Gosling a travers ses « tripes » (certains vraiment excellents ) »

    Du genre dans la piscine avec les sirènes ? ^_^

    1. Absolumeeeent !!!! 😀

      1. On a pris un fou rire à ce moment là quand on le voit passer dans le fond

  5. Vu KISS KISS BANG BANG hier soir de Shane Black. Même si je préfère The Nice Guys, c’était franchement un très bon moment. J’étais content de voir Val Kilmer dans un rôle qui tient la route, faudrait d’ailleurs que je jette un oeil à ce qu’il devient aujourd’hui. Je l’avais découvert avec Willow quand j’étais petit et j’avais adoré son personnage de Matt Martigan qui m’avait immédiatement fait apprécier l’acteur

  6. Dans Willow, c’est Madmartigan le personnage joué par Val Kilmer ! 😉
    Et en effet, il est très bon dans Kiss kiss Bang bang, tout comme Robert Downey Jr. !
    Les deux acteurs forment un pur duo de buddy movie ultra attachant.
    Le scénario de ce film est complexe mais tellement bien maitrisé par Shane Black…
    Et ces dialogues…excellents et inimitables !
    Du tout bon.

    Sinon au sujet de Val Kilmer, je peux te conseiller « Wonderland » de James Cox (2003) qui revient sur le fait divers qui a défrayé la chronique en Californie en 1981 dans lequel l’acteur porno John Holmes était suspecté.
    Val joue le rôle de John Holmes et le film est pas mal du tout !

  7. Oui pardon,c ‘est un de mes persos de world of warcraft que j’avais appelé Mattmartigan car le vrai nom était deja pris ^^

    Wonderland je l’ai vu et il était effectivement plutot pas mal. J’avais vu aussi un truc genre Profilers avec lui qui date aussi vers le debut des années 2000 il me semble mais c’était sympa sans plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dark Side Reviews © 2017