[Film] SHE, de Avi Nesher (1984) - Dark Side Reviews

[Film] SHE, de Avi Nesher (1984)


Dans un monde post-apocalyptique revenu à l’âge de fer, la déesse She aide deux frères dans leur quête héroïque visant à libérer leur sœur retenue prisonnière. Durant leur voyage, ils devront combattre des loups-garous orgiaques, des vampires baudelairiens, un psychiatre communiste, un géant en tutu, un savant fou et des hordes de gladiateurs, avant le combat final contre les redoutables et maléfiques Norks.


Avis de Cherycok :
Parfois, on a envie de se refaire un film d’enfance. Une petite séance nostalgie. Un film qui nous avait marqué il y a 25/30 ans mais on ne se rappelle plus pourquoi. Un film dont on a d’ailleurs à peine quelques flashs assez flous, mais un film qu’on aimait. Alors on part à sa recherche et au détour d’un site de vieilleries, on tombe dessus. Un sourire en coin se dessine et quelques gargouillis se font sentir. Un peu comme si on avait trouvé le Graal. Puis on se lance dans le film, un peu fébrile, en s’attendant à faire un bond en arrière dans le temps. Et puis on aime toujours autant le film… mais pas pour les mêmes raisons. Car à l’époque, j’avais encore cette naïveté caractéristique d’un enfant de 8 ou 10 ans qui découvre le cinéma en mettant une VHS de la collection de papa, et je n’avais pas entraperçu toute l’étendue nanar de SHE, production post nuke / heroic fantasy italienne complètement folle de 1984 (ou 1982, 1983, 1985 selon certaines sources) où le non-sens absolu règne en maitre 1h40 durant. Un film qu’on imagine, avec le recul, impossible à concevoir sans avoir ingurgité ou fumé des substances illicites et, de préférence, hallucinogènes. Accrochez-vous à votre siège, ça vaut son pesant de cacahuètes !

Conan Le Barbare (1982) de John Milius et New York 1997 (1981) de John Carpenter ont donné des idées aux Italiens et bon nombre de films d’exploitations d’heroic fantasy d’un côté et post apo de l’autre ont vu très rapidement le jour. Des productions souvent lowcost qui ont fait les joies des vidéoclubs. Avi Nesher (Timebomb, Doppelganger), réalisateur / producteur / scénariste / acteur israélien s’est dit qu’il pourrait lui aussi profiter de cette nouvelle mouvance. Et quoi de mieux pour plaire au plus grand nombre que de mixer ces deux sous-genres du cinéma d’exploitation, de réaliser ça en Italie parce que c’est la mode donc, et de tourner ça en anglais parce que c’est plus facile d’exploiter ça à travers le monde ? Et si en plus on arrive à persuader Sandhal Bergman, l’héroïne du Conan, de s’embarquer dans cette histoire, c’est encore mieux ! Il est fort ce Avi Nesher, il avait pensé à tout. A tout sauf peut-être que son film serait un nanar intergalactique. Mais un nanar intergalactique de compétition, celui où tout est improbable jusque dans sa musique qui n’a jamais rien à voir avec ce qui se passe à l’écran (genre du sous Cindy Lauper sur une scène de suspense…).
Soi-disant inspiré d’une nouvelle du même nom de Rider Haggard (Allan Quatermain, Les Mines du Roi Salomon), mais n’ayant au final pas grand-chose à voir, le scénario de SHE tient sur un post-it. Et malgré tout, on n’y comprend pas grand-chose. On assiste à une succession de scènes toutes plus improbables les unes que les autres, provoquant des fous-rires nerveux, avec parfois cette impression qu’elles ne sont pas dans le bon ordre ou qu’elles s’enchainent juste parce qu’il fallait qu’elles s’enchainent. Ça en devient très rapidement hallucinant. Le pire dans tout ça, c’est que toute cette entreprise semble avoir été faite avec le plus grand des sérieux et que la mise en scène n’est pas dégueux.

Un peu de belle peinture vermillon pour le sang : check. Une paire de boobs pour respecter le cahier des charges : check. De la belle pépette légèrement vêtue pour sustenter le public adolescent : check. Mais aussi des mecs habillés en footballeurs américains, des boxeurs, des cavaliers napoléoniens, tout ce beau monde avec des croix nazies, un Frankenstein explosif, des chevaliers, un lac souterrain qui soigne les blessures quand on montre ses boobs, des lépreux à lunettes recouverts de bandelettes façon momies histoire de pouvoir réutiliser les figurants, des mecs en toge blanche avec des couronnes de fleurs sur la tête et qui organisent des boums tout en devenant des lycans, des moines moustachus arborant des faucilles / marteaux qui aiment fouetter des femmes et les marquer au fer rouge (eux aussi au visage caché pour la même raison qu’au-dessus), un géant en tutu et justaucorps moulant rose, un chirurgien façon Robespierre avec un casque de chantier pour enfant, un guerrier mi-marin mi-indien et re mi-marin derrière qui se dédouble et qui change d’accent à chacune de ses phrases, des bagarres dignes d’une bobine de Bud Spencer et Terence Hill,… La liste est encore longue, très longue, car SHE est très rythmé et le degré d’improbabilité est parmi les plus hauts qu’il m’ait été donné de voir. Et j’en ai vu des nanars, croyez- moi…
Ajoutez à cela un jeu au ras des pâquerettes, avec des acteurs qui semblent se rendre compte de ce qu’ils sont en train de tourner et qui arborent de bons gros sourires en coin. Et oui, dur de payer ses factures… Ou alors ils sont simplement mauvais, ce qui n’est pas à exclure…

LES PLUSLES MOINS
♥ Du nawak top niveau
♥ Un film fou
♥ On ne s’ennuie jamais
⊗ Réservé à un public averti (big nanar inside)
Note :
Note nanar :
SHE, c’est un nanar de compétition. Un croisement post-apo / heroic fantasy hautement improbable qui arrive à surprendre dans le nawak à chacune de ses scènes. Un film que tout amateur de mauvais films rigolos se doit d’avoir vu. A ranger du coté de The Barbarians et autres Le Justicier contre la Reine des Crocodiles.



Titre : SHE
Année : 1984
Durée : 1h40
Origine : Italie / Israël
Genre : Mais qu’est-ce que c’est que ce film !?!
Réalisateur : Avi Nesher
Scénario : Avi Nesher

Acteurs : Sandahl Bergman, David Goss, Quin Kessler, Harrison Muller, Elena Wiedermann, Gordon Mitchell, Laurie Sherman, Andrew McLeay

 She (1984) on IMDb

























A propos de Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

8 Comments

Add a Comment
  1. Alors celui-là, je ne connais pas du tout ! Même pas de nom !
    Mais déjà, rien que la jaquette qui est magnifique, c’est prometteur, mais alors le contenu a l’air d’un très haut niveau nanar !
    Le mix improbable post-apo/heroic fantasy…(donc mixer Mad Max et Conan quoi !?!)
    Rien qu’a voir les captures, y’a l’air d’y avoir du très très lourd !
    Oooh..faudra que je me penche sur son cas à celui-là !

    Pas contre, on retrouve le symbole svastika sur plusieurs images (la croix gammée), mais vu qu’on retrouve ce symbole dans un tas de cultures et religions (bouddhisme entre-autre), et qu’il a de nombreuses significations, on peut difficilement savoir laquelle il a dans le film…
    Mais ici, je ne pense pas qu’il ait une signification idéologique douteuse…

  2. C’est pour cela que je l’évoque juste. Mais vu que les grands méchants arborent cette croix, que certains sont habillés façon soldat, dont le chef, je me dis que ca fait référence à l’Allemagne nazie. Après, je ne crois pas qu’il y ait une idéologie douteuse derrière, j’ai plus l’impression que c’est une maladresse, comme pour dire que les méchants sont vraiment très méchants, tout basiquement…

    Après, effectivement, on la trouve un peu partout, sous différentes formes :

    https://i11.servimg.com/u/f11/18/75/25/84/swasti10.jpg

  3. Les Italiens en nanar SF ils peuvent faire mal j’ai un super souvenir des guerrier du Bronx mais celui la a l’air un cran au dessus, je préfère 100 fois me faire du vrais nanar que des truc façon nanar comme Futur world.

    La croix gammées elle est un coup vers la droite un coup vers la gauche les vrais néo nazi savent dans quel sens il faut la faire vu qu’ils n’on pas grand chose d’autre a penser. Tu peut mètre des néo nazi dans un film sans que le film le soit.

  4. Très juste Feroner !
    Les transalpins sont assez balèzes en matière de nanars S.F et post-apo !
    Les 2 volets des Guerriers du Bronx d’Enzo G. Castellari sont des références, tout comme son « Les Nouveaux Barbares » !

    Après, pour les croix gammées, l’histoire du sens des gammes est discutée…
    Mais ce qui est sûr, c’est que la croix nazie est inclinée à 45° dans un cercle blanc sur fond rouge, ce qui n’est pas le cas dans le film.
    Donc, c’est probablement une question de provoc’ comme le disait Cherycok !

  5. je m’immisce ,oui moi aussi je confirme un peu l’idée générale ,de la svastika pour accentuer le coté « hooo qu’ils sont mechant  » plutot que de faire dans le malsain (surement pour ca qu’il y a plusieurs représentations dans les captures) apres connaissant un peu Avi Nesher (oui je suis fan de Time Bomb :p j’ai même encore le pin’s qui nous attendait avec la place de ciné )et j’avais lu un grand article papier sur le bonhomme et loin de lui d’avoir les idées neo nazi, surtout pour un Israéliens tres attacher a ses racines comme lui , peut etre un petit tacle a Mussolini (mais la il serait fort pour une coprod italienne ^^)
    la svastika est souvent sujet a polémique par manque de connaissance, j’en avais discuter une fois avec toi Feroner , pour la serie animé de Ken le survivant ,les doubleurs vf (de tres grands noms en plus ) en,en voyant une dans le decor de l’anime se sont dit que c’etait fatalement nazi et ont decider de ne pas respecter du tout les dialogues originaux et rendre exprès en france la serie idiote et incompréhensible …dommage quand on sait que le symbole apparait sur le ventre de certaines statue de Boudha et sur les drapeaux dans les grandes villes de Corée du sud .

    sinon le film ,je l’avais en video club , mais comme a l’époque louer ca couter cher , j’avais vite passer mon chemin ,j’ai apparemment bien fait ,j’etais pas pret pour un nanar a 20 francs , ca a l’air complétement barge ,maintenant ca me plairait tiens ^^

  6. Ça c’est des supers éclaircissements scott !
    C’est sur qu’étant d’origine Israélienne, Avi Nesher peut difficilement être néo-nazi !
    En même temps, on se doutait tous un peu que les croix dans le film étaient plutôt de la « provoc » ou pour insister sur le côté très méchant (et donc très bête) des méchants comme le disait Cherycok !
    En tout car, commentaire très constructif !

    Quand au film, le côté nanar bien barge me tente aussi +++ ! 😀

    1. merci l’ami , c’est gentil 🙂
      oui surtout qu’il est né dans le debut des années 50,on imagine ce qu’a vecu sa famille pendant la guerre …d’ailleurs apres un long sejour aux USA ou il a fait quelques films Avi Nesher et retourner en Israel ou sa carrière marche plutot bien avec des films tres different des années 80/90(nous sommes loin de SHE ^^) et il a même une certaine reconnaissance critique .
       

  7. Pour avoir vu le film, je pense aussi que ce n’est que pour donenr un air encore plus méchant et plus stupides aux ennemis les croix gammées qui sont présentes. Et y’a un groupe de moines un peu barrés et méchants eux aussi qui eux arborent des faucilles et des marteaux stylisés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dark Side Reviews © 2017