[Film] Sexy Killer, de Miguel Marti (2008) - Dark Side Reviews

[Film] Sexy Killer, de Miguel Marti (2008)

Depuis toute petite, Barbara rêve de ressembler à Cindy Superstar, sa poupée favorite. Devenue une jeune femme mentalement instable aux tendances criminelles, elle a enfin atteint son but et ressemble trait pour trait à Cindy. Mais cela ne suffit pas, car il lui faut aussi trouver Glen, le compagnon de la fameuse poupée. Elle jette ainsi son dévolu sur Tomas, employé dans une morgue…


Avis de Cherycok :
J’affectionne particulièrement tout un pan du cinéma espagnol complètement fou, capable de comédies complètement loufoques telles que la géniale saga des Torrente ou le très fun Lobos de Arga, que de films d’horreurs réellement barrés à l’instar des Accion Mutante ou El Dia de la Bestia de Alex de la Iglesia, sans doute un des meilleurs représentants du genre avec Adrian Cardona (Brutal Relax, Fist of Jesus). Sexy Killer du nouveau venu Miguel Marti fait parti de cette mouvance de films un peu « WTF !? », sauf qu’il ne suffit pas d’aligner référence sur référence et de pondre des scènes un peu nawak pour en faire un bon film…

Miguel Marti semble vouloir nous montrer qu’il s’y connait en matière de films d’horreur. Citons en vrac un début façon Scream, avec son tueur masqué, une héroine qui s’appelle Barbara comme dans La Nuit des Morts vivants de Romero, lui même cité en tant que nom d’université ; le chien de l’héroine qui s’appelle Jason, sans doute en hommage au tueur de Vendredi 13 ; un des protagonistes évque de vive voix le Evil Dead de Sam Raimi ; ou encore des clins d’oeil à Massacre à la Tronçonneuse 2 de Tobe Hooper et au Re-Animator de Stuart Gordon. Mais le problème, c’est que beaucoup de ces références sont grossières, parfois un peu trop gratuites, alors que le réalisateur aurait pu les amener bien plus finement.
Grossière, la mise en scène l’est également. Le réalisateur enchaine des effets de réalisation façon « vous avez vu ce que je suis capable de faire », sauf que le résultat n’est clairement pas à la hauteur, et l’esthétique générale du film n’est clairement pas des plus réussies. Le coup de l’héroïne qui s’adresse directement à nous en regardant la caméra est certes assez fun au début, sauf que lorsque usé et usé jusqu’à la moelle tout le long du film, ca devient nettement plus rébarbatif…

Néanmoins, Sexy Killer possède assez d’atouts pour ne pas sombrer dans les tréfonds obscurs du navet bas de gamme, à commencer par une actrice principale tout simplement excellent, au charisme particulier, et complètement à fond dans son rôle de serial killer un peu psychopathe sur les bords. Débordant d’énergie communicative, elle porte le film sur ses frêles épaules de main de maitre.
Suffisamment rythmé pour ne pas ennuyer le spectateur (merci la courte durée, 1h25), les amateurs de gore en auront pour leur argent. Les meurtres sont nombreux, engendrant à chaque fois une scène d’autopsie peu ragoutante, mais tout en sachant rester fun, fun étant tout de même le maitre mot de film. Ce gore est d’autant plus présent dans sa dernière partie lorsque le film vire vers le zombie movie un peu concon mais néanmoins rigolo avec ses maquillages parfois un peu ratés et ses effets sanglants rigolos.

On ressort des 1h25 du film sur un bilan très mitigé, à la fois comblé par des scènes assez rigolotes car complètement second degré, et blasé par une impression de gâchis en se disant qu’il y avait clairement moyen de faire quelque chose de vraiment divertissant. Au final Sexy Killer n’est qu’un film très moyen qui sortira des esprits aussi vite qu’il y est rentré.

Note :



Titre : Sexy Killer / Sexykiller, morirás por ella
Année : 2008
Durée : 1h25
Origine : Espagne
Genre : Comédie / Horreur
Réalisateur : Miguel Marti

Avec : Macarena Gomez, Alejo Sauras, Cesar Camino, Angel de Andres Lopez, Juan Carlos Vellido, Nadia Casado, Juan Diaz, Fernando Ramallo, Ramon Langa, Maria Lanau, Javier Botet, Pablo Pinedo

 Sexykiller, morirás por ella (2008) on IMDb


Galerie d’images :

A propos de Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

4 Comments

Add a Comment
  1. J’avais totalement zappé l’existence de ce film alors que j’en avais pas mal entendu parler à l’époque… Mais avec ton avis, je vais passer mon tour

  2. Ca se laisse regarder tout de même, si jamais vraiment tu as rien d’autre à voir, pourquoi pas…

  3. Je ne dirais pas que Macarena Gomez correspond à l’archétype de la nana sexy, mais comme certaines actrices aux visages singuliers, elle a en effet un charisme bizarre, comme une Barbara Steele en son temps qui avait d’énormes yeux et pouvait se montrer inquiétante.
    Dans Dagon, je la trouvais inquiétante.
    https://goo.gl/images/drCz3E

    Pourtant le perso n’était pas vraiment méchant mais ce regard halluciné…et ce sourire en coin…et aussi ses jambes tentacules mais euh…ceci est une autre histoire^^
    https://goo.gl/images/vkuj3o

    Elle a un peu moins ce visage inquiétant maintenant avec l’âge mais bon…

    Bon en tous cas le film ne me tente pas plus que ça…

  4. Ah mais oui, je n’avais pas fais le rapprochement à l’époque, mais oui voilà ! Ayant revu Dagon pas plus tard que ce weekend, c’est encore plus flagrant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dark Side Reviews © 2017