[Film] Sacré Robin Des Bois, de Mel Brooks (1993)


Robin des Bois est fait prisonnier pendant les croisades. Il s’évade et rentre en Angleterre. À son arrivée, il trouve un pays en proie aux répressions du Prince Jean, le frère du Roi Richard parti en guerre et dont on est sans nouvelles. Avec à ses côtés Petit Jean, Will Scarlet, Mirette et Atchoo, il va tout mettre en œuvre pour déjouer les plans du Prince Jean et du shérif de Rottengham.


Avis de Cherycok :
Sacré Robin des Bois, c’est ce genre de film débile qu’on a vu durant sa jeunesse et qu’on revoit régulièrement avec plaisir, en se marrant toujours autant devant tant de connerie à la minute. Ce genre de film qui ne cherche jamais la finesse et qui se vautre volontiers la tête la première dans l’humour facile et le jeu de mots grivois, mais qui fait toujours son petit effet lorsqu’on se retrouve affalé dans son canapé avec une furieuse envie de ne faire fonctionner son cerveau sous aucun prétexte. Certes, il faut adhérer à l’humour de Mel Brooks, et sa filmographie ne comporte pas que des réussites (Dracula Mort et Heureux de l’Etre, sik !), mais 25 ans après sa sortie, ce pastiche parodique de Robin des Bois n’a rien perdu de sa bêtise, dans le bon sens du terme bien entendu.

Sacré Robin des Bois est donc comme son nom l’indique une parodie de Robin des Bois, et plus particulièrement de la version de 1991 réalisée par Kevin Reynolds, avec Kevin Costner et Morgan Freeman. Et il va en reprendre les scènes presque une à une, en les détournant bien entendu. On retrouve donc le début en prison et la rencontre avec le personnage maure, le retour en Angleterre, le passage sur le pont gardé par Petit Jean, la relation entre Robin et Marianne, le concours de tir à l’arc,… et bien entendu toute une tripotée de personnages rendus pittoresques sous la plume farfelue de Mel Brooks. Un des talents de tout le casting, c’est de ne jamais avoir peur du ridicule. Entre Richard Lewis (le Prince Jean) et sa verrue qui change de place à chaque scène, Roger Rees (le shérif de Rottingham) qui a des problèmes pour faire des phrases avec des mots dans le bon ordre, Amy Yasbeck (Marianne) et sa ceinture de chasteté en acier trempé, Mark Blankfield (Mirette) et sa passion pour les magazines porno en « braille », Dave Chapelle (Atchoo) et son look sorti d’un ghetto newyorkais, Eric Allan Kramer (Jean Petit) dont le QI n’est pas le plus élevé, ou encore Tracey Ullman (Latrine) dont le physique est bien assorti au nom de son personnage, c’est un beau florilège de nawak. Le tournage, à coup sûr, a dû être sujet à d’innombrables fous-rires.

Là où le film suivant de Mel Brooks, et accessoirement son dernier (Dracula Mort et Heureux de l’Etre) alternait entre le consternant et le navrant, les très nombreux gags de Sacré Robin des Bois sont réussis. Même si tous ne sont pas du même niveau, même si certains sont donc un peu faciles, ils s’enchainent à un tel rythme qu’il est difficile, pour qui adhère à cet humour, de ne pas se marrer comme une baleine. Alternant gags visuels, dialogues improbables, clins d’œil ou moqueries gentilles envers son « modèle », la cadence est une des plus effrénée dans la filmographie de Mel Brooks, au point de parfois perdre le scénario en route. Deux scènes peuvent n’être liées que par un passage chanté, tout aussi débile que le reste du film, en lieu et place d’une scène censée faire la liaison entre elles. Mais qu’importe puisque la bonne humeur communicative qui se dégage du film de Mel Brooks prend le pas sur tout le reste, et c’est sans doute la raison pour laquelle cette parodie vieillit bien mieux que d’autres bien plus récentes (Scary Movie pour ne citer qu’elle). Le casting s’amuse, que ce soit dans les gags purs et durs que dans les différents combats façon cape et épée, eux aussi détournés (on pense à Les Quatre Charlots Mousquetaires et A Nous Quatre Cardinal des Charlots), et pour le coup nous avec.

LES PLUSLES MOINS
♥ Un rythme de gags qui ne faiblit pas
♥ Excellent casting
♥ Bien mis en boite
⊗ Pas très fin
⊗ Il faut adhérer à l’humour
Sacré Robin des Bois est pour beaucoup un très bon souvenir d’enfance qu’on prend toujours plaisir à revoir. A réserver cependant à ceux que qui ne sont pas allergiques à l’humour parfois un peu lourdingue de Mel Brooks.



Titre : Sacré Robin des Bois / Robin Hood : Men in Tights
Année : 1993
Durée : 1h44
Origine : U.S.A
Genre : Bouffonade puissance 1000
Réalisateur : Mel Brooks
Scénario : J.D. Shapiro, Evan Chandler, Mel Brooks

Acteurs : Cary Elwes, Richard Lewis, Roger Rees, Amy Yasbeck, Mark Blankfield, Dave Chappelle, Isaac Hayes, Megan Cavanagh, Eric Allan Kramer

 Sacré Robin des Bois (1993) on IMDb


















A propos de Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

2 Comments

Add a Comment
  1. Ahahah je ne me lasserai jamais de ce film je crois!
    Je rajouterai l’excellent doublage français, avec ses répliques cultes(« Contrairement à mon prédécesseur, je ne danse pas avec les loups moi! »)

  2. Oui, la VF pour une fois est réussie, et cette référence est excellente dans le contexte dans lequel elle est sortie ^_^

    Content de voir que je ne suis aps le seul à aimer ce film !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dark Side Reviews © 2017