[Film] Rare Exports : A Christmas Tale, de Jalmari Helander (2010)

Dans le Grand Nord finlandais, une équipe de chercheurs américains vient de découvrir ce qui pourrait bien être la tombe du Père Noël et s’apprête à dévoiler au monde la face cachée de ce personnage de légende.


Avis de Cherycok :
Même si comme dans tous les Cinémas du Monde, il y a du bon et du moins bon, le cinéma nordique est très souvent surprenant. Et Rare Exports : A Christmas Tale ne déroge pas à cette règle avec son histoire de tombe d’un Père Noël qui est loin d’être l’adorable barbu qui distribue des jouets aux petits enfants la nuit de Noël. Alors certes, ces derniers temps, les films sur le sujet ont foisonné : Krampus (2015), A Christmas Horror Story (2015), Very Bad Santa (2005), ou encore Bad Santa 1 (2003) et 2 (2016) pour ne citer qu’eux. Mais Rare Exports : A Christmas Tale, qui fait suite à deux courts métrages du même réalisateur (Rare Exports, Inc en 2003 et Rare Exports : The Safety Instructions en 2005), se différencie de la masse en proposant une sorte de conte de fée où se mêlent onirisme et humour noir plutôt qu’en se jetant sur la « facilité » du film d’horreur. Et au final, c’est réussi !

A la base donc, il y avait un court métrage commandé par une agence de publicité finlandaise pour la période de Noël et confié à Jalmari Helander (Big Game, 2014), au départ réalisateur de publicités et de clips vidéo. Produit pour à peine 3500$ et massivement diffusé sur Internet, le court rencontre un énorme succès dans de nombreux pays et remporte plusieurs prix. Des réalisateurs mondialement connus (tels que Luc Besson) se sont d’ailleurs intéressés à ce court métrage, le classant parmi les meilleurs qu’ils aient jamais vus. Deux années plus tard, Jalmari Helander sort une deuxième version de son court métrage, Rare Exports : The Safety Instructions, version dans laquelle il apportait des explications à l’original. Peu de temps après, le réalisateur se sent obligé d’en réaliser un troisième qui en serait la suite, mais ses proches lui conseillent plutôt de mettre en boite une version longue de sa vision du Père Noël. C’est ainsi que naquit Rare Exports : A Christmas Tale qui rapidement fit fureur dans les nombreux festivals auxquels il a participé, acclamé par le public et les critiques qui y étaient présents, mais boudé par le public plus « large » qui s’est peut-être retrouvé déconcerté par cette vision différente du mythe de Noël et du traitement qui en est fait.

Rare Exports : A Christmas Tale rappelle par certains aspects ces films cultes des années 80 tels que Les Goonies ou Les Gremlins où des enfants deviennent malgré eux des héros, face à des adultes complètement dépassés par les évènements. La comparaison s’arrête certes là mais le film a clairement cet arrière-goût très agréable. L’histoire est des plus originales, avec cette approche inhabituelle d’un Père Noel plus proche de Krampus (sans jamais le citer). Le héros principal a beau être un enfant, nous ne sommes malgré tout pas en présence d’un film pour enfants, et ce malgré l’absence quasi-totale de violence et de sang. Mais l’ambiance qui y règne est assez froide, avec des couleurs aux tons très fades, une musique parfois angoissante, un humour tantôt noir, tantôt décalé et donc un ton parfois très poétique qui risque d’échapper aux plus jeunes. Quelques scènes bien WTF viennent agrémenter le tout, comme ces vieux fripés barbus se baladant le sboub à l’air et faisant office de lutins du Père Noël, ou ces vols de radiateurs dont je ne dirais pas plus pour ne pas gâcher la surprise à ceux qui pourraient être tentés par l’expérience. Les décors enneigés de Finlande procurent un dépaysement total, le tout magnifié par une très bonne mise en scène de Jalmari Helander, une photographie superbe, et un casting aux petits oignons incarnant des personnages auxquels on s’attache immédiatement. Pas évident de diriger des enfants (le cinéma l’a maintes fois prouvé), mais le jeune Onni Tommila s’en sort avec les honneurs et le duo qu’il forme avec Jorma Tommila (son père à l’écran et dans la vraie vie) fonctionne à merveille.

LES PLUSLES MOINS
♥ L’ambiance
♥ Les acteurs
♥ L’originalité
⊗ Une scène finale qui risque de partager
Alors qu’affiches et posters annonçaient un énième film d’horreur avec un Père Noël sadique, Rare Exports : A Christmas Tale réussit le tour de force de nous prendre à contre-pied et de nous surprendre du début à la fin. Un très beau fleuron du cinéma fantastique finlandais sentant bon le cinéma spielbergien des années 80 époque Amblin Entertainment.



Titre : Rare Exports : A Christmas Tale / Père Noel Origines
Année : 2010
Durée : 1h24
Origine : Finlande / Norvège / Suède / France
Genre : Le Krampus Noel
Réalisateur : Jalmari Helander
Scénario : Jalmari Helander

Acteurs : Onni Tommila, Jorma Tommila, Tommi Korpela, Rauno Junoven, Per Christian Ellefsen, Ilmari Järvenpää, Peeter Jakobi, Jonathan Hutchings

 Père Noël Origines (2010) on IMDb












A propos de Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

2 Comments

Add a Comment
  1. J’étais passé à côté de cette critique, car je ne connaissais pas le titre original du film, mais juste le titre français « Père Noël Origines ».
    Très bonne chronique Chery !
    Je vois que tu as ressenti ce film un peu de la même manière que moi..
    J’aurais écri à peu près la même chose que toi à son sujet !
    Ce mélange d’ambiance si particulière et d’onirisme m’a emporté et la qualité de la réalisation a fait le reste.
    Un film envoutant au milieu de paysages magnifiques..bravo Mr Helander !

  2. Ah, enfin un commentaire sur ce film qui vaut sincèrement le coup d’oeil. Oui, il est très particulier et c’est ce qui fait son charme. C’est dommage que ce genre de bobine, ou Krampus par exemple, ne soient pas plus connues. Ca ne sera sans doute jamais aussi culte qu’un Gremlins, mais sincèrement il mérite d’être vu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dark Side Reviews © 2017