[Film] Gone Baby Gone, de Ben Affleck (2007) - Dark Side Reviews

[Film] Gone Baby Gone, de Ben Affleck (2007)


Quand deux jeunes détectives, Patrick Kenzie et Angie Gennaro, sont embauchés pour réexaminer une enquête concernant la mystérieuse disparition de la petite Amanda, ils réalisent que les apparences sont trompeuses. Ils vont tout risquer pour retrouver cette petite fille perdue. Ils s’enfoncent au-delà des mensonges et des faux-semblants, vers les secrets les plus noirs de la ville, là où règnent les dealers, les criminels et les pédophiles. La vérité finira par surgir, mais elle aura un prix. Chaque ville a ses secrets, chaque humain sa conscience.


Avis de Paganizer :
L’annonce d’un premier film réalisé par Ben Affleck avait plutôt fait sourire dans un premier temps… Les critiques de tous poils l’attendaient au tournant, en aiguisant leurs stylos « Mont Blanc », prêts à bondir comme des morts de faim sur le playboy imprudent ! En effet, Ben Affleck, ex-amant de Jennifer Lopez et acteur connu pour son côté un peu niais, allait mettre en scène son premier long métrage en adaptant un roman de Dennis Lehane, auteur déjà porté à l’écran par Clint Eastwood et son excellente adaptation de Mystic River. Ben Affleck n’étant pas Clint Eastwood, on était en droit de s’inquiéter… Pourtant, si le résultat est loin d’être un chef-d’œuvre instantané, il n’en demeure pas moins une belle et fort honorable réussite, saluée par la critique !

Gone Baby Gone a en effet assez rapidement fait taire les sceptiques et les médisants de tous bords… ceux-là même qui avaient oublié, semble-t-il, que Ben Affleck a tout de même écrit, avec son ami Matt Damon, l’histoire de « Will Hunting » (réalisé par Gus Van Sant, oscar du meilleur scénario en 1998) et dont l’intrigue prenait déjà place dans les quartiers défavorisés de Boston. Gone Baby Gone est donc l’occasion pour Affleck de revenir à ses premières amours et sur les lieux de son adolescence tourmentée, et de confier le premier rôle à son jeune frère Casey.
Avant d’être un récit policier revenant sur un kidnapping qui tourne mal, le film se veut la description d’une communauté et des gens qui la composent. Dès le générique, le ton est donné. L’œuvre se présente comme humaine et proche des démunis. On retrouve tout de suite dans Gone Baby Gone, les thématiques qui animaient déjà Mystic River ; ce questionnement permanent sur la frontière entre le bien et le mal. Si les deux jeunes enquêteurs (Casey Affleck et Michelle Monaghan excellents) se présentent d’abord comme des modèles à suivre, les choses changent rapidement. Personne dans le film n’est épargné : De la prostituée à ses heures perdues pour se payer sa dose de Coke, aux flics corrompus prêts à appliquer une justice aveugle et expéditive. Ben Affleck se montre plutôt à l’aise, en particulier pour décrire les affects qui touchent les différents personnages, mais aussi en matière d’action. A ce titre, la scène époustouflante qui clôt très efficacement le deuxième tiers du film est un modèle de maitrise !

Il se distingue également lorsqu’il s’agit de quitter les sentiers classiques de l’enquête policière pour poser de vraies questions de société d’une toute autre importance. Le choix d’avoir confié le rôle principal à son frère Casey s’avère plus que payant, tant ce dernier se montre concerné et offre une formidable performance. Ben Affleck explique ce choix par le fait que Casey, à l’inverse d’autres acteurs de sa génération (ceux ayant une trentaine d’années) n’a pas de côté connoté, dans le sens où c’est un acteur qui surprend, un acteur dont on ne sait jamais s’il va être sympathique ou pas. Et dans ce film, il montre bien l’étendue de son talent, secondé il faut le dire, par de très bons partenaires de jeu.
On peut le dire, les choix en matière de casting ont été soignés…il y a du beau linge ! Ben Affleck qui peinait parfois à convaincre par ses capacités d’acteur démontre ici, en tant que metteur en scène, de grandes qualités. D’un script plutôt complexe, au rythme inhabituel et au sujet délicat, il tire un récit par le biais duquel il plonge dans les moindres recoins de la ville de Boston, mettant en lumière des personnages aussi disparates que pittoresques, mais toujours crédibles. On ressent beaucoup de soin et d’application dans cette mise en scène souvent claustrophobique. Un mécanisme implacable dans lequel les différents protagonistes semblent enfermés, se débattant avec l’illusion d’une liberté de mouvement et de légitimité de leurs actes.

Le long métrage nous manipule, ainsi que nos perceptions et nos convictions…il nous interpelle constamment, allant jusqu’à jouer la carte de l’enquête poussive qui ne semble guère avancer, sauf par le biais de témoignages soudains voire inattendus, ou d’informations glanées un peu par hasard.
Dans le film, dès le départ le spectateur est pris à parti : La victime est une petite fille, la maman (Amy Ryan plutôt bluffante) génère tant d’antipathie qu’elle suscite le rejet chez les enquêteurs, ses premiers témoignages sont faux, elle buvait, se droguait et fréquentait des individus peu recommandables… on aurait tendance à penser qu’elle a ce qu’elle mérite ! Mais il s’agit ici d’une disparition d’enfant !
Et très vite, la morale et la conscience populaire s’en mêlent, d’autant que les policiers, semblant au départ peu impliqués, finissent par asséner des statistiques assassines : Vu les circonstances, les chances de retrouver la fillette sont extrêmement minces… Par le biais de notre couple d’enquêteurs, nous sommes sans cesse amenés à réagir brutalement, épidémiquement, par bouffées d’émotions souvent mal contenues. En filigrane demeure cette manipulation propre à Dennis Lehane qui transpire au milieu d’un casting impeccable où les excellents Ed Harris et Morgan Freeman tirent parti de leur aura et jouent avec nos sentiments.

Le rythme du métrage peut déstabiliser, surtout lorsqu’on constate que l’enquête sur la petite Amanda s’achève bien avant la fin du film, laissant de fait une bonne part de doute. Si la tension retombe quelque-peu à ce niveau, c’est pour mieux reprendre le problème mais sous un angle différent. Et là, au-delà de l’empathie pour le sort d’un enfant disparu, on voit apparaitre les notions de justice, d’équité, de responsabilité et de loi, mettant les héros (et les spectateurs) en un porte-à-faux relativement pervers. La conclusion du métrage amènera quant à elle le spectateur à discuter des options prises par les protagonistes… Sur ce point, le film ne laisse personne intact du fait qu’il pose des questions auxquelles il apporte plusieurs réponses contradictoires… Il revient alors au spectateur de choisir son camp, ou mieux, de se poser à son tour les mêmes questions en tentant de prendre en compte toute la complexité dont elles relèvent.
Entre autres thèmes, le film aborde celui de la liquidation des auteurs de crimes pédophiles ainsi que le problème des enfants élevés par des mères pas forcément présentes et disponibles pour assurer leur éducation. Faut-il se débarrasser des premiers de manière expéditive ou les juger équitablement ? Faut-il retirer leurs enfants à ces mères jugées « indignes » ? Ben Affleck lui, choisit de ne pas forcément condamner tous ses personnages et laisse à quelques-uns le droit à une humanité poignante.

Pour ce qui est de la maitrise technique du métrage, Affleck propose une mise en scène efficace et maitrisée qui ne se perd pas dans les effets de style inutiles et autres gargarismes. La lumière est belle et l’acteur-réalisateur se montre inspiré pour nous offrir de très belles images tantôt chaudes, tantôt immersives. On s’enfonce réellement, avec des personnages tous attachants et mettant suffisamment de force dans leur jeu pour que l’on adhère totalement, dans les profondeurs parfois inquiétantes de cette ville de Boston qui en devient presque un personnage à part entière. Une enquête qui se suit avec passion et alterne les moments sombres et les éclairs d’espoir.
Certes, le film n’est pas parfait et l’on note quelques faiblesses et quelques lenteurs dans le rythme général. Le dénouement par exemple est un peu plus cousu de fil blanc et a tendance à trop multiplier les twists pas forcément très bien amenés. Du coup, on tombe un peu dans une forme de didactisme moral (présent dans le roman initial certes) mais parfois un peu trop marqué ici, surtout dans les dialogues et les situations. Cependant, ces petites erreurs n’entachent en rien la qualité de l’œuvre qui dans son ensemble propose quelque-chose de solide, d’habilement construit et développé et emporte au final l’adhésion du spectateur.

LES PLUSLES MOINS
♥ Excellent casting
♥ Adaptation maitrisée du roman initial.
♥ Enquête passionnante
⊗ Quelques faiblesses et baisses de rythme
⊗ Dénouement moins inspiré
⊗ Didactisme moral parfois envahissant
Pour une première réalisation, Gone Baby Gone est une œuvre forte bien qu’imparfaite. Ben Affleck fait preuve d’un vrai sens de la mise en scène en s’attaquant à un roman complexe de Dennis Lehane qui aurait pourtant pu le mener droit dans le mur… Aidé par un excellent casting, il nous offre un film particulièrement attachant et bien construit qui emporte le spectateur dans les méandres d’une enquête riche en révélations, en rebondissements et en émotions fortes. En plus de cela, notons que le thème abordé par le film colle particulièrement à l’actualité récente (on pense à « l’affaire Mady », « l’affaire Maëlys »…). On connaissait Ben Affleck acteur, avec ce premier film, il démontre de belles dispositions en tant que metteur en scène.



Titre : Gone Baby Gone
Année : 2007
Durée : 1h50
Origine : U.S.A
Genre : Thriller / Policier
Réalisateur : Ben Affleck
Scénario : Ben Affleck, Aaron Stockard

Acteurs : Casey Affleck, Michelle Monaghan, Morgan Freeman, Ed Harris, John Ashton, Amy Ryan, Amy Madigan, Titus Welliver

 Gone Baby Gone (2007) on IMDb







A propos de Paganizer

Cinéphage boulimique, fan de cinéma authentique avec une appétence particulière pour les pellicules différentes voire singulières. A tendance à fuir le cinéma fast-food grand public trop formaté. Également doté d'un penchant naturel pour les mauvais films sympathiques et les nanars décomplexés et fendards.

4 Comments

Add a Comment
  1. J’ai beaucoup aimé ce film qui prend au tripe et fais réfléchir et ce qui est bien c’est qu’il laisse au spectateur la possibilité de ce faire son avis ce film n’acène pas une morale définitive, qui a raison, que faire de ces enfants, Bien malin qui aura la réponse.
    Denis Lehane j’aime beaucoup sa La trilogie Joe Coughlin: Un pays à l’aube, Ils vivent la nuit, Ce monde disparu est juste géniale.
    Ben Affleck j’ai jamais aimé en tant qu’acteur il fais partie de cette catégorie d’acteur qui n’on aucune expression que ce soit avant qu’il soit réalisateur ou maintenant.
    Sa filmographie en tant que réalisateur est de moins en moins bonne je trouve après ca il a réalisé « The town » un film de braqueur vraiment bon avec Jeremy Renner qui est top comme d’habitude et lui même qui fais ¨pâle figure a coté. Argo j’ai pas trouvé ca terrible ca passe a coté de son sujet je trouve. Et pour finir Live by night qui est beaucoup trop court pour pouvoir raconté tout ce qui ce passe dans le livre une trilogie aurait été mieux je pense, ce qui donne une suite de scène sans émotion on a l’impression de regarder un long résumé et ceux qui on pas lu le livre on du ce faire chier.

  2. Pour ma part, c’est parce que j’ai aimé The Town que je me suis lancé sur Gone Baby Gone.
    J’avais beaucoup aimé aussi Mystic River (roman de Lehane adapté par Eastwood).
    Et je suis d’accord, Ben Affleck s’en est bien sorti avec son adaptation.
    Comme tu le dis Feronaire, le film n’impose rien et laisse le spectateur avoir son opinion, son ressenti..c’est ce qui fait en partie sa force.
    Je ne connais pas encore Live by Night, donc je ne sais pas ce qu’il vaut…(et je ne connais pas le livre non plus…)
    Argo, j’ai plutôt bien aimé, bien que le film soit clairement perfectible..

  3. Je fais même des fautes en écrivant mon nom, ca devient grave.

  4. 😀
    J’ai eu un doute au départ, puis je me suis dit que t’avais peut-être changé volontairement…
    Et franchement, pour les fautes d’orthographe, tu as l’air de penser que tu en fais beaucoup..mais je trouve que ça va encore !
    En tout cas sur le site, ça tiens la route !
    J’ai déjà vu des critiques vraiment blindées de fautes sur AlloCiné..à côté t’as pas trop de soucis à te faire ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dark Side Reviews © 2017