[Film] Goldeneye, de Martin Campbell (1995)

Bond doit arrêter un terroriste, qui a mis la main sur un satellite d’armement soviétique top secret, le Goldeneye, avant qu’il ne puisse s’en servir.


Avis de Rick :
James Bond avait disparu des écrans en 1989 avec Permis de Tuer. Des retards, des problèmes de droits, encore des retards, Timothy Dalton qui démissionne de son poste pour faire autre chose car il en avait marre d’attendre (et je peux le comprendre). Et puis, les temps changent, avec la chute du mur de Berlin, la fin de la guerre froide, l’URSS. Forcément, la saga Bond, en plus d’un nouvel interprète, a besoin de renouveau. Et puis même si les deux seuls opus avec Dalton sont sacrément plus sombres et même par moment dénués d’humour, la formule reste malgré tout un peu identique. Il faut donc redynamiser tout ça. Mais je l’admet, arrivé à ce stade, je regrette malgré tout que la saga n’a pas continué la voie tracée par l’ère Dalton, à savoir une ère plus humaine, plus noire, mais toujours aussi impressionnante. D’ailleurs finalement, même si Goldeneye se fait un peu plus léger et réinsère pas mal d’humour dans les dialogues ou situations, il suit pourtant une logique assez similaire aux deux précédents, et partage un autre point commun, à savoir une réelle rigueur d’écriture. Si bien que même si Goldeneye a aussi une histoire assez classique et prévisible, elle n’est pas dépourvue de bonnes idées, n’en est pas moins rondement menée non plus, et se fait même bien écrite. Trois opus de suite donc où un soin particulier a été placé dans l’écriture du scénario. Finalement, le film débarque en 1995, et s’il est aimé, il est amusant de constater que beaucoup le connaissaient à l’époque surtout pour le jeu vidéo sorti deux ans plus tard sur Nintendo 64, mais c’est une autre histoire, nous parlons ici du film.

Nouvelle équipe, nouveau réalisateur, nouvel acteur pour le rôle, nouveaux scénaristes, intrigue qui n’adapte pas un livre de Ian Flemming. Goldeneye annonce le renouveau de la saga dans un sens. Pas en terme de ton, mais bon. Le problème, mais on y reviendra plus tard également, c’est que les films suivants n’ont pas du tout suivis cette optique. Du coup, même si moins sombre, Goldeneye tient plus de l’ère de Dalton pour moi que de l’ère Brosnan et des trois films suivants, où la qualité baisse de films en films. James Bond fait donc son entrée dans les années 90 de belle manière. Martin Campbell à la mise en scène déjà, excellent choix (et il reviendra à la saga sur Casino Royale pour la relancer de nouveau). Certes, sa mise en scène lors des scènes de dialogues est au final plutôt simpliste à coups de gros plans en champ / contre champ, mais ça fonctionne. Pierce Brosnan dans le rôle de Bond, qui avait déjà faillit avoir le rôle en 1987, ça fonctionne bien. Certes on sent par moment qu’il n’est pas encore totalement à l’aise, et après tout, c’est compréhensible, ce n’est pas comme si une armée de fans allaient de toute façon le critiquer avant même la sortie du film car pour eux, James Bond c’est Sean Connery. Mais l’acteur est bon dans le rôle, charismatique, séducteur, et tout simplement convaincant au final. En fait c’est simple, il n’aura fait que s’améliorer de films en films, bien que la qualité des films baissa. Mais surtout, Goldeneye, comme les deux films précédent, c’est une écriture qui a su trouver le bon milieu entre exposition, développement et action impressionnante, sans pour autant tomber dans le ridicule. Du coup, on a droit a une histoire plutôt classique mais intéressante, à coup de satellites volés lançant une attaque magnétique renvoyant le lieu ciblé à l’âge de pierre.

Simple oui, mais ce qui peuple l’histoire, a quelques défauts près, sera convaincant. Les personnages secondaires par exemple, parfois simples, mais assez développés pour leur éviter d’être des coquilles vides (pas comme dans Meurs un Autre Jour). Deux James Bond Girls, une méchante (Famke Jansen) sadique et une gentille (Izabella Scorupco) qui parvient à être utile pour l’intrigue mais également pour James. Ce n’est pas comme si elle lui sauvait même la vie à un moment ! Le film fait un choix sacrément osé au niveau de M, en confiant le rôle à Judi Dench, Bond recevant donc ses ordres d’une femme. Et je dois dire que c’est un excellent choix, M jouée par Judi Dench est sans doute la meilleure vision et le meilleur développement pour ce personnage. Et puis au niveau des méchants, il y a de quoi faire également, notamment avec Sean Bean, ancien agent 006. Adversaire donc de taille, puisque connaissant James, ses failles (ah les femmes), son passé, ses gadgets. Il fera même furtivement illusion à la défunte femme de James au détour d’un dialogue. Je serais moins clément au niveau de Moneypenny, qui ne m’a guère convaincu. Un scénario solide, de bons personnages, il ne reste donc plus qu’à ajouter une bonne dose d’action. Et c’est le cas. Bien que la première heure soit plutôt calme, elle nous offre une bonne scène d’ouverture (et un bon gros faux raccord), et le film passe clairement la seconde vitesse lors de sa deuxième heure, enchaînant les scènes cultes.

On se souvient tous de la course poursuite en tank dans les rues de St Petersburg, ou encore de cette antenne géante sortant carrément d’un lac non loin de Cuba. L’action est proprement filmée, parfois impressionnante, jamais trop over the top (bon, il y a bien le saut de l’ange vers l’avion au début, mais bon). Et au-delà du fait que le film respecte une formule et l’applique bien, en plus de s’appliquer à tous les niveaux, il prend même des risques. Outre M qui est maintenant une femme, on pourra citer le score musical de Eric Serra, qui s’éloigne beaucoup des thèmes habituels de la saga. Un score musical qui a été grandement critiqué, et que personnellement j’adore, ayant même le CD dans ma collection depuis un bon paquet d’années aujourd’hui. On est très loin du genre de thèmes de la saga, mais cela apporte un peu de fraicheur. Mais l’accueil glacial aura vite amené David Arnold dés le film suivant. Alors oui, Goldeneye a quelques défauts, un paquet de faux raccords, une Moneypenny qui ne m’a pas convaincu (la précédente était totalement effacée vous me direz), mais ça reste un de mes épisodes préférés, à côté des Dalton, de Casino Royale et de Goldfinger. Et ça reste sans conteste le meilleur opus de Brosnan, en plus de nous avoir offert un grandiose jeu vidéo dont on ne révélera pas mon nombre d’heures passées dessus à l’époque de la Nintendo 64….

LES PLUSLES MOINS
♥ Un scénario intéressant
♥ De bons personnages secondaires (Natalya, Onatopp, 006, M)
♥ Pierce Brosnan fait un bon Bond
♥ De bonnes scènes d’action
♥ Et OUI, j’aime le score d’Eric Serra
⊗ Bien à tous les niveaux, mais joue la sécurité
note8
Pour son premier épisode en tant que Bond, Pierce Brosnan a droit a un excellent opus. Bien écrit, impressionnant quand il faut, savant prendre son temps pour développer ses enjeux et personnages, Goldeneye est un très bon opus.



Titre : Goldeneye

Année : 1995
Durée :
2h10
Origine :
Angleterre / U.S.A.
Genre :
Aventures
Réalisation : 
Martin Campbell
Scénario : 
Jeffrey Caine et Bruce Feirstein
Avec :
Pierce Brosnan, Sean Bean, Izabella Scorupco, Famke Janssen, Joe Don Baker, Judi Dench, Robbie Coltrane, Gottfried John et Alan Cumming

 GoldenEye (1995) on IMDb


Galerie d’images :

A propos de Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

11 Comments

Add a Comment
  1. jusqu’ici tout va bien
    jusqu’ici tout va bien
    jusqu’ici tout va bien

  2. On dirait que tu as quelque peu peur de mon avis sur les trois films suivants de la franchise, je me trompe? 😉

  3. Moi même pas peur. Les suivants avec Brosnan, ça vaut pas grand chose pour moi^^ Et celui avec Halle Berry, on n’est pas loin du nanar avec une voiture qui va plus vite qu’une visée satellite…
    Goldeneye est le seul que j’aime bien de cette période.

  4. Demain ne meurt Jamais est un film d’action lambda, Le Monde ne Suffit Pas souffre d’une seconde heure totalement ratée (la première tient la route), et Meurs un Autre Jour oui oui, c’est un nanar/navet.

  5. C’est pour Brosnan que je dis ca car ca commençait bien même très bien pas grand chose a redire, et même le jeux vidéo était top, on peut juste regretter le manque d’idée et la BMW de kéké.

  6. Quand tu parles de BMW, immédiatement me vient en tête la scène qui lui est dédiée dans le suivant, avec la multitude de gadgets ahah !

  7. Mais c’est pas aston martin normalement James Bond ?

    1. A je suis pas le seul que ce gène oui JB c’est Aston Martin un truc britsh luxe et classe. 

      1. Oula, ca ne me gêne pas du tout vu que je n’aime pas James Bond etq ue je n’ai aps vu 90% des films, mais juste je trouvais ça bizarre qu’ils changent

  8. Le seul James Bond que je trouve surévalué. De très bonnes choses (la chanson titre de Tina Turner, les persos de Sean Bean et Famke Janssen, le duel final entre les 2 00, la poursuite en char…) oui mais pas mal de défauts pour moi (la musique de Serra, l’intrigue pas hyper intéressante et un peu trop languissante…). Alors oui il est mieux que Meurs un autre jour mais je préfère de très loin Demain ne meurt jamais et Le monde ne suffit pas.

    D’ailleurs c’est marrant mais Goldeneye a été revu à la hausse depuis des années mais lors de sa sortie, l’accueil était assez froid et il n’était pas du tout considéré comme un des meilleurs films de la franchise au contraire d’aujourd’hui (à tort pour ma part).

    Par contre Brosnan est déjà bon dans le rôle mais il sera encore mieux dans les deux autres.

    M’enfin, ça reste très recommandable comme divertissement 😉

    1. L’argument des fans contre l’OST de Serra est là depuis la sortie du film. C’est une des premières OST que j’ai acheté de ma vie (avec celle d’Orange Mécanique, et je les ai toujours), et si ça ne sonne pas vraiment James Bond, j’adore ce qu’il a fait perso, même si je suis un des seuls.

      Ah je ne savais pas pour l’accueil assez froid à sa sortie. Je sais qu’il a cartonné, mais pour ma part je l’avais vu en VHS en location un an après sa sortie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dark Side Reviews © 2017