[Film] Deux Super-Flics, de Enzo Barboni (1977)

Un balourd barbu et un petit matelot rusé se font agresser par le caïd responsable de l’embauche des dockers alors qu’ils cherchent du boulot sur le port de Miami. Matt et Wilbur font désormais équipe. Leur premier projet, un hold-up, les mène jusqu’au poste de police. Là, deux motards les prennent pour deux nouvelles recrues ! Nos deux héros deviennent alors des agents de police qui mettent leur « savoir-faire » de voyous au service de l’ordre public…


Avis de Cherycok :
Une fois de plus, j’ai voulu retomber en enfance, et me rerererevoir un de ces films du duo Terence Hill / Bud Spencer qui ont bercé ma jeunesse. Un plaisir régressif mais ô combien agréable vu et revu des dizaines et des dizaines de fois. Ce genre de plaisir où, dès les premières minutes, plus rien n’existe autour de vous. Vous avez de nouveau 10 ans, et vous vous apprêtez à regarder un festival de gags bon enfant et de grosses claques dans la gueule. Il y a là-dedans un côté assez inexplicable et c’est un sentiment qui vous emplit de bien-être. Vous cliquez sur le bouton Lecture, le film se lance, et un grand sourire se dessine immédiatement sur votre visage dès les premières images. Mon plaisir à moi du jour aura été Deux Super-Flics (1977), onzième collaboration du duo, sans doute le plus connu de leurs films, considéré par beaucoup comme le meilleur, et gros succès un peu partout dans le monde. Un film qui rassemble tout ce qu’on aime chez le célèbre duo. Un film excellent.

Réalisé par Enzo Barboni, qui n’en est pas à sa première collaboration avec Terence Hill et Bud Spencer puisqu’on lui doit par exemple On l’appelle Trinita (1970), On Continue de l’Appeler Trinita (1971), Quand Faut y Aller, Faut y Aller (1983) ou encore Attention les Dégâts (1984), entre autres, Deux Super-Flics reprend donc tous les ingrédients qu’on est en mesure d’attendre d’un de leurs films. Certes la recette n’est pas nouvelle mais elle est ici magnifiée par un très bon équilibre entre humeur et scènes de bastons. Terence Hill et Bud Spencer y incarnent toujours le même style de personnages, à savoir un beau gosse un peu fouille merde, dragueur et lèche-boule pour le premier, et un gentil mastodonte un peu soupe au lait pour le second. Bien entendu, ce dernier va subir les frasques du premier. Et bien entendu, on aura droit à un thème musical absolument génial, entêtant au possible, au point de le fredonner de nombreux jours durant.
Deux Super-Flics va enchainer des scènes toutes plus cultes les unes que les autres. Quiconque a vu ce film dans son enfance se souviendra encore de la scène de destruction de voiture, du passage dans le fast-food, de l’embauche de nos deux comparses dans la Police et de la scène d’entrainement qui va s’en suivre, de la voiture qui perd ses portes, des béquilles, de la bagarre sur le terrain de football américain, du repas un brin trop alcoolisé avec les deux charmantes demoiselles et leur majordome, et, bien entendu de l’excellente baston finale de 8 minutes dans le bowling, une des scènes les plus mémorables de toute leur filmographie.

Contrairement à des films tels qu’Attention on va s’fâcher (1974) ou Salut l’Ami Adieu le Trésor (1981), Deux Super-Flics n’est pas avare en grosses tatanes dans la gueule. Et ce dès le début du film avec deux petites bastons en moins de 10 minutes. Les chorégraphies ont une fois de plus été imaginées par le cascadeur Riccardo Pizzuti qui se permet même un petit rôle dans le film, en tant que sbire du « grand » méchant, comme il a l’habitude de le faire. Ce n’est d’ailleurs pas la seule tête connue des films du duo car, outre quelques figurants récurrents, Luciano Catenacci a déjà été vu dans par exemple dans Pair et Impair, David Huddleston dans Quand Faut y Aller faut y aller, April Clough dans Attention les Dégâts, ou Lucinao Rossi et Ezio Marano dans On l’Appelle Trinita. Du coup, quand on connait la filmographie du plus célèbre duo de castagneurs, on a l’impression d’être ici en terrain connu, avec cette sensation agréable que ça procure.
D’autant plus que lorsqu’on écoute bien les dialogues, on y trouve des références à d’autres films du duo. Comme lorsque par exemple Terence Hill, lors de l’essayage aux vestiaires, dit de Bud Spencer qu’il a les pieds plats, c’est en références à la série de films dans lequel ce dernier jouait l’inspecteur Rizzo surnommé « Pied-Plat ». Il est également amusant de voir que dans cette même scène, Bud Spencer affirme être de taille extralarge lorsqu’on sait que, quelques années plus tard, une série télévisée du même nom et dans lequel il incarne le personnage principal verra le jour. Dans le même ordre d’idée, Terence Hill dit à un moment du film que celui qui « trouve un ami trouve un trésor », soit « He who finds a friend finds a treasure » en anglais, ce qui est justement le titre anglais d’un de leur film qui sortira 4 ans après, à savoir Salut l’Ami, Adieu le Trésor.

LES PLUSLES MOINS
♥ 100% nostalgique
♥ Un duo efficace
♥ Bon rythme
♥ L’humour bon enfant
⊗ Réservé aux afficionados
Mélangeant humour bon enfant et grosses claques dans la gueule avec brio, Deux Super-Flics fait clairement partie des meilleurs films de Terence Hill et Bud Spencer. A voir et à revoir sans modération.



Titre : Deux Super-Flics / I due superpiedi quasi piatti / Crime Busters
Année : 1977
Durée : 1h49
Origine : Italie
Genre : Claques dans la gueule
Réalisateur : Enzo Barboni
Scénario : Enzo Barboni

Voix de : Terence Hill, Bud Spencer, David Huddleston, Luciano Catenacci, Ezio Marano, Luciano Rossi, Riccardo Pizzuti, Jill Flanter, April Clough

 Deux super-flics (1977) on IMDb




















A propos de Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

7 Comments

Add a Comment
  1. Je vais pas faire original mais je trouve aussi que c’est leur meilleur film : le plus rythmé, le plus drôle, le plus musclé, la meilleure baston du duo (ce final!), leur meilleure musique, si on ne doit voir qu’un film du duo, je vote pour celui-là (devant Trinita).

    Très bonne critique Cherycok qui rend hommage à cet excellent divertissement.

    😉

  2. Même si objectivement, je pense que c’est aussi leur meilleur, je préfère malgré tout On l’Appelle Trinita, c’est celui que j’ai d’ailleurs le plus vu de tous (même si d’autres se defendent). J’ai d’ailleurs l’OST du film.
    Mais c’est vrai que Deux Super-Flics est sans doute le plus « équilibré » de tous, contrairement à des films tels que attention on va s’facher ou salut l’ami adieu le tresor qui manquent de baston. Par contre, même s’il faudrait que je le revois (et ca sera fait prochainement), je pense que mon final préféré est celui de Pair Impair, je ne sais pourquoi.

  3. pS: le titre italien de « salut l’ami… » c’est pareil « chi trova un amico trova un tesoro » (avec les mains svp^^)

  4. Pair et impair possède un très bon final c’est vrai avec une très bonne utilisation du décor.

  5. C’est ca.

    PAr contre rien à voir mais, on est obligé à chaque fois de valider tes commentaires contrairement à tous les autres qui se mettent sur le site tout seul. Faut que j’enquête ^^

  6. Philippe Lombard, excellent journaliste spécialisé dans le cinéma de populaire, parle du duo dans cette très bonne interview : https://www.filmotv.fr/news-cinema-filmo-mag/fiche-mag-detail/histoires-de-cinema/personnalites/bud-spencer-amp-terence-hill/11125.html?play=1

    Il tient le site Histoire de Tournages (avec des articles sur Deux super flics, On l’appelle Trinita, Petit papa baston…) : http://www.devildead.com/histoiresdetournages/index.php?tyart=0

  7. Très sympathiques ces critiques de Histoires de Tournage. Je ne connaissais pas, merci ! Quant à l’interview, vu la longueur, j’essaierai de mater ça au calme chez moi, merci ^_^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dark Side Reviews © 2017