[Film] Demain ne Meurt Jamais, de Roger Spottiswoode (1997)

James Bond doit affronter Elliot Carver, un magnat de la presse mondiale dont le principal outil de communication est son journal Tomorrow, qui prévoit de déclencher une guerre entre le Royaume-Uni et la Chine, qui conduirait à un conflit nucléaire mondial. 007 et Wai Lin, une employée des services de renseignements chinois, vont tout faire pour l’empêcher de déclencher ce conflit.


Avis de Rick :
En 1995, Goldeneye avait été un énorme succès, un des plus grands de la saga, si ce n’est le plus grand à l’époque. Il ne fallait donc pas perdre de temps pour lancer une suite. Et ce Demain ne Meurt Jamais en aura souffert. Une production lancée à toute vitesse, un scénario réécrit au fur et à mesure, un casting changeant. Car au départ, la production proposa à Martin Campbell de revenir, mais le réalisateur déclina l’invitation, partant à la place sur Le Masque de Zorro. Il sera donc remplacé par Roger Spottiswoode, réalisateur pas forcément exceptionnel, dont la carrière fut lancée en 1980 avec le petit slasher Le Monstre du Train, ainsi que son scénario de 48h pour Walter Hill. Depuis, oui, À l’aube du Sixième Jour nous fait dire qu’il n’était pas destiné à devenir grand après non plus. Au départ, Anthony Hopkins fait parti du casting pour jouer Elliot Carver, le nouveau méchant de l’aventure, mais face à la production chaotique et le fait que le scénario n’était même pas terminé au moment du tournage, il quitta le tournage, et ironiquement se retrouvera sur Le Masque de Zorro, de Martin Campbell justement. Forcément, ça ne commence pas forcément très bien. Et Demain ne Meurt Jamais souffre de cette production hâtive, puisqu’on a souvent l’impression durant la vision de se retrouver certes face à un film généreux, mais surtout face à un film ayant un script de 20 pages et 100 pages de storyboard de scènes d’action. Du coup oui, ça explose de partout, ça mitraille, ça fusille, ça se course, ça fait du bruit, mais malgré des prémices forts intéressantes, ça ne raconte pas grand-chose. Du coup, le métrage sait se faire divertissant, musclé, parfois bad-ass, mais ne va pas plus loin.

En tant que simple divertissement, la sauce prend d’ailleurs, et après les quelques critiques sur Goldeneye qui n’aurait pas assez utilisé les gadgets de James Bond, ce film tombe en quelque sorte dans les travers de l’ère de Roger Moore, à savoir aller dans la surenchère totale. Pas assez de gadgets dans Goldeneye vous dites ? Ne vous inquiétez pas, ici, on aura un super téléphone qui peut électrocuter les gens et ouvrir les portes ainsi que scanner les empruntes, et toute une séquence dédié à une voiture blindée de gadgets en tout genre, allant de la scie électrique aux missiles, en passant par les pneus qui se gonflent. Demain ne Meurt Jamais met notre agent secret Britannique de moins en moins secret vu qu’il fait absolument tout exploser dés le départ dans un contexte pourtant oh combien intéressant de base. Un magnat des médias, qui cherche à contrôler l’information (ah ben ça, c’est toujours d’actualité donc…), tente de déclencher une guerre entre la Chine et l’Angleterre. Le choix des médias, le choix de raconter cette histoire à ce moment, c’est du tout bon. 1997, l’année de la rétrocession de Hong Kong à la Chine après avoir été une colonie Anglaise depuis tant d’années, voilà un bien gros potentiel pour un James Bond, une manière de plus d’encrer le film dans la réalité actuelle lors de sa sortie, un peu à la manière des James Bond de Timothy Dalton qui se voulaient plus réalistes. Sauf que de ce point de départ ingénieux, le scénario n’en fera absolument rien, si ce n’est nous mettre Michelle Yeoh en Bond Girl. Et ça par contre, c’est génial il faut l’avouer, elle sait se battre, fait ses cascades, elle est l’égale de Bond, n’a pas besoin de lui pour être protégée, et ça fait plaisir. Une Bond Girl forte !

On ne pourra pas dire la même chose des autres personnages, en général lisses et peu développés. Que ce soit notre méchant Elliot Carver même si Jonathan Pryce semble s’éclater comme un gosse à le jouer, l’autre Bond Girl jouée par Teri Hatcher qui n’a apparemment pas du tout marqué les esprits alors que là aussi il y avait du potentiel, vu qu’il s’agît d’une ancienne conquête de Bond. Même la relation entre M, alias Judi Dench, et Bond sera survolée et peu utile, alors que Goldeneye ouvrait de nombreuses pistes. En fait, il faut prendre le film pour ce qu’il est. Limite un film d’action lambda, qui fait le boulot, n’a pas peur du ridicule par moment (les gadgets), qui ne veut même pas faire croire qu’il est malin (les idées du script quasi jamais exploitées), et se contente de tout faire exploser dans tous les sens. Et à ce niveau ça fonctionne, dés la scène d’ouverture. Pierce Brosnan totalement à l’aise dans son rôle fusille du méchant dans tous les sens, cogne, fusille encore, fuit, balance de la punchline pas toujours subtile, se tape une course poursuite abusive pleine de gadgets mais plutôt fun, et voilà, terminé. C’est bien le problème de l’ère Brosnan passé Goldeneye. Des idées il y en a, mais le traitement laisse souvent à désirer. Mais Demain ne Meurt Jamais reste plutôt fun à regarder il est vrai, se fait généreux, et plus court que d’habitude, passant même de peu sous la barre des 2h.

LES PLUSLES MOINS
♥ Un métrage hyper rythmé
♥ De l’action en pagaille
♥ Michelle Yeoh, une Bond Girl bad-ass
⊗ Des idées jamais développées
⊗ Un film d’action lambda
note8
Sans être mauvais, Demain ne Meurt Jamais est un épisode qui ne développe jamais ses idées, et accumule les scènes d’action.



Titre : Demain ne Meurt Jamais – Tomorrow Never Dies

Année : 1997
Durée :
1h59
Origine :
Angleterre / Etats Unis
Genre :
Action
Réalisation : 
Roger Spottiswoode
Scénario : 
Bruce Feirstein
Avec :
Pierce Brosnan, Jonathan Pryce, Michelle Yeoh, Teri Hatcher, Ricky Jay, Götz Otto, Joe Don Baker, Vincent Schivelli, Judi Dench et Desmond Lewelyn

 Tomorrow Never Dies (1997) on IMDb


Galerie d’images :

A propos de Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

23 Comments

Add a Comment
  1. Après réflexion je ne sais même plus si je l’ai vu celui là. Michelle Yeoh en James Bond girl, ça ne me rappelle aucun souvenir.
    J’ai vu les suivants par contre. Et je ne les ai pas aimés…

  2. Michelle Yeoh est un des points forts du film en tout cas, elle participe activement aux scènes d’action, et ça change un peu de d’habitude. Comme dit, c’est vraiment dommage que le film n’exploite pas plus ses idées (à l’image de Le Monde ne Suffit Pas juste derrière, pas mal d’idées cool mais pas ou peu exploitées).

  3. Oui le film dépote il y a des grosses scènes d’action spectaculaire, la poursuite en moto a deux avec les menotte est énorme et le saut par dessus l’hélico est une des meilleurs cascade de tout les James Bond. Le méchant est une cata il me fait même penser a Elie Semoun.
    Avec Anthony Hopkins et Martin Campbell ca aurait été mieux mais bon ont aurait jamais eu de magnifique chef d’œuvre qu’est Le Masque de Zorro.

  4. Oui c’est bien pour ça que même si au final c’est qu’un simple film d’action, je le déteste pas cet opus, il est rythmé et généreux en action (même si peut-être trop, par exemple pour moi le final du coup après ce trop plein d’action manque d’ampleur à mes yeux, il n’est pas du tout marquant). La scène en moto est cool oui avec de bonnes idées de cascades.
    Le Masque de Zorro vaut vraiment le coup donc ? Je l’avais zappé à sa sortie, car Zorro ça ne m’intéresse pas trop, mais c’est vrai que maintenant avec le recul, Martin Campbell ne m’a que très rarement déçu (je dois revoir son premier film, Absolom 2022 tiens maintenant que j’y repense) donc pourquoi pas.

    1. C’est une vanne pour zorro c’est tout juste potable.

    2. Le premier Zorro (le masque donc) est sympa selon moi.
      C’est la suite qu’il faut surtout éviter (la légende de Zorro) ça devient un machin pour enfants avec des méchants qui tirent sur les chapeaux au lieu de sur les gens…

      1. Ah bon ben je vais pas en faire une urgence alors, loin de là…

        En gros films je me suis fais ce weekend Les Indestructibles 2 qui était super sympa tiens 😉 Et Hereditary mais pas du tout un gros film ça.

  5. Le masque de Zorro est pour moi un chef d’oeuvre total, une grosse tuerie qui est un des meilleurs film de cape et d’épée que j’ai jamais vu (et pourtant, la mythologie Zorro ne m’a jamais hyper captivé, je préfère de très loin celle de Robin des Bois).
    Par contre la suite est une grosse bouse.

    Martin Campbell est un bon technicien sans génie, mais alors par deux fois il a été touché par la grâce (ce Zorro et Casino royale) avec comme conséquences des gros morceaux de cinéma.

    Sinon Demain ne meurt jamais, j’adore!!
    Trop d’action pour un Bond mais bourré de qualités et ultra fun (puis j’aime beaucoup le fait de revoir un méchant milliardaire mégalomane).

    La poursuite en caisse et celle en moto comptent parmi les meilleurs scènes d’action de la saga!

  6. Campbell est un technicien très appliqué en tout cas. Il est vrai que son style est très impersonnel (et que ses dialogues, y compris dans ses meilleurs films, sont souvent de simples champs – contre champs filmés en gros plans, même dans Casino Royale, Goldeneye ou The Foreigner), mais je l’aime bien.

    Mais oui, on parlait à la base de Demain ne Meurt Jamais ahah !
    Bon tu avais dit sur Goldeneye que tu préférais les suivants, dans le fond, vu tes arguments ici, oui je peux comprendre, vu que le métrage est beaucoup plus généreux en action, et en gadgets aussi.

    1. Ne regarde pas la légende de Zorro alors, jamais. Tu finirais par te dire « mais merde, c’est le même Campbell qui a fait ça ?? »
      Mais le premier Zorro est recommandable oui. Je n’en suis pas un immense fan mais on passe un bon moment.
       
      Moi les James bond avec trop d’action ça me gonfle un peu. J’sais pas mais le mec c’est un agent « secret » quoi. Quand il fait exploser la moitié de la terre, c’est un peu too much. Je préfère les trucs come Casino Royale avec duel psychologique et quelques fusillades et de l’espionnage quoi.

      1. James Bond n’a rien d’un vrais espoin c’est le mec le moins discret du monde il n’a presque jamais de pseudo et fais tout pété mais ca m’empèche pas d’en etre fan et tant qu’a pas etre réaliste autan y aller franchement.
        Si tu veut du vrais espionnage regarde le bureau des légende c’est très bon.

        1. Je suis d’accord mais pas avec le « tant qu’a pas etre réaliste autan y aller franchement. »
          Un peu de retenue c’est bien aussi, pour conserver l’action à un niveau moins bourrin, comme dans Casino Royale.
          On dirait qu’il en faut toujours plus aux gens, des chars qui volent, des satellites qui explosent, de la desruction massive. Eh oh c’est pas Hulk non plus !
          Moi quand y’a trop d’action, je deviens blasé. Je n’y crois plus une seconde, c’est too much et les mecs ressemblent à des super héros.

          1. Oui c’est vrais que dans casino royal il y a un peut trop d’action pour un james bond.
            Par contre je suis un fan de film d’action et si c’est bien réalisé il n’y en aura jamais trop pour moi. Il y a des films tottalement nul que j’aime juste parce qu’il y a de bonne scène d’action par exemple chasse a l’homme avec JCVD c’est un nanar mais l’action c’est dur pur John Woo et du coup je me régale.

          2. Ah non je voulais dire que justement dans Casino Royale c’est pas too much^^ ça se tire dessus, mais y’a pas des satellites qui tirent des laser sur la voiture de James Bond ou des trucs hyper abusés^^
            C’est sur que si tu aimes les nanars dès qu’il y a de l’action, on n’a pas forcément les mêmes goûts. Mais au moins si tu es conscient que parfois c’est con, c’est bien^^
            En général moi je suis davantage fan de bastons au corps à corps. Genre les Jackie Chan ou ce genre de trucs. Mais ça dépend de comment c’est filmé. Si on voit bien que les acteurs se donnent du mal et se battent bien, c’est cool. Alors que si c’est filmé en « shacky cam » pour donner l’illusion que ça bouge alors que les mecs ne savent pas bien se battre, là ça va me gonfler.
            Tout dépend toujours de la manière dont c’est fait, au final^^

  7. J’avais mal lu pour Casino Royale elle sont très bonnes les scènes d’action mais heureusement qu’il y a la partie de poker pour faire retomber le rythme.
    Par contre il n’y a rien de pire qu’un film d’action mal filmé et des acteurs qui ne ce bougent pas.

  8. Chasse à l’homme un nanar, qu’est-ce que tu dois penser du reste de la filmo de JCVD 😉

    Plus sérieusement, moi aussi l’action en TRÈS grosse quantité ne me dérange pas (j’ai été traumatisé gamin par Hard boiled ) et je me rappelle être comme un fou en découvrant la quantité de fights dans des films tels qu’Enter the game of death ou Le dieu de la guerre).
    Après dans le cas précis des James Bond, certains étaient déjà sacrément explosif (L’espion qui m’aimait), aucun n’avait atteint le stade de Demain ne meurt jamais. Mais perso, les meilleurs films de la franchise sont ceux où il y a quand même une dramaturgie forte. Ici, passé l’arc narratif de Teri Hatcher, c’est du gros divertissement qui m’éclate (et hyper bien fait), mais ça n’a pas la puissance d’Au service secret de sa majesté par exemple.

    Pas dans mon top 5 de la franchise, mais peut-être dans le top 10 (ou sinon pas loin).

  9. Ah ben de l’action filmée proprement, ça donne Casino Royale. Filmé à la shaky cam n’importe comment, ça donne Quantum of Solace. La saga James Bond a eu le parfait exemple en deux films de suite, le fossé.

    Chasse à l’homme de Woo, je l’avais revu cette année sur Netflix, je ne l’avais plus vu depuis la première diffusion sur Canal + (oui donc un gros paquet d’années), c’était sympa au final 🙂 (et de JCVD, j’aime bien Bloodsport).
    L’action perso, même si bien filmée, s’il y en a trop, au bout d’un moment ça m’ennuie un peu, c’est un trop plein.
    Pti Denis, l’arc de Teri Hatcher je trouve qu’il aurait pu être intéressant mais comme pour le fond du film, je ne le trouve jamais développé, du coup il est juste placé là et on ne sait pas trop quoi en faire, c’est dommage je trouve.
    En tout cas, même si je trouve le film fun (mais pas exceptionnel loin de là), c’est le premier que j’ai vu au cinéma (et un des seuls au final d’ailleurs).

    1. Dis toi que j’ai vu Meurs un autre jour au cinéma…
      Je ne suis plus jamais allé voir un James Bond au ciné par la suite^^

      1. Aie ça pour le coup, ça fait mal…. et je te comprends parfaitement.

        Au cinéma, je n’ai vu au final que Demain ne Meurt Jamais (le fameux concerné par l’article) et le suivant Le Monde ne Suffit Pas. En gros, deux opus moyens mais pas catastrophiques non plus. Meurs un Autre Jour je l’ai vu beaucoup plus tardivement car un ami avait le DVD et on ne savait pas quoi regardé un dimanche aprem… grand mal nous en a prit.

  10. Bloodsport est mon JCVD préféré, j’adore ce film!!
    Définitivement un homme de goût Rick 😉

  11. « Chasse à l’homme un nanar, qu’est-ce que tu dois penser du reste de la filmo de JCVD »
    Après réflexion ce n’est pas vraiment un nanar c’est pas assez nawak pour en être un mais il y a c’est dialogues a la con bien marrant au second degrés le scénar est plein de cliché et cette nuque longue grandiose fon bien nanar.
    La filmo de JCVD connais pas vraiment en fait du temps de sa gloire j’ai vu :

    le grand tournoi que c’est long est chiant si seulement il y avait plus de combat ce film aurait un intérêt car ils sont pas mal.

    Double impact et Cyborg ca fait plus de 20 ans m’en rappelle plus.

    Kickboxer pas mal un vrais film sur les art martiaux dommage que JCVD n’ait pas une palette de coup plus varié.

    En tant que fan de ciné HK je me suis fait les deux Tsui Hark

    Double Team la c’est un pur nanar un vrais et assez jouissif dans ca connerie. Il y avait quand même une belle bande d’allumé sur ce film JCVD période aware, Mickey Rourke, Dennis Rodman il a du en chier Tsui Hark.

    Piège a Hong Kong pas mal un bon divertissement mais un tout petit Tsui Hark

    J’en ai pas vu beaucoup le mec a une tronche mais joue pas très bien et physiquement il est fort mais il fait toujours les trois même coup de pied c’est pas Jet Li ou Tony Jaa. Mais j’ai quand même envi de voir Bloodsport ca fait juste 30 ans qu’on m’en parle et in hell un film de prison de Ring Lam.

    1. Chasse à l’Homme est bancal, mais après ouais, ça rentre pas trop dans la catégorie nanar. Quelques moments oui mais pas dans le film dans son intégralité au final.

      Bloodport est aussi mon préféré Pti Denis 😉

      Kickboxer est plutôt sympa. 

      Cyborg je l’avais revu et chroniqué, il y a de bonnes choses, notamment vu le budget, la réal est pas mauvaise. Mais c’est un peu chiant au final, et le méchant est très nanar.

      De mémoire, j’avais vu à l’époque Double Impact, Full Contact et Timecop, mais aucuns souvenirs.

  12. En fait moi je regarde un Van Damme (ou un des rares bon Seagal) pas du tout de la même façon que je regarde un film de fight HK : je m’attends pas à des choré de fous mais un bon film d’action, plus brut dans l’exécution des mouvements, plus proche d’une grosse bagarre que d’un fight de fou.

    Feroner : Bloodsport c’est pas du Liu Chia Liang ou du Donnie Yen, s’il est aussi connu c’est qu’il a relancé la mode du film de combat occidental par une bonne somme de petits talents (Van Damme est hyper frais, hyper heureux de faire son premier film en tête d’affiche du coup il se donne à fond, la musique est mortelle et rythme à mort le film, Bolo Yeung nous offre sa meilleure composition de méchants, le côté tournoi est hyper bien exploité, que ce soit le visuel des combattants ou le décor, tout est efficace…) mais clairement les fights ne sont pas du tout aussi dément qu’un Tiger cage 2 ou Dragons forever.

    Mais j’adore Bloodsport, quel pied à chaque fois!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dark Side Reviews © 2017