[Film] Corbin Nash, de Ben Jagger (2018)


Un officier de police new-yorkais cherche à connaitre la vérité sur le meurtrier qui a décimé sa famille. Il quitte la grosse pomme pour Los Angeles. Mais la vérité a un prix, et il devra y laisser sa vie afin de pouvoir reprendre vie dans le meurtrier de ses parents.


Avis de Cherycok :
Il arrive encore et toujours que je choisisse un film un peu au hasard, juste en regardant sa jaquette, sans réellement savoir ce que c’est. Sans doute des réminiscences des années 90 et des vidéoclubs qui faisaient le bonheur des cinéphiles naissants et avides de découvertes dont je faisais partie. Il suffit de pas grand-chose pour me décider à voir un film, et ici ce fut le nom de Rutger Hauer que j’adore depuis Le Sang des Héros (1989). Je survole la bande annonce suffisamment rapidement pour ne pas me spoiler, le film semble avoir un minimum de tenue et un côté badass parfait pour un vidage de cerveau d’1h30. Résultat des courses : je me suis fait avoir, c’était nul, je suis déçu. Alors oui, je me mate des nanars / navets par paquets de 12, je sais que je ne devrais pas me sentir floué. Sauf que je le fais en toute connaissance de cause. Avec Corbin Nash, je reste avec cette désagréable impression de m’être fait avoir, alors du coup je ne vais pas être tendre.

Tout commençait pourtant bien. D’entrée de jeu, on constate une mise en scène propre, jolie, avec une belle photographie, une bonne utilisation des filtres de couleur. On nous met d’entrée de jeu Rutger Hauer (Blade Runner, Hitcher) qui est toujours aussi génial et qui a définitivement un charisme hallucinant. Et… il faut en profiter parce que Rutger Hauer il coûte cher par rapport au petit budget du film et donc il n’apparaitra qu’une seule scène. Deux minutes en tout et pour tout. Je vous rassure, il est en de même avec Bruce Davison (X-Men 1 et 2, la série Castle) et Malcolm McDowell (Orange Mécanique, Caligula, Star Trek Generations), même si ce dernier aura droit à 5 minutes ! Wouhou, le luxe ! Et donc bref, la mise en scène tenait la route et les têtes connues avaient de la gueule.
Et plus le film avance, plus on se décompose. Le point de départ de cette déchéance est l’arrivée de Corey Fieldman (Bagou dans Les Goonies), méconnaissable en vampire travesti qui aime s’habiller en prostituée, qui est bisexuel, et qui aime qu’on lui dise qu’il est belle. Et là, ça bloque. On le sent très investi dans son rôle et, selon les dires, il serait resté les 15 jours du tournage non-stop comme ça pour bien s’imprégner de son personnage de « Quennie ». Mais ça ne fonctionne pas. Sa tentative de jeu à la Heath Ledger dans le Batman de Christopher Nolan vire au ridicule au fur et à mesure que le film avance. Le voir échanger des dialogues moisis, tentative vaine d’aligner des punchlines, avec notre héros interprété par un Dean S. Jagger aussi expressif qu’un bulot dépressif, a quelque chose d’assez irritant.

Le scénario joue la carte des allers-retours constants entre le passé et le présent mais ça sonne faux. En fait, on ne sait pas trop dans quelle direction le film va, ni où il veut nous amener. D’un côté, on a des scènes avec le couple de vampires, d’un autre le collègue du héros qui essaie de comprendre ce qu’il se passe, et d’un autre coté encore des prisonniers qu’on force à se battre sur un ring aux cordes en fil barbelé sans qu’on sache réellement pourquoi. Un bien beau foutoir. Le final ne relève même pas le niveau. Il se veut badass mais vire au risible assez rapidement, avec des effets spéciaux approximatifs, d’autant plus qu’il est vite expédié. Il pompe d’ailleurs allègrement sur le Blade (1998) de Stephen Norrington mais sans jamais en avoir le talent ni l’ambition tant on ne ressent aucune tension, aucune émotion.
On a l’impression que Corbin Nash pourrait être l’introduction d’une saga ou d’une série. Une introduction qui nous explique pourquoi son héros est ce qu’il est. D’ailleurs, sur le tout dernier plan, le personnage de Malcolm McDowell nous sort un « Ce n’est que le commencement… » qui en dit long. Mais sincèrement, non, abstenez-vous, parce que votre film là, il n’est pas bon, pas bon du tout. Vraiment, on se fiche éperdument des possibles futures chasses aux vampires de ce cher Corbin Nash !

LES PLUSLES MOINS
♥ Rutger Hauer
♥ La photographie
⊗ Dean S. Jagger et Corey Feldman
⊗ Les dialogues pourris
⊗ Le scénario brouillon
⊗ L’impression de se faire enfler
Corbin Nash est une petite série B sans aucun intérêt. La mise en scène a beau être propre, cela ne rattrape pas tout le reste qui frôle le lamentable, du jeu des principaux acteurs au scénario en passant par les dialogues. Circulez, y’a rien à voir.



Titre : Corbin Nash
Année : 2018
Durée : 1h34
Origine : U.S.A / Angleterre
Genre : Nul. Mais nul…
Réalisateur : Ben Jagger
Scénario : Ben Jagger, Dean S. Jagger, Christopher P. Taylor

Acteurs : Dean S. Jagger, Corey Feldman, Richard Wagner, Fernanda Romero, Malcolm McDowell, Rutger Hauer, Bruce Davison, Patrick Brennan, Chris Pardal

 Corbin Nash (2018) on IMDb





















A propos de Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

2 Comments

Add a Comment
  1. Bon, ben le constat est limpide..
    Apparemment ce film est nul (ou en tout cas, très mauvais !)
    Dommage pour une série B qui aurait pu être sympa au vu du synopsis (le mec qui doit mourir pour « renaitre » dans le corps du meurtrier de ses parents afin de connaitre la vérité sur leur mort.)
    mais le film a semble-t’il été fait en dépit du bon sens..
    Pourtant, avec des pointures comme Rutger Hauer et Malcolm McDowell, on aurai pu avoir droit à une petite production bien sympatoche…
    Je n’avais pas du tout (ou en tout cas pas encore) entendu parler de ce Corbin Nash..mais après cette critique, je comprends mieux !
    Enfin, si je le croise un jour je pourrais essayer de me faire ma propre opinion, mais je ne me fais pas trop d’illusions !

  2. Ben au moins si on voyait Rutger plus de 2 min et Malcolm plus de 5, mais ils ne sont là que pour qu’il y ait leur nom sur l’affiche, affiche mensongère du coup mais bon, ça on a l’habitude.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dark Side Reviews © 2017